Qu’est-ce qu’une poupée d’art ?

Introduction

Il n’existe pas d’appréhension immédiate de la poupée d’art. Elle peut impliquer un ou plusieurs matériaux, présenter des formes, tailles, styles et conceptions variés, se révéler réaliste ou abstraite, reconnaissable ou non, être humaine, humanoïde, anthropomorphe, étrange, historique, fantastique, mythique, extraterrestre, ou toute combinaison de ces qualificatifs. Au-delà de l’opposition aux autres catégories de poupées (jouets, poupées rituelles, régionales ou multiculturelles, mannequins ou de salon), il faut, pour tenter de la définir, examiner son rapport à trois concepts principaux qui la déterminent : les notions d’art, d’émotion et de caractérisation.

L’art

Qu’est-ce que l’art ? il est hors de notre propos de répondre ici à cette question délicate qui mérite un long développement, mais donnons-en tout de même une brève définition, synthèse de plusieurs sources (CNRS, dictionnaire Larousse, Cambridge dictionary, Wikipédia), qui nous servira de repère :

l’art est une manifestation dans les œuvres humaines, par la production d’objets tangibles ou numériques, d’images, de musique, de textes écrits ou joués, de films, de chorégraphies,…, d’un idéal de beauté ou de transgression s’adressant délibérément aux sens, aux émotions, aux intuitions et à l’intellect, et correspondant à un type de civilisation, une époque, un lieu, une catégorie sociale ou une vision propre à l’artiste.

La conception de l’art comme activité autonome, production par des artistes d’œuvres que l’on s’accorde à trouver belles d’après une préférence de goût, date du XVIIIe siècle. Cette acception évacue les productions des civilisations anciennes (Égypte, Grèce, Rome, Chine,…) et des sociétés traditionnelles des cinq continents,  assimilées par abus de langage à partir du XXe siècle à des créations artistiques. En effet, ces civilisations et sociétés leur attribuaient des fonctions essentiellement rituelles d’où la préoccupation esthétique était absente. De même pour les ouvrages et les œuvres du Moyen-Âge et de la Renaissance, à visées principalement religieuse ou régalienne.

Les poupées comme œuvres d’art

Dans le domaine des poupées, l’intention esthétique apparaît au XVIIIe siècle, avec les pandores, ambassadrices de la mode parisienne en province et dans les cours européennes, suivies au XIXe siècle par les parisiennes, les poupées anglaises en cire des familles Montanari (photo de gauche ci-dessous) et Pierotti, les bébés français (photo du centre ci-dessous) et les poupées allemandes (photo de droite ci-dessous).


      ©  Victoriana Magazine

De l’autre côté de l’Atlantique, dans le sillage des poupées primitives rembourrées faites à la main par les pionniers, les colons et les esclaves, se distinguent, dans la deuxième moitié du XIXe siècle et la première moitié du XXe, un certain nombre de créatrices emmenées par Izannah Walker et Martha Chase, dont la production joue un rôle pionnier dans l’affirmation de la poupée comme œuvre d’art : les sœurs Emma et Marietta Adams et leurs « Columbian dolls » ; Rose O’Neill, la mère des célèbres « Kewpies » ; Ella Louise Gantt Smith, la mère des « Alabama Indestructible Dolls » ; Julia Jones Beecher et ses « Missionary ragbabies » en tissu ; Mollye Goldman, qui devient l’un des plus importants fabricants de vêtements pour poupées sous la marque Molly-‘es ; Georgene Averill, avec son brevet de poupée « Mama doll » à tête en composition et corps en tissu, obtenu en 1918 ; Grace Storey Putnam, créatrice du célèbre bébé réaliste « Bye-Lo Baby », surnommé « The million dollar baby » et Jennie Adler Graves, qui confectionne des vêtements et des trousseaux pour « Just Me », une poupée fabriquée en Allemagne par Armand Marseille, et conçoit Ginny, petite poupée mannequin de 20,5 cm en plastique dur à la garde-robe riche et raffinée.
Retour en France, où, dans la même période qui couvre la deuxième moitié du XIXe siècle et la première moitié du XXe, le mouvement de renaissance du jouet français et de la poupée a amené des artistes de renom tels que Berthe Noufflard, Georges Lepape, Francisque Poulbot, Hansi et Jean Ray, à s’impliquer dans la création de poupées.
Dans le reste de l’Europe et dans cette même période, émergent quatre figures de proue de la poupée comme forme d’art, qui auront une influence considérable sur les créateurs contemporains : il s’agit des allemandes Käthe Kruse et Margarete Steiff, de l’italienne Elena Scavini (Lenci) et de la suissesse Sasha Morgenthaler.

haut de page

Les six époques de la poupée d’art de 1870 à 1935

Florence Theriault, copropriétaire de la société américaine Theriault’s (the dollmasters), spécialisée dans l’estimation et la vente aux enchères de poupées et jouets de collection,  identifie et analyse dans son livre In character – The portrayal of mood in antique dolls, publié en 1991, les six époques de développement la poupée de caractère (voir ci-dessous « Poupées et caractérisation ») dans la période choisie 1870-1935. On présente ci-après ces six époques vues sous l’angle de l’histoire des poupées d’art.

  1. L’âge d’or des poupées françaises (1870-1899) voit les fabricants français chercher à personnifier la beauté dans sa forme idéalisée. Le réalisme est sacrifié à la quête de perfection, au point que certains critiques de l’époque trouvent les poupées « trop belles » ! cet âge d’or décline à partir de la fin des années 1880 et se termine avec la formation de la SFBJ en 1899 et son assemblage industriel des poupées.
  2. La phase préliminaire au mouvement d’art de Munich (1880-1905) recouvre en partie l’âge d’or des poupées françaises. Durant cette période mal comprise de l’histoire, les créations allemandes subissent une transformation notable, évoluant de la statuaire figée des poupées en porcelaine émaillée ou en biscuit aux cheveux sculptés vers les figures d’enfants remarquablement réalistes dont le XXe siècle sera coutumier.
  3. Le mouvement d’art de Munich proprement dit (1905-1915), appelé « réforme de l’art » par ses instigateurs et ses détracteurs, est initié durant les deux décennies précédentes, lorsque les fabricants allemands de poupées sont incités à créer des modèles qui ressemblent à de vrais enfants (photo de gauche ci-dessous). Ce mouvement est favorisé par le regain d’intérêt de la société pour l’enfance à l’aube du XXe siècle, et par la demande associée de poupées semblables aux « enfants des rues ».
  4. Le mouvement français du début du XXe siècle, contrairement au mouvement allemand qui s’est développé progressivement, émerge de façon abrupte. Les fabricants français sont bien conscients depuis quelques temps que la concurrence avec les firmes allemandes tourne à leur désavantage. Afin de remédier à cette situation, la SFBJ est fondée en 1899, et se donne deux leviers : l’imitation des procédures allemandes de production et de distribution commerciale ;  l’élaboration d’un nouveau type de poupée adapté au tempérament de ce XXe siècle naissant, dans le contexte du mouvement de renaissance du jouet français et de la poupée, marqué par l’introduction de modèles signés par des sculpteurs renommés (photo du centre ci-dessous). Ce mouvement connaît son apogée en 1916-1917.
  5. Le mouvement post-réforme allemand (1916-1925) emprunte plusieurs voies. Premièrement, les modèles datant du mouvement de réforme (les fameux enfants des rues) sont modifiés pour les rendre plus viables commercialement, tout en essayant de conserver leur réalisme : leur apparence est adoucie et égayée par l’adjonction de fonctions telles que les yeux dormeurs. Deuxièmement, le modèle classique au mignon visage bénéficie de traits tels que les lèvres accentuées ou une meilleure définition du contour des yeux. Enfin, élément le plus marquant, l’accent est mis sur la conception de nouveaux modèles par des artistes américaines réputées.
  6. L’époque des poupées portraits américaines (de 1925 à 1935, fin de la période analysée) est caractérisée par le développement de la poupée de célébrité sous licence : la personne représentée est souvent un acteur ou un sportif populaire  à qui des royalties sont versées. Là encore, des artistes renommés viennent prêter main forte pour la création de nouveaux modèles. Ce phénomène perdure tout au long des XXe et XXIe siècles (photo de droite ci-dessous) et constitue le fer de lance de  l’industrie américaine de la poupée.


         © Theriault’s            © Theriault’s                     © Theriault’s

Le renouveau américain de l’après-guerre

C’est encore des États-Unis que vient le nouveau souffle de la poupée d’art, celui de l’après seconde guerre mondiale. Dans les années 1950, quatre artistes américaines, Helen Bullard, Fawn Zeller, Gertrude Florian et Magge Head, intéressées par la poupée originale comme moyen d’expression artistique, se détournent des représentations figées pour mettre en scène des modèles dans des situations de la vie quotidienne, illustrant l’histoire et la culture américaines, à l’instar des poupées amérindiennes, et cherchant à regagner l’attention des collectionneurs.
Elles fondent en mai 1963 le NIADA (National Institute of American Doll Artists), l’institut national des artistes en poupées américains, avec comme objectifs la reconnaissance de la fabrication de poupées originales faites à la main comme un des Beaux-Arts, le soutien aux artistes membres, l’enseignement, la critique, et le mentorat des artistes émergents. Première organisation d’artistes en poupées, le NIADA accueille des artistes venus du Monde entier. Ce groupe d’innovateurs invite à remettre en question la vision de la poupée, en explorant l’utilisation de matériaux nouveaux et inhabituels, et en établissant l’environnement d’évolution d’une nouvelle forme d’art.

haut de page

Le renouveau allemand des années 1970

Retour en Allemagne, où les années 1970 connaissent un regain d’intérêt pour la collection de poupées en général et les poupées d’artiste en particulier, après le succès des « Ari »  dans les années 1950 à 1960, petites poupées allemandes en caoutchouc de 6 a 15 cm, en tenues folkloriques ou de ville. Le rôle de l’artiste Mathias Wanke dans ce mouvement a été décisif. Cinq artistes en poupées allemandes vont dans ce contexte de renouveau allemand s’imposer et connaître la notoriété : Brigitte Deval, Annette Himstedt, Hildegard Günzel, Rotraut Schrott et Sabine Esche.

La sculpture souple

Dans les années 1970 et 1980, un autre mouvement artistique, la sculpture souple, a une influence profonde sur l’idée de la poupée, en redéfinissant les possibilités et en attirant l’attention des artistes plasticiens. À l’origine, ce mouvement, qui à peu de choses à voir avec les poupées, est totalement concerné par l’emploi du tissu comme nouveau matériau de sculpture. Les artistes textiles créent des sculptures sur des thèmes de la vie quotidienne, mettant en scène objets usuels, plantes, animaux et êtres humains. Ces œuvres révolutionnaires brouillent les frontières entre sculptures et poupées et questionnent l’observateur. De fait, la réalisation de poupées en tissu devient l’un des domaines les plus populaires et innovants de la poupée d’art, en particulier aux États-Unis ou surgissent des centaines de clubs sur ce thème.

Des années 1980 à nos jours

À partir des années 1980, l’évolution continue avec l’avènement de matériaux novateurs et la redéfinition des anciens. Tandis que les artistes en poupées emploient toujours de la porcelaine et des moules, la poupée  repeinte et la poupée modifiée font leur apparition pour constituer des pièces OOAK, comme la « Earth Day Barbie » de littlebitwired (photo de gauche ci-dessous).
Certains artistes comme Marlaine Verhelst (photo du centre ci-dessous) sculptent directement dans l’argile à porcelaine. Des variétés d’argile ou de composition qui nécessitent peu de cuisson ou sèchent à l’air ambiant sont mises au point : argiles polymères comme le Cernit ou le Fimo, La Doll, paperclay, porcelaine froide,… Ces matériaux se marient bien avec le tissu et deviennent populaires, pour une sculpture toujours plus expressive.
Les objets de récupération (bois, pierre naturelle, métaux, verre, plastiques, plantes,…) font leur entrée dans les œuvres d’art, et font une place aux poupées dans l’arène plus large des sculptures en technique mixte, comme celles de Larry et Akira Blount (photo de droite ci-dessous).
La poupée en papier bidimensionnelle est revisitée pour rejoindre sa cousine en trois dimensions dans le monde de l’art en utilisant objets de récupération et collage, comme dans les assemblages de Linda et Opie O’Brien. D’autres artistes choisissent de modifier tout ou partie de poupées existantes, anciennes ou commerciales, en les  couvrant parfois de perlages ou de crochets.
L’offre actuelle est foisonnante, des poupées traditionnelles aux représentations quasi abstraites en passant par l’univers de la fantasie, qui dépassent ce que Helen Bullard  aurait pu imaginer. Il existe toutefois une répartition géographique inégale de cette offre, beaucoup plus dynamique dans les pays de l’Europe de l’Est (Russie, Ukraine,…) et en Amérique du Nord que dans les pays d’Europe Occidentale, en particulier en France où les jeunes artistes se font rares. Le dernier salon Modna Lyalka de Kiev (Ukraine) en octobre 2019 alignait pas moins de 225 artistes en poupées, la plupart ukrainiennes…


                         © Etsy                       © NIADA archives     © NIADA archives

Art et émotions

L’œuvre d’art ne vit pas de son rapport au réel, mais des affects qu’elle produit : c’est peut-être parce qu’elle est productrice d’émotions et qu’elle est à elle seule un univers que l’œuvre d’art est belle. La question des émotions représentées dans l’œuvre, exprimées par l’artiste ou provoquées chez l’observateur a été et continue d’être abondamment traitée dans la littérature, qu’elle soit philosophique, romanesque ou poétique.
C’est du siècle des Lumières que date la notion d’art communément admise de nos jours. Partant d’une réflexion sur les sens et le goût, une conception basée sur l’idée de beauté finit par s’établir. Avec le philosophe Emmanuel Kant émerge une théorie de l’art définissant l’esthétique, et l’importance de l’observation de règles passe alors au second plan tandis que l’intention de l’artiste, qui vise nos sens et nos émotions, devient primordiale. À la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe, le romantisme s’efforce de réhabiliter le sentiment face à la raison.
La question des émotions dans l’art a été largement éclipsée, comme le soulignent les auteurs du dictionnaire « Arts et émotions » paru en 2016 chez Armand Collin, par une modernité qui dédaignait les problématiques « psychologisantes » et préférait se centrer sur des interrogations formelles de nature politique, psychanalytique ou structuraliste, en privilégiant respectivement le collectif sur l’individu, l’inconscient sur le conscient et  la totalité par rapport aux parties.
On assiste aujourd’hui à la sortie de l’art de ce moment formaliste et au développement des disciplines scientifiques ayant les émotions pour objet. L’étude des liens complexes et variés que les arts entretiennent avec les affects se nourrissent de la contribution des sciences cognitives et des théories psychologiques ou sociologiques de la réception et de la lecture.

haut de page

Poupées d’art et émotions

Les artistes en poupées insistent tous sur la motivation affective dans l’exercice de leur art et sur la passion qu’éprouvent les collectionneurs pour leurs poupées. Florilège de quelques témoignages de créateurs sur les rapports complexes entre création, inspiration et émotions.
Pour la célèbre artiste française Héloïse, l’achat d’une poupée d’art est en quelque sorte un investissement affectif. La poupée n’est pas un objet, elle est chargée d’une mission, elle incarne une émotion et accueille toutes les projections que cette émotion aura suscitées. « La plus belle réponse à cet art qui me porte est sans doute la vôtre, vous qui me faites part de l’émotion que mes poupées ont fait naître en vous », confesse-telle, « je suis personnellement très heureuse de m’inscrire dans ce grand courant de création de poupées contemporaines. Chacun y exprime avec force sa personnalité et sa différence ; chacun donne, offre quelque chose de plus que l’objet lui-même. Pourquoi ne pas dire que ce quelque chose, c’est de l’amour… ».
Laurence Ruet (photo de gauche ci-dessous) autre française, déclare : « je veux donner du caractère à mes poupées, mon but est d’arriver à transmettre de l’émotion… Je suis très sensible à des expressions comme la fragilité, la timidité, l’étonnement, la tendresse… ».
Écoutons la créatrice belge Anouk Le Mayeur : « pour faire des poupées, il faut de la patience et surtout de la persévérance. Sculpter un visage, des mains, des pieds un corps, ce n’est pas facile, il faut respecter la symétrie mais pas trop pour que l’ensemble soit vivant et suscite de l’émotion ».
La grande dame de la création russe de poupées Tatiana Baeva est « fascinée par le processus d’animation d’un morceau d’argile, bien que ce soit la partie la plus demandeuse en temps et en énergie de chaque projet. La peinture est également passionnante, car c’est là que l’apparence et -plus important- l’âme de chaque poupée sont créées ».
L’autre artiste russe Nataliya Lopusova-Tomskaya confie : « tandis que les étoffes et la conception de vêtements m’animent, j’entraîne toutes les nuances de couleurs vers une harmonieuse unité avec effort et émotion. Faire des poupées, c’est à parts égales de l’amour et du stress. Mes poupées me sont chères, je les travaille et les modifie jusqu’à en tomber amoureuse ».
Heather Maciak, canadienne, trouve « difficile de mettre des mots sur le sentiment de satisfaction qui vient lorsqu’on prend un morceau d’argile pour en créer l’image d’un enfant. C’est un défi sans fin, souvent exaltant et parfois frustrant, mais la récompense est indescriptible ! ».
L’étoile montante des artistes en poupées canadiens Patrick Bouchard témoigne : « sculpter un visage n’est jamais facile mais quand l’objectif est de partager une émotion c’est encore plus difficile. À un moment donné, je dois mettre de côté mes tentatives de réalisme, pour me concentrer sur l’émotion du personnage ».
La japonaise Miura Etsuko explique son rapport ambigu à ses créations : « même si j’en fabrique, je ne possède pas ce que les japonais nomment le ‘ningyō ai’, l’amour des poupées. En fait, le visage ne m’intéresse pas vraiment, je préfère fabriquer le corps et inventer des formes ».
Annie Wahl, américaine, dit des personnes qui l’inspirent pour ses poupées qu’elles sont « très très vieilles, mais très mignonnes. Je crois que c’est mon amour et ma dévotion envers les personnes âgées qui ont influencé ma vie. De toute façon, je les trouve plus intéressantes ».
Henry et Zofia Zawieruszynski, couple de polonais installé aux États-Unis, s’accordent à dire que leurs BJD « ont été passionnantes à concevoir, et nous comprenons pourquoi les collectionneurs aiment les avoir et ‘jouer’ avec elles ».
L’autre américaine Akira Blount affirme : « aussi engagée que je puisse être dans les nouvelles techniques de fabrication, je n’oublie ni les fondamentaux du métier ni l’émotion et le plaisir de l’enfant intérieur que les poupées m’inspirent ».
Marilyn Bolden (photo du centre ci-dessous), originaire des États-Unis, fait des poupées « parce que les gens en tirent tant de plaisir. Les collectionneurs les aiment avec une telle passion. On ne peut pas en dire autant des autres formes d’art ».
Avant de commencer un nouveau projet, l’américaine Nancy Latham « étudie de vieilles photographies, les yeux et les expressions des enfants. Je tombe amoureuse de l’enfant avant de réaliser son portrait. Quand les collectionneurs regardent et tiennent une de mes poupées, je veux qu’ils éprouvent la même émotion ».
L’auteure et productrice de contenus internet et télévisuels canadienne Marie-Claude Dupont (photo de droite ci-dessous) est aussi peintre et créatrice de poupées et marionnettes à fils, en marge de ses activités professionnelles. Elle donne sa définition de la poupée d’art contemporaine : « elle se distingue de la poupée jouet ou de la poupée en série par la recherche de sens. Qu’elle soit la représentation en miniature d’un humain ou d’un personnage fictif ou fantaisiste, la poupée d,art ou d’artiste, au-delà de la forme, se doit de posséder une âme. En d’autres termes, une poupée d’art contemporaine est une oeuvre d’art unique qui revendique son existence et ce, quel que soit le médium d’expression utilisé ou le sujet dépeint. Elle peut susciter des émotions intenses ou même provoquer des réactions violentes, comme on le constate chez les poupées dépeignant des réalités sociales, la mort ou la douleur. Le résultat demeure le même : au-delà de la contribution même de l’artiste, la poupée existe par elle-même. Et le fait d’appartenir à un univers tridimensionnel ajoute à cette réalité ».


         © Laurence Ruet           © Dear Little Dollies   © Marie-Claude Dupont

haut de page

La transgression dans l’art contemporain

La transgression, démarche visant à indigner ou violer les conventions sociales ou les sensibilités individuelles, ou tel résultat provoqué par une œuvre, n’est pas un phénomène nouveau dans l’art. Souvenons-nous de « Olympia » d’Édouard Manet, peinture représentant une femme qui se montre volontairement nue et fixe du regard le spectateur. Mais ce phénomène se systématise avec l’art contemporain.
Selon la sociologue française Nathalie Heinich, les œuvres d’art contemporain ont comme caractéristique de transgresser les frontières de ce qui, pour le sens commun, est considéré comme de l’art. Mais le philosophe français Yves Michaud diagnostique la fin de la transgression à la fin des années 1970, avec les derniers mouvements d’avant-garde, comme le body art ou l’art conceptuel : « Nous continuons à croire que l’art doit viser la transgression, mais en réalité, aujourd’hui, celle-ci ne va pas très loin : il s’agit d’une audace ritualisée et encadrée » analyse-t’il, « pour deux raisons : la première tient au fait que toutes les voies ont été explorées… la deuxième tient aux cadres légaux, qui sont largement reconnus et acceptés. Il est désormais totalement interdit de montrer des enfants nus ou des animaux maltraités ».

La transgression dans les poupées d’art contemporaines

Quoi qu’il en soit, l’indignation, le malaise, voire le dégoût éprouvé par les spectateurs d’œuvres d’art contemporain ont encore de beaux jours devant eux. Dans le livre « Poupées et tabous : le double jeu de l’artiste contemporain », catalogue de l’exposition éponyme à la maison de la culture de Namur (Belgique) en 2016, Isabelle de Longrée constate : « il semble que les artistes d’une modernité qui a rompu définitivement avec le concept d’imitation dirigent plus volontiers leur propos vers les grands débats qui agitent la société depuis les cent dernières années : perversions sexuelles, essor de la chirurgie esthétique, clonage, multiculturalisme, identités transgenres, reconfiguration de la famille traditionnelle,… ». Les nombreux créateurs exposés témoignent de la présence récurrente de la poupée dans le champ de l’art contemporain : Alice Anderson, Arman, Hans Bellmer, Marianne Berenhaut, Pascal Bernier, Dinos et Jake Chapman, Niki de Saint Phalle, Melissa Ichiuji, Mariette, Pierre Molinier, Michel Nedjar, Olivier Rebufa, Cindy Sherman, Pascale Marthine Tayou.
Venus du Japon, trois artistes contemporains illustrent la transgression à l’œuvre dans le domaine des poupées d’art : Simon Yotsuya, Ryoichi Yoshida et Miura Etsuko.

Poupées et caractérisation

Pour l’observateur superficiel, la poupée n’est qu’une jolie représentation de la forme humaine, une interprétation idéaliste approchant parfois l’angélisme. En réalité, à travers son histoire, la poupée de caractère traduit toutes les humeurs et émotions humaines imaginables, une évocation de moments heureux ou poignants, de la malice ou de l’innocence,  de la colère, de l’angoisse, de la tristesse, de l’effroi, de la stupéfaction,…
Bien qu’influencée par les agitations esthétiques de son temps, la poupée de caractère se tient à l’écart de son époque, intemporelle et universelle. Ce phénomène de caractérisation produit une intimité entre la poupée et son ou sa propriétaire, un sentiment de communion presque humain. Le livre « As if they might speak » (Comme si elles pouvaient parler) de l’artiste Dewees Cochran, publié en 1979, est un vibrant témoignage sur ce sentiment.
La caractérisation des poupées a toujours été une alternance d’intentionnalités et de hasards, avec dans chaque situation la présence d’impératifs commerciaux. À l’analyse historique de Forence Theriault « Les six époques de la poupée d’art de 1870 à 1935 »  présentée plus haut correspond une analyse des époques de caractérisation des poupées durant la même période.

  • L’âge d’or des poupées françaises (1870-1899) peut être décrite par la formule « le caractère comme idéal ». En dépit du sacrifice du réalisme à la poursuite de la perfection, la caractérisation est présente, bien que souvent de manière inconsciente, et jaillit littéralement. Le maintien, la décoration des poupées, les détails ajoutés dans leurs yeux, leur coiffure ou leur tenue vestimentaire, se combinent pour composer un ensemble impressionnant de dames élégantes, jeunes femmes sensuelles ou timides, enfants candides ou sévères.
  • La phase préliminaire au mouvement d’art de Munich (1880-1905) peut être dépeinte comme celle du « caractère non reconnu ». Une thèse communément admise place la naissance au début du XXe siècle de la caractérisation des poupées d’art allemandes. Une étude sérieuse des modèles produits, ainsi qu’une bonne connaissance de l’histoire des poupées allemandes, contredisent cette théorie. Une intense expression de l’humeur est évidente dès 1880 sur des poupées fabriquées par Kestner (photo de gauche ci-dessous), Kuhnlenz, Bahr & Proschild ou encore Simon & Halbig. Toutefois, des visages boudeurs voisinent avec des portraits idéalisés : les fabricants allemands paraissent tiraillés entre ces poupées de caractère et les poupées idéales produites par les fournisseurs français. Le « caractère non reconnu » ne connaît pas de déclin : il trouve sa vitesse de croisière et prospère jusqu’à se fondre dans  le mouvement de réforme de l’art.
  • « Le caractère comme concept » est la désignation qui convient au mouvement allemand de réforme de l’art (1905-1915), dont l’époque constitue l’apogée historique de la poupée de caractère. Les fabricants répondent à la demande de poupées semblables aux « enfants des rues », et une pléthore de modèles de caractère extraordinaires est produite en une remarquable décennie. Boudeuses, pensives, mélancoliques ou rieuses et espiègles, les poupées ont de la personnalité. Le mouvement inclut aussi des portraits d’adultes, tandis que la multiculturalité est prise en compte avec un modelage spécifique fidèle à la réalité plutôt que par de simples modifications de la couleur de peau, des vêtements ou des accessoires. L’époque voit également l’introduction d’un article sans précédent : une poupée commerciale signée par un artiste célèbre. La première guerre mondiale et le climat économique précipitent la chute de la poupée d’art de caractère. Bien que la production de quelques modèles populaires ait continué dans les années 1920, aucun nouveau modèle n’a pratiquement été lancé après 1915. On ne peut pas pour autant considérer que le mouvement se soit interrompu. Il s’est plutôt dissout et reformé dans celui des poupées de caractère modifiées des années 1920.
  • Les poupées du mouvement français au début du XXe siècle sont le mieux évoquées par le terme de « caractère popularisé ». Jusqu’à la fondation de la SFBJ en 1899, les efforts pour affronter avantageusement la concurrence allemande ne comprennent pas l’introduction de modèles de caractère, à l’exception de la série 200 de Jumeau (photo du centre ci-dessous). C’est pourquoi l’offre rapide de poupées de caractères dès 1899 est si extraordinaire : comme leurs cousines allemandes, elles rient, font la moue, ont l’air soucieux ou pensif, mais avec ce style inimitable qui les distingue. Une nouveauté importante pour les poupées du mouvement français : les modèles signés par des sculpteurs renommés. Comme pour le mouvement allemand, l’élan du mouvement français est de courte durée. Bien que la production de quelques uns des modèles les plus populaires commercialement ait continué jusqu’aux années 1930, il est probable qu’aucun nouveau modèle n’ait été produit après 1915.
  • Le terme « caractère en évolution » spécifie précisément les poupées du mouvement post-réforme allemand (1916-1925). La conception de nouveaux modèles par des artistes américaines réputées, née avec la poupée Kewpie de Rose O’Neill pendant le mouvement allemand de réforme de l’art puis plus tard dans le mouvement français, réapparaît avec des artistes français comme Albert Marque, Francisque Poulbot et Jeanne Van Rozen. Cependant, le concept est maintenant bien rôdé, et durant les années 1920 est présentée une pléthore de nouveaux modèles exceptionnels, chacun conçu et protégé au niveau du droit d’auteur par une artiste dont le nom est inscrit sur la poupée. La plupart de ces artistes sont américaines : Grace PutnamGeorgene Averill, Jeanne Orsini, Helen Jensen (photo de droite ci-dessous), pour ne citer qu’elles. Le succès commercial du concept est un fondement important de l’expansion de l’industrie américaine de la poupée. Bien que le marché international des poupées allemandes ait décliné après 1930, la production de poupées de caractère a continué en volume réduit.
  • Durant l’époque des poupées portraits américaines (1925-1935), la poupée de caractère, décrite par l’expression « caractère comme personnalité », obtient un statut de célébrité. Bien que l’industrie américaine de la poupée ait trouvé sa vitesse de croisière après la première guerre mondiale, elle n’atteindra une assise internationale qu’à la fin des années 1920. Ceci grâce à un nouveau phénomène particulièrement présent aux États-Unis, la poupée de célébrité sous licence. C’est la popularité du modèle qui assure le succès commercial de ces poupées. Toutefois, les concepteurs les plus avisés dépassent cette particularité pour illustrer des thèmes universels au moyen de poupées qui restent appréciées dans les mémoires bien après l’oubli de la célébrité de départ. Ce phénomène n’a jamais périclité. Tout au long des XXe et XXIe siècles, il stimule  l’industrie américaine de la poupée. Ses réalisations variées reflètent l’histoire : par exemple, des portraits de héros militaires tels que le général MacArthur sont créés.


            © Theriault’s                             © Proxibid                     © Theriault’s

haut de page

Poupées d’art et poupées OOAK

L’expression OOAK (One-Of-A-Kind) revient souvent lorsqu’on traite du domaine des poupées d’art. Que recouvre-t’elle exactement ? littéralement, elle signifie « unique en son genre », par opposition aux séries limitées et à la production industrielle. Souvent présenté comme un signe de qualité, le label OOAK revêt une importance particulière pour les créateurs de poupées et pour les collectionneurs. Il garantit en principe que la poupée est conçue, sculptée, peinte, assemblée, costumée et finie par l’artiste lui-même, et qu’elle ne sera pas reproduite. Les poupées personnalisées à partir de modèles commerciaux comme Barbie ou Gene Marshall appartiennent également à cette catégorie.
L’artiste Karen Scofield introduit la notion de sculpture pure : l’artiste sculpte à la main et au moyen d’outils une forme dans l’argile brute ou tout autre matériau de modelage, sans avoir recours à un moule commercial. Elle apporte ensuite sa définition d’une poupée d’art OOAK en sculpture pure : c’est une poupée originale conçue et fabriquée par l’artiste sans utiliser de modèle, de moule commercial ou de parties de poupées commerciales. Elle est constituée d’un matériau unique ou d’une combinaison de matériaux (technique mixte) et n’est ni un reborn ni une poupée repeinte, ni une poupée modifiée.
Mais toutes les poupées d’art ne sont pas OOAK, loin de là. La plupart des artistes produisent des poupées numérotées en édition limitée de taille variable allant de quelques exemplaires à plusieurs centaines d’exemplaires. Le public non averti, jugeant que l’unicité ou l’édition très limitée est un gage de valeur, a tendance à orienter sa demande vers ce type d’œuvre. La célèbre créatrice française de poupées en résine en éditions limitées Héloïse fait à ce propos une mise au point essentielle : le fait qu’une poupée soit une pièce unique ne lui accorde aucune valeur supplémentaire, seule la qualité de la sculpture est importante. Beaucoup de collectionneurs sont dans la confusion avec cette notion ambiguë et trompeuse de pièce unique : une belle sculpture en édition limitée réussie, réalisée par un artiste réputé, a plus de valeur qu’une « pièce unique » médiocre. La référence, c’est de ne pas tricher sur la numérotation.

Ce qu’en disent les artistes

Les créateurs ont bien évidemment leur propre discours sur la pratique de leur art. À cet égard, on trouvera de très nombreuses déclarations dans les portraits de l’index des artistes situé en barre latérale droite de ce site. Nous essaierons de dégager ici les idées majoritaires exprimées  par les artistes en poupées.
Beaucoup s’accordent à dire que l’attrait principal de leur activité réside dans la multitude de compétences nécessaires à la fabrication d’une poupée d’art : dessin, sculpture, moulage, peinture, stylisme, couture, bijouterie, coiffure, fabrication de perruques,…
Cette spécificité stimulante est mise en avant par l’artiste russe Marina Bychkova : « la raison pour laquelle j’adore faire des poupées est la multidisciplinarité de cet art. Je ne me contente pas de travailler avec une seule technique telle que la peinture ou la sculpture, et les poupées m’offrent une expérience tactile variée et satisfaisante. Pour créer une poupée, je dois combiner sculpture, design industriel, peinture, gravure, fabrication de moules, dessin, ferronnerie, mode et bijouterie. Je veux tout ou rien !  »
C’est aussi l’avis de la créatrice américaine Jamie Lynn Williamson (photo de gauche ci-dessous) : « au fil des années, j’ai aimé de nombreuses formes d’expression créatrices -peinture, couture, dessin- . Les poupées m’ont donné l’occasion d’utiliser tous mes talents artistiques pour créer une forme d’art qui paraît presque vivante ».
Helen Kish, autre créatrice américaine, renchérit : « il n’y a pas d’autre forme de description de la figure humaine qui réunisse tout ce que j’aime faire, à part la création de poupées. Tissu, peinture, sculpture et conception générale, même un peu d’ingénierie. Tout ça est dans une poupée d’artiste ».
Beaucoup débutent avec un savoir-faire dans une seule discipline, puis acquièrent les autres compétences nécessaires, souvent après de fastidieux processus d’essais et erreurs.
C’est le cas de l’américaine Maggie Iacono, artiste en poupées de tissu, qui entre dans cet univers « à travers l’amour de la couture. J’ai appris à faire mes habits dès l’âge de neuf ans. J’étais dans le mouvement de jeunesse 4-H jusqu’au lycée. Dans ce club, j’ai aimé créer des vêtements, et j’ai eu une excellente professeure de couture, qui n’était autre que ma mère. Coudre des poupées en tissu et leurs vêtements était une suite très logique. Je suis devenue progressivement frustrée par les poupées en deux dimensions à visage plat que j’avais faites, et commençais à chercher quelque chose de plus réaliste. Après des années d’essais et d’expérimentations, je suis arrivée à la technique que j’utilise aujourd’hui. Je pense avoir débuté comme artisan et être lentement devenue une artiste. C’est la trajectoire inverse de celle de la plupart des artistes. Ils s’engagent avec des connaissances en dessin, peinture ou sculpture. Ces pratiques, j’ai dû les acquérir depuis que je me suis lancée dans la fabrication de poupées ».
Une autre artiste américaine en poupées de tissu, Antonette Cely, embrasse la fabrication de poupées  après une carrière de créatrice de costumes et de maquilleuse pour le cinéma, le théâtre et la télévision. « Je pense que c’était une progression naturelle pour moi », dit-elle. Lorsqu’elle quitte New York, elle est contrainte de trouver du travail en dehors de ces milieux. « Les poupées ont été ma réponse. J’utilisais les mêmes compétences, à l’échelle réduite. J’avais la possibilité de continuer à faire ce que j’avais toujours fait, seulement là je n’avais pas besoin de théâtre ou de société de production. Je suis devenue la productrice, la réalisatrice et la régisseuse de plateau ainsi que la directrice artistique. C’est génial, et j’aime vraiment cette liberté ».
Sur le rôle des femmes dans le milieu de la poupée d’art, l’artiste britannique Carole Piper (photo du centre ci-dessous) analyse : « Il y a tant de talents dans le monde de la fabrication de poupées. Je ne suis pas féministe, mais je me demande souvent si une femme aurait pu prendre la place de Michel-Ange si nous n’avions pas été occupées à faire la vaisselle et nettoyer le bébé ».
Originaire des États-Unis, Elinor Peace Bailey fabrique des poupées en tissu. Elle va plus loin : « pendant longtemps, la poupée d’art n’a pas existé en raison de l’absence de temps libre et de la répression de l’art chez les femmes. Vous y pensez ? en histoire de l’art, combien de femmes artistes ou compositrices sont étudiées ? l’art des poupées est toujours stigmatisé à cause de l’inconsidération des femmes et des enfants ».
Cette stigmatisation provient aussi du milieu artistique lui-même, comme le discute Christine Adams (photo de droite ci-dessous), créatrice britannique : « les artistes en poupées peuvent bien être regardés de haut par le monde de l’Art, il n’empêche que la fabrication de poupées requiert des compétences de très haut niveau en sculpture, peinture, confection et travail manuel. Le problème est que les collectionneurs ne sont pas toujours au fait des critères esthétiques, et ne veulent pas nécessairement une œuvre d’art. L’artiste en poupées sera mieux reconnu quand ce métier sera plus répandu ».


                                                    © TheSaleRoom                   © Proxibid

haut de page

Le commerce des poupées d’art

Le plus grand changement dans le monde des poupées de collection est l’explosion du nombre d’artistes qui font des pièces OOAK. Au début des années 1980, les poupées OOAK étaient rares. Même au commencement des années 1990, seule une poignée de créateurs ne produisaient que ce type de poupée. Aujourd’hui, en revanche, la plupart des artistes fabriquent au moins quelques poupées OOAK, et nombre d’entre eux ne font que ça. Il y a plusieurs explications à cette tendance.
La première est la reconnaissance partielle de la création de poupées comme un des Beaux-Arts. Au milieu des années 1990, les poupées apparaissent plus fréquemment dans les galeries d’art. En fait, les artistes eux-même commencent à organiser des expositions publiques prestigieuses de leurs œuvres et de celles de leurs pairs. Ils créent à ces occasions des poupées spéciales, en repoussant souvent les limites de la notion de poupée. Les publications spécialisées dans les poupées de collection accordent une place croissante aux conceptions OOAK et à leurs créateurs, leur donnant ainsi une couverture internationale et une plus grande légitimité.
La deuxième explication est l’attention accrue à cette nouvelle forme d’art de la part de collectionneurs très en vue d’œuvres originales, au premier rang desquels l’actrice Demi Moore et le promoteur de la forme physique Richard Simmons, tous deux citoyens américains. Non seulement ils attirent l’attention sur les poupées d’art, étendant ainsi son marché, mais ils investissent en personne des dizaines de milliers de dollars dans l’achat de poupées d’artiste. Leur richesse permet à des artistes de premier plan d’imposer des prix habituellement réservés aux objets d’art pour leurs poupées OOAK. Les artistes admirés par nos deux collectionneurs profitent de leur soutien financier pour se livrer à des expérimentations supplémentaires. Savoir que des collectionneurs fortunés sont sérieusement intéressés par leur travail donne à ces artistes une plus grande liberté pour se lancer de nouveaux défis.
La troisième explication est la contribution active de grands fabricants et de chaînes de télévision spécialisées dans le téléachat et dans le commerce en ligne à l’essor des poupées OOAK et de leurs créateurs, phénomène observé surtout aux États-Unis. Quand des sociétés telles que les Ashton-Drake Galleries, Seymour Mann, The Franklin Mint, The Danbury Mint, Sigikid, Ganz ou Götz travaillent avec des artistes pour reproduire en porcelaine ou en vinyl leurs créations, il sont libérés des problèmes posés par les aspects industriels et commerciaux de la production de poupées. Cette liberté, ajoutée à la sécurité d’un revenu garanti par la vente des poupées produites en série, permet aux artistes de faire ce que la plupart d’entre eux préfèrent : concevoir et sculpter. C’est aussi vrai lorsque des artistes en poupées travaillent avec les compagnies QVC ou HSN. Plutôt que de faire concurrence à ces entreprises, la plupart des artistes qui conçoivent pour elles des poupées peuvent alors produire leurs propres modèles dans des matériaux différents, sortir des éditions très limitées ou seulement des pièces OOAK.

Les définitions des associations
Définitions communes

Il n’existe pas de définitions normalisées relatives à la poupée d’art. Cependant, il y a quelques années, trois associations professionnelles, l’ODACA (Original Doll Artist Council of America), le NIADA (National Institute of American Doll Artists) et la BDA (British Doll Artists Association, qui a cessé son activité) adoptaient conjointement un glossaire de termes à l’usage de leurs membres. Parmi les définitions, un certain nombre, reproduites ci-après, concernent les poupées d’art. Mentionnons tout de même que ce glossaire est absent des sites officiels de ces trois associations, pour des raisons que nous ignorons.

  • Artiste -Concepteur : personne qui s’empare d’une idée et la transforme en poupée tridimensionnelle au moyen de ses mains pour sculpter ou réarranger des matériaux bruts
  • Artiste fantôme : artiste à qui une société a commandé la création d’une poupée tridimensionnelle à partir d’une peinture ou d’une illustration originale faite par un graphiste. Ce dernier n’exécute aucune transformation pratique de l’idée en poupée. L’artiste fantôme bénéficie rarement d’une reconnaissance pour cette exécution qu’il mène à bien. La société devrait aviser l’acheteur ou le collectionneur que sa poupée a été « inspirée par le » ou « conçue à partir du » travail artistique original d’un graphiste. Les artistes fantômes sont généralement réputés pour leur travail original.
  • Édition à tenue OOAK (One-Of-A-Kind) : édidtion limitée dans laquelle chaque poupée est finie avec une tenue vestimentaire différente. La coupe de cheveux et la couleur des yeux peuvent aussi être différentes.
  • Édition d’atelier d’artiste : l’artiste possède le contrôle sur la production et sur sa qualité, mais tout le travail est assuré par son équipe. Les tailles d’édition peuvent varier de quelques unités à plusieurs centaines.
  • Édition limitée : lorsqu’une conception ou un prototype original est utilisé pour fabriquer des moules et que des poupées identiques sont reproduites à partir des moules en un nombre prédéterminé, le groupe de poupées résultant est appelé une édition limitée. La quantité produite est annoncée au moment de l’introduction de la poupée. Les moules sont cassés à l’achèvement du nombre de poupées spécifié pour l’édition, afin de garantir leur rareté.
  • Édition limitée d’artiste : si l’artiste est aidé pour la construction (coulage, nettoyage, fabrication des vêtements) de poupées faites à partir de ses moules originaux, mais effectue la majorité du travail, en conservant le contrôle total sur la conception et l’exécution, les poupées résultantes constituent une édition limitée d’artiste. Ce type d’édition comporte habituellement un faible nombre de poupées pouvant être signées ou non.
  • Édition signée par l’artiste : si la conception ou le prototype original est utilisé pour fabriquer un moule et que des poupées identiques sont reproduites à partir de ce moule par l’artiste lui-même, les poupées résultantes sont appelées « édition signée par l’artiste ». De telles éditions sont habituellement produites en très petits nombres de poupées faites entièrement à la main par l’artiste. Elles devraient porter la signature ou la marque de l’artiste, ainsi que leur nom, leur numéro d’ordre dans l’édition et leur date de fabrication.
  • Idée : point de départ de la création de toute poupée. L’idée peut être inspirée par une histoire, une illustration, une expérience de vie de l’artiste, ou ce peut être un concept donné à l’artiste par un individu ou bien un fabricant, qui commandent une pièce spécifique
  • Poupée d’art/d’artiste : objet d’art plutôt que jouet d’enfant , créé dans une large variété de styles et de matériaux, qui peut inclure des parties préfabriquées ou constituer un travail complètement original
  • Poupée OOAK (One-Of-A-Kind) : lorsque la poupée originale (ou première poupée) est sculptée, assemblée, costumée et terminée par l’artiste, et que cette poupée n’est jamais réalisée de nouveau, on l’appelle poupée one-of-a-kind (littéralement « unique en son genre »). Les poupées OOAK sont presque toujours entièrement conçues et faites à la main par l’artiste créateur.
  • Poupée originale ou première poupée : objet fabriqué par un(e) artiste qui prend un bloc d’argile, un morceau de bois, une pièce de tissu ou un autre matériau brut et le réarrange dans une forme de poupée qui reflète une idée ou un concept particulier. Le travail des mains et de l’esprit de l’artiste, la nature individuelle de l’approche par l’artiste du processus technique et le fait que ce portrait particulier n’a jamais été vu auparavant dans une réalité tridimensionnelle font du travail résultant la première poupée ou la poupée originale.
  • Poupée reborn OOAK (One-Of-A-Kind) : la poupée, produite en usine, commence avec une idée ou un concept. L’artiste ou le hobbyiste travaille sur cette idée pour la transformer en poupée de collection qui parle aux émotions humaines d’une façon particulière. Une fois achevé le travail de reborning, la poupée reborn, qui ne convient plus aux jeux d’enfant, est considérée comme un ouvrage unique de créativité.
  • Production de poupées d’art : production qui demande une large gamme de compétences et de technologies, incluant la sculpture, la peinture et la fabrication de vêtements. Les produits sont des objets souvent faits de matériaux multiples tels que tissu, paperclay, argile polymère, cire, bois, porcelaine, cheveux naturels ou synthétiques, fil, laine et feutre. En tant qu’œuvres d’art, les poupées d’art peuvent prendre des semaines ou des mois pour achever leur réalisation.
  • Prototype de conception : si la poupée originale (ou première poupée) est utilisée à des fins de reproduction, elle devient un prototype de conception. Un tel prototype est utilisable par l’artiste créateur pour la production de ses propres éditions ou vendable à une société à des fins de reproduction commerciale.
  • Série limitée originale d’artiste : série de poupées OOAK individuelles faites à la main par l’artiste créateur et qui forme une « famille » ou un groupe apparenté en raison d’une similitude partagée de caractères, de thèmes ou de tenues vestimentaires. Les poupées d’une telle série peuvent apparaître très similaires. Cependant, comme chacune est sculptée et construite individuellement sans moule par l’artiste, elles sont essentiellement des poupées OOAK originales.
  • Valeur : les poupées d’art peuvent valoir des milliers de dollars ; des publications présentant des artistes établis et émergents soutiennent la collection, tandis que des associations d’artistes comme le NIADA promeuvent la forme artistique.

Signalons un intéressant diagramme des relations (en anglais) entre ces notions.

haut de page

Définitions propres

L’ODACA précise de plus qu’il exclut pour les poupées d’art l’usage de moules commerciaux : « tout ouvrage exécuté à partir de moules du commerce, même si le hobbyiste apporte des modifications substantielles, devrait porter des marques originales suivies de l’inscription « reproduit par .(nom ou initiales de l’artisan). ». Procéder autrement peut constituer une violation du droit d’auteur du créateur. Des fabricants qui vendraient un ouvrage fait à partir de moules d’autres personnes comme leur propre ouvrage original s’exposeraient à des poursuites pour contrefaçon ».
Le NIADA proscrit l’usage de parties et moules commerciaux pour les poupées faites par ses artistes membres : « un artiste du NIADA qui utilise des moules pour créer ses poupées est supposé réaliser lui-même ces moules, ou les faire réaliser par un fabricant de moules à partir d’une sculpture faite par l’artiste. Aucun moule commercial ni aucune reproduction d’un tel moule ne peut être utilisé ».
L’IADR (International Art Doll Registry), base de données d’artistes en poupées et de leurs créations, écrit à propos des poupées d’art : « nous acceptons des poupées d’art figuratives faites en argile polymère, des poupées en tissu avec des éléments sculptés originaux, des argiles séchant à l’air ambiant telles que le paperclay, et aussi des pièces faites à partir d’Epoxy Sculpt ou d’Apoxie Sculpt (marque Aves). Nous n’enregistrons pas de poupées préfabriquées comme les reborn ou les poupées mannequins repeintes ».

haut de page

Sources de l’article
Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2020 Patrick Fédida

Les poupées Effanbee : une institution américaine

La génèse

Effanbee (F and B) est un acronyme onomatopéique pour Fleischaker & Baum, les noms des deux industriels d’Atlantic City (New Jersey) Bernard E. Fleischaker, né dans le Kentucky, et Hugo Baum, né en Allemagne, qui se lient d’amitié et forment un partenariat en 1910 pour vendre des jouets. Auparavant, Bernard E. Fleischaker gérait un magasin de vente de meubles, et Hugo Baum une boutique de vente de sacs à provisions, avant de devenir représentant chez Samstag & Hilder, fabricant et importateur de poupées installé à New York avec des filiales à Chicago, Sonneberg (Thuringe, Allemagne, centre mondial de la fabrication de poupées depuis le XVIIe siècle), Nuremberg (Bavière, Allemagne, l’une des capitales mondiales du jouet), Berlin, Paris, Londres, Vienne et Kobe (Japon). Les deux premières années sont difficiles, et après avoir acquis une bonne expérience de la vente de jouets, les deux hommes décident en 1912 de fabriquer leurs propres poupées, « faites en Amérique pour des enfants américains ».
L’idée de départ est de créer des poupées en composition « aussi solides que du béton ». Dès 1912 sortent « Baby Dainty » (photo de gauche), « Little Walter », « Johnny-Tu-Face » et « Naughty Marietta », rebaptisée « Miss Coquette » en raison du lancement par Ideal Novelty & Toy Co. d’une poupée homonyme.
En 1913 est déposée la marque Effanbee, dont les symboles sont un oiseau bleu (photo du centre) et un cœur en or (photo de droite), et le slogan « Dolls that touch your heart » (Les poupées qui touchent votre cœur).


         © PicClick                              © Hake’s Auctions          © Walker Auctions

Les poupées remarquables

Effanbee a produit quelques poupées remarquables par leur caractère novateur ou le succès qu’elles ont rencontré. Outre Patsy, première poupée enfant aux proportions réalistes, on peut citer : « Dy-dee Baby », premier bébé buveur et mouilleur ; la collaboration avec la célèbre artiste en poupées pionnière Dewees Cochran pour la production de ses « America’s children » ;  « Tintair Honey », la poupée dont on peut teindre les cheveux ; « Ann Shirley », poupée représentant une célèbre actrice des années 1930 ; la poupée « Dorothy », d’après un personnage du magicien d’Oz ; « Brenda Starr », la grande reporter de fiction ; l’enfant « Betsy McCall », célèbre poupée de papier reprise en vinyl par Effanbee en 2008 ; les poupées en robe de mariée, très populaires au début du XXe siècle ; « Tiny Kitty Collier », version moderne des poupées glamour des années 1950 telles que Miss Revlon.

Le développement des années 1910

La même année est introduite la ligne de poupées « Betty Bounce » (photo de gauche ci-dessous), tandis que l’année suivante, 1914, voit la sortie de « Baby Grumpy » (photo du centre ci-dessous), un poupon au visage renfrogné, et des poupées enfants « Jumbo ».
Ernst Otto Denivelle, industriel pionnier, travaille avec son frère de 1910 à 1912 au perfectionnement de la technique de composition pressée à froid pour la fabrication des têtes de poupées. Son procédé est utilisé de manière intensive par Effanbee pour produire, outre les « Baby Grumpy » et les « Jumbo », de nombreuses poupées parmi lesquelles, en 1915 : « Aunt Dinah » (photo de droite ci-dessous), « Baby Bright Eyes », Baby Huggins », « Baby Snowball », Billy Boy », « Brick Bodkins », « Daddy Long Legs », « Dorothy Dainty », « Fifi », « Our Baby », « Tiny Tads » et « Whistling Jim ». La plupart de ces poupées, habillées, avaient des cheveux courts moulés, certaines ayant des perruques et des yeux dormeurs. Créées par Hugo Baum, « Uncle Sam » et « Columbia » sont lancées en 1916.

L’année suivante, en 1917, un incendie détruit partiellement l’usine. « Mary Jane », ainsi que trois tailles d’infirmières de l’armée en uniforme officiel en cire, sont introduites.
En 1918, l’entreprise adopte un plan d’intéressement aux bénéfices pour les employés et produit 200 modèles de poupées, dont de nombreuses nouveautés parmi lesquelles : « Baby Catherine » (photo de gauche ci-dessous), « Baby Ruth », « Bathing Buds », « Christening Baby », « De Luxe Baby », « Dolly Dumpling », « Johnny Jones », « Little Girl » et « Sweater Baby ». Nombre de ces poupées ont des têtes collerette en composition avec des cheveux moulés ou des perruques, des yeux peints ou dormeurs et des corps en tissu bourré de liège, les plus abouties ayant des cils et des corps articulés en composition. La plupart sont vendues habillées. Les infirmières de l’armée de l’année précédente sont reprises  en tailles de 30,5 à 61 cm. Une ligne de bébés de caractère à tête collerette en composition et yeux peints, disponible en quatre tailles, porte une barboteuse en percale blanche à garniture rose ou bleue. Une ligne de poupées à vêtements de soie est quant à elle disponible en trois tailles. Enfin, des poupées à traits asiatiques réalistes portent des costumes traditionnels japonais.


               © Etsy                 © Ruby Lane

La période productive continue en 1919 avec la sortie de 300 modèles de poupées dont « Riding Hood Bud », « Valentine Bud » et une série de type « Poupée Mama » (photos ci-dessous). C’est cette même année que l’entreprise utilise la formule promotionnelle « American dolls are now the world’s standard » (Les poupées américaines sont maintenant la référence mondiale). Le fabricant et distributeur Butler Bros de Sonneberg (Thuringe, Allemagne) commercialise des poupées Effanbee de 39 cm habillées à tête et mains en composition, yeux dormeurs et perruques courtes en mohair. L’entreprise de céramique Lenox Potteries fabrique pour Effanbee des têtes expérimentales de poupées en biscuit. Katherine Fleischmann, créatrice de poupées, est chargée de la conception de robes pour le compte d’Effanbee.


                © iCollector.com                                                    © Ruby Lane

haut de page

Les prolifiques années 1920

Une grève de quatre semaines éclate en 1920, année de la sortie d’une série de poupées à corps en chevreau et membres en composition, d’une autre série de poupées habillées à corps en composition articulé et d’une ligne de poupées en tissu bourrées de coton. Cette dernière comprend une poupée noire portant un tablier, un foulard et des bas à rayures.
En 1921, 300 modèles de poupées sont introduits, dont une poupée Mama qui dit « papa », une poupée de salon, un bébé pleureur dans de vrais vêtements de bébé, « Little Miss Muffet » (d’après le personnage d’une célèbre comptine anglaise, photo de gauche ci-dessous), « Margie », Mildred », « Salvation Army Lass » et « Trottie Truelife ».
50 types de poupées marcheuses et parlantes « They walk and they talk » (Elles marchent et elles parlent) à corps bourré de liège ou de coton,  disponibles en tailles de 30, 36 et 38 cm, et  capables pour la plupart de dire « mama » et « papa », voient le jour en 1922. D’autres poupées Mama habillées sont disponibles en tailles de 26,5 à 68,5 cm. La « Sambo family » comprend des poupons noirs, et l’on trouve aussi un danseur hawaïen. Un poupon joue 15 airs de musique à la commande d’un mécanisme à ressort.
Les poupées ont maintenant pratiquement toutes des yeux mobiles, et leur slogan devient « They walk, they talk, they sleep » (Elles marchent, elles parlent, elles dorment). Un bouton marqué « Effanbee » est épinglé sur la robe de chaque poupée et chaque boîte contient une brochure intitulée « Comment jouer avec et aimer une poupée Effanbee ». Une nouvelle ligne appelée « La poupée au cœur d’or » porte un pendentif en forme de cœur (photo de droite ci-dessous).


                   © LetGo                                                            © WorthPoint 

Les nouveautés de 1923, au nombre de 150, ont des têtes et des bras en composition, des cheveux peints, naturels ou en mohair, des corps en tissu et des jambes en composition ou en tissu. Elles comprennent les poupées « Honeybunch », « Beach Baby », « Nancy Ann », « Mary Ann » (photo de gauche ci-dessous), « Dolly Marion », « Dolly Rose Mary » et une poupée Mama portant une barboteuse colorée avec une poche en forme de lapin et une capeline.
1924, année record de production, voit le lancement de 400 modèles incluant quatre nouveaux « Baby Grumpy » (Joan, Gladys, Billie et Peter), trois « Lee » identiques mais de tailles différentes (« Betty Lee », 51 cm, « Alice Lee », 58 cm et « Barbara Lee », 74 cm) et des poupées habillées en tissu représentant des enfants, disponibles en trois tailles. Caractéristiques inédites cette année, on trouve des cils naturels et des bras en composition articulés aux épaules. Hugo Baum obtient un brevet pour  « Harmonica Joe » (photo du centre ci-dessous), une poupée noire jouant de l’harmonica. Les poupées Effanbee, en particulier les poupées Mama, deviennent populaires en Grande-Bretagne ; ces dernières sont proposées en cinq tailles : 43, 46, 53, 61 et 71 cm.
L’artiste Ernesto Peruggi conçoit la poupée « New Born Baby » en 1925, dont Fleischaker obtient les droits exclusifs. Comme ils tardent à produire leur version de « Bye-Lo Baby », qu’ils baptisent « Baby Dainty » (nom déjà utilisé pour une autre ligne de poupées), ils procèdent à deux innovations, qui seront plus tard imitées par d’autres fabricants : sortir la poupée avec une sœur jumelle ; fabriquer une poupée qui bat des mains, « Pat-o-Pat » (photo de droite ci-dessous). Par ailleurs, Effanbee introduit les deux poupées « Bubbles » et « Rosemary ».


                                                                                                 © PicClick

En 1926, la célèbre chaîne de magasins de jouets new-yorkaise F.A.O. Schwartz commercialise une poupée Mama de 46 cm. Les nouveautés de cette année incluent cinq styles différents de « Bubbles », « Rose-Marie », et « Lovey Mary », qui possède les nouvelles jambes élancées en composition.
L’année suivante, en 1927, « Bubbles » est déclinée en 50 styles comprenant les poupées à plaques d’épaules en composition s’étendant au-dessous des bras. Certaines poupées Mama ont des jambes élancées et sont habillées de vêtements de soie et d’organdi. Les nouvelles poupées comprennent « Grumpkins », une version réduite de « Baby Grumpy » ; « Mary Lou » (photo de gauche ci-dessous), la grande sœur de « Bubbles » ; et une poupée promise à un grand avenir, « Mimi », renommée « Patsy » (photos du centre et de droite ci-dessous) après le refus d’enregistrement de « Mimi » comme marque déposée. Conçue par Bernard Lipfert, le célèbre créateur ayant travaillé pour Armand Marseille, cette dernière tiendrait son nom de Patricia Fitzmaurice, la fille d’un aviateur transatlantique. Une « Bubbles » à tête collerette en composition, perruque en mohair, yeux dormeurs et cils naturels, disponible en cinq tailles de 13,5 à 22 cm, est fabriquée exclusivement par Effanbee pour l’importateur et distributeur de poupées de Chicago Montgomery Ward & Co., qui commercialise également « Mary Sue », « Naughty Eyes » et « Rosemary ».


                                           © LiveAuctioneers                  © LiveAuctioneers

haut de page

Le succès de Patsy

Mais revenons à Patsy, la première poupée enfant aux proportions réalistes, fabriquée en très grande série et qui connaîtra un immense succès. Disponible en tailles de 15 à 76 cm, elle est la plus célèbre des poupées en composition après Shirley Temple, conçue par le même créateur. Cette poupée sculptée pour représenter un tout petit enfant de trois ans aura une longévité exceptionnelle en traversant le XXe siècle, et sera l’une des premières à disposer d’une importante garde-robe séparée. Elle est sans doute la première à être entourée d’une grande famille, incluant « Patsyette » (photo de gauche ci-dessous), « Patsy Ann » (photo du centre ci-dessous), Patsy Lou », « Patsy Jr », « Skippy » (photo de droite ci-dessous) et « Patsy Joan ». Skippy est créé en 1928 d’après le personnage de bande dessinée de P.L. Crosby, un petit garçon de 10 ans turbulent appelé Skippy Skinner.


                                                        © TGL Direct

L’enregistrement de la marque déposée « Patsy » est accepté par le bureau américain des brevets en 1928. Effanbee gagne un procès en contrefaçon contre la société new yorkaise Maxine Doll Co. pour la production de Mitzi, une imitation de Patsy.
Tout au long des années 1930, Effanbee est le producteur des poupées Patsy. Depuis, elles ont été fabriquées sous licence par diverses sociétés, dont Ashton Drake. La chronologie de production des Patsy est chaotique : en 1947, le repreneur d’Effanbee, Noma Electronics, réédite des poupées de la famille Patsy ; puis une longue interruption précède quelques reproductions dans les années 1970 ; dans les années 1980, des poupées Patsy en vinyl apparaissent pour la première fois ;  le dernier repreneur d’Effanbee (en 2002, suite à une faillite) et producteur des Patsy est la Tonner Doll Company, qui a fermé ses portes fin 2018.
Patsy a une famille nombreuse : sa petite sœur « Patsyette », sa grande sœur « Patsy Ann » et son frère « Skippy », sans compter « Tiny Patsyette Baby », « Wee Patsyette », « Patsy Lou » (photo de gauche ci-dessous), « Patsy Joan », « Patsy Jr » (photo du centre ci-dessous), « Patsy Ruth » et « Patsy Mae »(photo de droite ci-dessous). Les tailles sont variées : la Patsy classique mesure 36 cm, « Wee Patsyette » seulement 13 cm, « Patsyette » 23 cm, « Patsy Ann » 48 cm, « Patsy Baby » 25 cm, « Patsy Jr » 28 cm, « Patsy Lou » et « Patsy Ruth » sont plus grandes, de 56 à 66 cm, et la plus grande, « Patsy Mae », mesure de 71 à 76 cm.


                                                                                                  © iCollector.com

Patsy et sa famille sont faites en composition de 1927 aux années 1940. Presque toutes les reproductions des années 1980 sont en vinyl, cherchant parfois à imiter l’aspect de la composition. La plupart des poupées Effanbee ont des cheveux moulés, mais certaines portent des perruques dès les années 1930, et Tonner produit à partir de 2002 des poupées de la famille Patsy avec des cheveux naturels. Les nombreuses Patsy faites directement ou sous licence de Tonner sont des reproductions de qualité élevée en vinyl dur (photos ci-dessous).


      © Amazon.com                 © eBay                                  © WantItAll

Quelle est la cote des poupées de la famille Patsy ? les plus rares, telles que « Patsy Ruth » et « Patsy Mae », se vendent à plus de 500 €. Les plus recherchées sont les poupées en parfait état de conservation avec leurs vêtements d’origine et étiquettes de poignet. Celles qui sont craquelées, portent des vêtements de remplacement ou ont subi des réparations se négocient beaucoup moins cher. Les poupées en bon état se vendent autour de 200 €, et celles fabriquées par Tonner au prix de détail, à moins qu’elles soient éditées pour des conventions ou en série limitée, auxquels cas elles sont beaucoup plus onéreuses.

haut de page

Le tournant des années 1930

Outre le dépôt de la marque « Patsy », l’année 1928 voit l’arrivée chez Effanbee de l’artiste internationalement célèbre Fan Fuerst, connue sous le nom de « la Dame d’Effanbee ». Elle disait des contes pour enfants, accompagnée d’actrices habillées comme des poupées. Les nouveautés de l’année sont : « Marylee » (Marilee), poupée Mama ou pleureuse à tête et membres en composition, perruque en mohair, yeux dormeurs, cils naturels et bouche souriante avec dents apparentes, et corps en tissu bourré de coton articulé aux épaules et aux hanches ; « Lovums » (photo de gauche ci-dessous), marque déposée de poupée à tête en composition et expression rieuse, yeux dormeurs, corps en tissu bourré de kapok avec membres courbés, costumes variés, proposée en tailles de 40,5 à 75 cm, dont une version est équipée d’un phonographe ; « Mary Sue » et « Laughing eyes » ; des poupées mécaniques telles qu’une poupée danseuse faisant tournoyer son parasol ou un clown se balançant sur son trapèze.
L’année suivante, en 1929, Effanbee annonce que toutes ses poupées ont désormais des articulations de cou où la cavité se trouve dans la tête et la partie protubérante sphérique dans le cou. Par ailleurs, l’entreprise affirme que ses poupées sont durables. Parmi les nouvelles poupées introduites, on trouve « Lilibet » et « Patsy Ann ». Patsy et Bubbles (photo du centre ci-dessous) ont de nouveaux costumes.
En 1930, toute la famille Patsy, dont chaque membre est pratiquement disponible en fille et en garçon, est équipée de patins à roulettes. Les poupées de l’année sont « Patsykins » (photo de droite ci-dessous), « Wee Patsy », « Tousel Head », « Lamkin », « Patsy Joan », « Mary Lee » et le bébé « Sugar baby ».


              © Ruby Lane            © LiveAuctioneers

En 1931, des animaux sont ajoutés à la ligne de poupées et comprennent « Puss N Boots », poupée de 28 cm à tête de chat en composition sur corps de Patsy. « Bubbles » est offerte en prime pour la vente de trois abonnements au magazine « Junior home », puis le choix s’étend, à partir du numéro de novembre, à « Patsy » et « Baby Lamkin ». Avec la sortie du film « Skippy » joué par Jackie Cooper, la poupée éponyme devient encore plus populaire.
En 1932, « Patricia » est une poupée de 36 à 38 cm toute en composition aux deux bras légèrement pliés et aux yeux dormeurs. La série de bébés « Patsy Baby-Kin » (photo de gauche ci-dessous) de 20, 23 et 25 cm, toute en composition et aux jambes fléchies, est marquée « Patsy Baby », « Baby Tinyette » et « Patsy Babyette ». Elle est disponible en fille, garçon ou jumelles, avec des cheveux moulés ou des perruques en caracul. « New Bubbles », tête en composition de style Lovums à bouche ouverte, cheveux moulés et yeux dormeurs, corps en caoutchouc et membres courbés, est devenue une poupée très rare. « Patsy Ann » et « Patsy Joan » sont dotées d’une malle garde-robe.
Hugo Baum est appelé « le Ziegfeld de l’industrie de la poupée » (Ziegfeld était un célèbre producteur de Broadway), en raison de ses méthodes audacieuses de merchandising : il édite le journal promotionnel « Patsytown news » et organise des réceptions dans les département jouets des grands magasins. 1933 est l’année de « Popeye » (photo de droite ci-dessous) et « Betty Brite », deux poupées de 41 cm en tissu. Une autre « Betty Brite » de 42 cm toute en composition a des jambes raides et une perruque bouclée en caracul. « Kali-Ko-Kate » est toute en tissu avec des traits peints, tandis qu’une « Baby Bubbles » de 28 à 46 cm à cheveux moulés, yeux dormeurs et bouche ouverte possède une tête en composition et un corps avec membres tout en caoutchouc. Une série de « Dy-Dee » à corps en caoutchouc fourni par la société Miller Rubber Company voit le jour : « Dy-Dee Wee », 23 cm, « Dy-Dee Ette », 28 cm, « Dy-Dee Kin », 33 cm, « Dy-Dee Baby », 38 cm et « Dy-Dee Lou », 51 cm.


                                  © WorthPoint                                  © Hake’s Auctions

« Patsy Mae », la plus grande poupée de la famille Patsy, sort en 1934 en deux tailles : 71 et 76 cm. Elle a la tête en composition standard des Patsy, des yeux dormeurs et une perruque. Son corps est en tissu, avec une plaque d’épaules en composition. La Patsy de cette année est habillée en petit chaperon rouge, accompagnée d’un « Wolf » (loup) et d’une « Grandma » (mère-grand) à têtes en composition. C’est aussi l’année des « Three little pigs » (trois petits cochons).
« Baby Wonder » est l’une des nouveautés de 1935 : un bébé tout en composition avec des yeux dormeurs, des cheveux moulés et un ensemble main-biberon en celluloïd. En 1908 est paru le roman à succès de l’auteure canadienne Lucy Maud Montgomery, « Anne of green gables » (« Anne de la maison aux pignons verts », publié en France sous le titre « Anne et le bonheur »), mettant en scène une petite fille adoptée par erreur, Anne Shirley (photo de gauche ci-dessous), personnage foncièrement optimiste, imaginative et courageuse. Effanbee en fait une poupée proposée en tailles 36, 56 et 71 cm. Colleen Moore, actrice de cinéma américaine devenue célèbre dans les années 1920, fait réaliser par son père un château miniature de 0,8 m² meublé par le décorateur Harold Grieve (photo de droite ci-dessous), qu’elle exposera pendant la grande dépression afin de récolter des fonds destinés à des œuvres caritatives pour enfants. La petite poupée en composition de 14 cm « Wee Patsy » représente désormais la princesse de ce château, dont une réplique est fournie avec la poupée. Prêté au Museum of Art and Industry de Chicago en 1949, le château miniature a été légué à ce même musée en 1976.


    © Theriault’s           © Museum of Science and Industry of Chicago

« Patsy Ruth », ajoutée à la famille Patsy en 1936, poupée aux yeux dormeurs avec perruque, est disponible en tailles de 63,5 à 68,5 cm, toute en composition pour la plus grande taille et corps en tissu avec plaque d’épaules en composition pour les autres. Une nouvelle version de « Sugar Baby », en tailles de 51 à 61 cm, a un corps en tissu et une tête ainsi que des membres en composition, avec une perruque en caracul et une bouche ouverte à deux dents supérieures. Depuis 1928 est diffusé sur la station WMAQ de Chicago le populaire sitcom radiophonique Amos ‘n Andy, qui se déroule dans une communauté africaine-américaine. Un des personnages imaginaires de cette série est le bébé « Amosandra », qui se voit offrir de nombreuses poupées par les auditeurs. Effanbee utilise le moule de « Patsy Baby » pour réaliser des poupées Amosandra à trois nattes de cheveux en fil (photo de gauche ci-dessous), qui doivent être marquées Effanbee pour être authentiques, de nombreuses Amosandra ayant été produites par diverses compagnies à cette époque. Des poupées représentant des familles et utilisant les moules « Grumpy » sont proposées : « Pennsylvania Dutch » (photo de droite ci-dessous), « River Brethern », familles Amish ou Mennonites. Effanbee collabore avec Dewees Cochran pour réaliser quatre modèles de 38 à 53 cm appelés « America’s children » (enfants d’Amérique), en composition avec yeux dormeurs peints, et dotés pour la première fois de doigts ouverts capables de porter des gants : « Peggy Lou », « Gloria Ann », « Barbara Lou » et « Ruth Ann ».


                © Ruby Lane                                         © Ruby Lane

haut de page

Effanbee sort de son domaine de prédilection en 1937 pour réaliser la poupée ventriloque « Charlie McCarthy » (photo de gauche ci-dessous), ainsi que des marionnettes : « Clippo Clown », Emily Ann », « Lucifer », « Liza Lee » et le chien « Poochie ». Elles sont conçues par la célèbre marionnettiste Virginia Austin, qui fonde le « Clippo club » pour promouvoir ses créations. Peu de poupées cette année : « Mary Ann », toute en composition, bouche ouverte et perruque, en tailles de 35,5 à 56 cm ; de nouvelles éditions des « America’s children », de 43 à 53 cm.
En 1938 est passée une commande de l’Alexander Doll company pour deux poupées que cette société n’a pas les moyens de produire, car elle n’arrive pas à répondre à la demande : le bébé « Sweetie Pie », poupée de 48 cm aux yeux articulés dans une combinaison de ski en peluche ; une « Nurse » de 28 cm. « Ice Queen », poupée de 38 cm également commercialisée sous le nom de « Betty Ann », a une bouche ouverte aux dents incrustées ; la bouche et les yeux dormeurs de cette poupée ont posé de nombreux problèmes et limité la production. « Button Nose », 20 cm, toute en composition, yeux peints et cheveux moulés, est habillée dans divers costumes de pays (photo du centre ci-dessous). Effanbee édite de nouvelles versions de 38, 45 et 53 cm de l’Anne Shirley de 1935, cheveux blonds tressés en couronne, boucles sur le front et chapeau de paille rose ; Dewees Cochran en a conçu les bras et les doigts écartés ; elle porte une robe courte à pois bleus et roses, un tablier en indienne bleue avec poche, ruchés et chaussures roses à boutons. Le catalogue de 1938 du grossiste et importateur de jouets de Chicago N. Shure Company mentionne des poupées de salon Effanbee : « Ella », 61 cm, « Marietta », 69 cm, « Ginger Curls », 58 cm, « Florence », 79 cm, « Bride », 71 cm, « Elizabeth », 74 cm et « Sonja on skates » (photo de droite ci-dessous, voir Sonia Henie), 41 cm, avec le commentaire « Effanbee a su capturer la véritable expression de sa célèbre homonyme » ; elle porte une perruque en cheveux naturels et une tenue de patinage en taffetas blanc.


       © LiveAuctioneers                                                            © WorthPoint  

Les catalogues mentionnent en 1939 la poupée « Suzette » de 29 cm en robe Vichy à carreaux et capeline, sous les noms « Susie » et « Sunbonnet Sue ». Suzette a été utilisée pour une série de poupées de pays, incluant une hawaïenne à cheveux moulés (photo de gauche ci-dessous). « Mickey Baby », poupée en tissu et composition à jambes raides, bouche fermée, cheveux moulés et perruque en caracul, est disponible en quatre tailles : 38, 46, 51 et 61 cm. Une « Patsy Ann » de 46 cm en tissu et composition comporte une boîte à musique qui joue « Happy birthday ». « Boo-Hoo » et « Ha-Ha » sont deux jouets à presser tout en caoutchouc avec des vêtements moulés. « Pat-O-Pat » est une petite fille en tissu aux yeux peints de 38 à 41 et 46 cm. Une autre « Suzette », de 28 cm, toute en composition, a des yeux peints et dormeurs, et des cheveux moulés ou une perruque. « Little Lady » (photo du centre ci-dessous), avec ou sans les mains conçues par Dewees Cochran, est proposée en tailles de 38, 48, 56, 69 et 74 cm ; toute en composition, elle est marquée « Anne Shirley » ou simplement « Effanbee » sur le dos ; des modèles de 36 à 38 cm existeront jusqu’en 1949, accompagnés d’une valise garde-robe de 19 pièces. Une « Dy-Dee » à tête en caoutchouc dur, corps et membres en caoutchouc souple, dotée d’une layette de 19 pièces, sort en trois tailles de 28, 38 et 51 cm. La poupée « Touslehead » (photo de droite ci-dessous), corps en tissu, tête et membres en composition, yeux dormeurs et perruque en caracul, mesure 46 cm et joue la chanson « Now I lay me down to sleep », prière du coucher pour enfants datant du XVIIIe siècle, au moyen d’un phonographe miniature, habillée en pyjama ou en robe de chambre de flanelle fleurie.


         © WorthPoint                                                             © WorthPoint 

Une poupée « Portrait » de 51 cm, conçue dans la série « America’s children » (voir plus haut) et appelée « Magazine cover doll » (poupée couverture de magazine), possède des yeux dormeurs, des cils naturels et une perruque blonde en cheveux humains avec une mise en plis de groom et un gros nœud ; elle est en composition, avec les bras et les mains (aux doigts séparés) en caoutchouc dur ; sa tenue de présentation est une robe de velours rose à petit col blanc, avec des chaussures en simili cuir blanc et des bas en rayonne. Avec sa boîte à musique suisse dans le corps, « Birthday Doll », poupée en composition de 43 cm, possède des yeux dormeurs, une bouche fermée, et les bras et mains gantables en caoutchouc dur caractéristiques de la créatrice Dewees Cochran ; elle porte une robe et un chapeau en velours bleu, la première avec une garniture de dentelle et des boutons en nacre (photo de gauche ci-dessous). Trois ensembles historiques de 30 poupées chacun décrivent l’évolution des modes, depuis une jeune femme indienne de 1492 jusqu’à l’élaboration vestimentaire de 1939. Ces ensembles de tailles 51 et 53 cm sont en composition avec des bras en caoutchouc dur, et marqués « Ann Shirley ». Les yeux et les sourcils sont peints en pointillés, et les matériaux utilisés pour les vêtements très recherchés : velours, satins et belles dentelles. Exposés à travers le pays dans des grands magasins, ils sont l’objet de répliques de 35,5 cm de chacune des poupées historiques, vendues dans le même temps (photos du centre et de droite ci-dessous).


  © Antique Dolls                © WorthPoint                      © WorthPoint
       Collectors

haut de page

Les années 1940, la guerre et le rachat par Noma Electric

1940. Les poupées de la famille « Dy-Dee » se déclinent en tailles croissantes : « Dy-Dee Kins », « Dy-Deette », « Dy-Dee Jane », « Dy-Dee Louise », « Dy-Dee Ellen ». Tout en caoutchouc dur moulé, avec parfois des cheveux en caracul, elles sont livrées avec leurs vêtements en valise, malle ou parc de jeux.  « Tommy Tucker » (photo de gauche ci-dessous), poupée tout en composition, ou en tissu et composition, a des yeux articulés, une bouche fermée et une perruque en caracul. Elle utilise le moule de « Baby Bright Eyes » pour produire des modèles de 51 cm. « Suzanne » est une poupée en composition aux yeux dormeurs, dont certaines sont équipées par les grands magasins de jouets F.A.O. Schwarz de petits aimants dans les mains afin de tenir divers objets métalliques, à l’instar des « Skippy » et des « Patricia ». Également disponibles cette année : « Patsy Baby », « Patsy Joan », « Sugar Baby » et « Little Lady ». Des « Portrait Dolls » de 30,5 cm tout en composition avec yeux dormeurs et perruques incarnent des personnages de ballerines, mariés, garçons et filles dans le style de l’illustratrice Kate Greenaway, Gibson girls et « Little Bo Peep » (personnage de comptine anglaise, photo du centre ci-dessous). Le poupon « Babykin » à cheveux moulés de 23 à 30,5 cm tout en composition sera proposé en garçon, fille et jumeaux (photo de droite ci-dessous) jusqu’en 1949. Dans le catalogue 1940 du grossiste en articles de maison John Plain, on trouve le duo « Babykin » et « Suzette », à cheveux moulés, en vente dans une malle sous le nom « Baby and big sister ». Une nouvelle « Suzette » de 28 cm à cheveux moulés est vendue séparément dans une malle avec des vêtements, sous le nom de « Bea ». Toujours dans ce catalogue, on trouve une « Patsy Ann » de 44,5 cm avec boîte à musique, deux poupées portraits « America’s children » de 44,5 et 53,5 cm et une « Ann Shirley » de 38 cm sans les mains conçues par Dewees Cochran. Des « Dydee » en tailles 25, 30, 35 et 36 cm tout en caoutchouc avec des yeux dormeurs sont appelés cousins des « Dy-Dee ». Le 2 novembre 1940, Hugo Baum décède et son associé Bernard E. Fleischaker s’installe en Californie pour fonder « Fleischaker Novelties », une entreprise qui fabriquera des poupées raffinées. Effanbee reste sous le contrôle qualifié des fils des associés Bernard Baum et Walter Fleischaker, et des experts Al Kirchof, Perry Epstein et Morris Lutz.


                                          © Replacements                 © Dollyology

La styliste et fabricant de poupées Mollye Goldman conçoit la ligne de vêtements de poupées d’Effanbee pour l’année 1941. Une nouvelle « Little Lady » avec boîte à musique joue « Happy birthday ». Des jumelles en composition « Tousle Tot Twins » de 20 cm (photo de gauche ci-dessous), utilisant le moule de »Patsy Babyette », ont des yeux dormeurs et des perruques en caracul.
Suite à l’attaque de Pearl Harbor par le Japon en décembre 1941, les États-Unis entrent immédiatement en guerre avec les puissances de l’Axe. La plupart des entreprises américaines participent à l’effort de guerre et de nombreuses ressources manquent dès 1942 pour fabriquer les poupées. Quand il n’y a plus de perruques, Effanbee utilise du fil pour les cheveux, et du tissu pour les corps et les membres après la pénurie de composition. La paire « Brother and Sister » (photo de droite ci-dessous) utilise les moules de « Baby Bright Eyes » et « Sweetie Pie ». Leurs corps et membres sont en tissu et leur tête en composition. Des poupées « Baby Bright Eyes » sont proposées en versions garçon et fille, ainsi que des « Miss Glamour Girl » et « Babyette » à tête en tissu et composition avec yeux peints. « Little Lady », cheveux en fils ou perruques en mohair, est disponible en de nombreux costumes, incluant une tenue militaire avec cape en coton bleu à rayures rouges. La poupée « Heartbeat Baby » de 43 cm, corps en tissu, membres en composition et bras pliés au coude, bouche ouverte et cheveux moulés, innove avec son mécanisme d’horlogerie à clé reproduisant les battements du cœur et son stéthoscope associé. Le catalogue de vente par correspondance de Montgomery Ward de 1942 mentionne deux kits de poupées à coudre, une petite « Wee Patsy » de 14 cm et une « Susie » de 24 cm avec garde-robes pré-découpées.

En 1943 sortent deux poupées au moule de « Little Lady » : « Today’s Girl », 46 cm, avec des cheveux en fils, des yeux peints et un corps en tissu rose ; « Centerpiece Bride ». Également introduites cette année, « Baby Button Nose », un « Skippy »en uniforme militaire et deux versions noires de poupées antérieures, « Black Little Lady » et « Black Touslehead ». Un concours de poupées organisé par « Everywomen’s magazine » décerne le premier prix à une « Little Lady » ; Montgomery Ward édite un puzzle sur le thème de cette poupée, dont Effanbee produit une mariée, « Bride Little Lady » (photo de gauche ci-dessous), en robe de satin blanc avec semence de perles. De nouvelles versions de « Sweetie Pie » dont une noire sont proposées, en tailles 46, 48 et 61 cm, avec des yeux articulés. Des jumeaux « Mickey » de 36 cm à têtes et membres en composition, fille et garçon à corps en tissu, habillés d’une combinaison de ski et de bonnets (photo du centre ci-dessous), sont vendus dans une malle avec vêtements. « Sugar Doll » est une grande poupée de 74 cm, tête en composition pivotant sur un cou en bois, corps et membres en tissu bourré, mains en composition, épaules, hanches et genoux cousus, yeux bleus peints et bouche fermée, cheveux en fil de coton, habillée d’une robe bleu pâle à longues manches.
Très peu de nouveautés sont lancées les deux années suivantes, la guerre ayant pratiquement anéanti l’industrie de la poupée. Seules émergent en 1944 « Beautee-Skin Baby », poupée à tête en composition sur un corps et des membres articulés en latex, disponible en tailles 36, 43 et 48 cm, et en 1945 une « Babyette » de 30,5 cm, tête collerette en composition, corps et membres en tissu bourré souple, cheveux moulés et traits peints sur un visage endormi aux yeux clos, bouche fermée, habillée en robe de baptême et vendue dans un panier (photo de droite ci-dessous).


                                                         © PicClick

haut de page

Avec la fin du conflit mondial, la production redémarre en 1946. « Candy Kid », poupée de 33 à 35,5 cm tout en composition avec yeux dormeurs, cheveux moulés et garde-robe étoffée, apparaît habillée en rose dans les catalogues (photo de gauche ci-dessous). « Little Lady » poursuit sa carrière avec succès, tandis que sont rééditées une « Patsy » de 33 à 34 cm, tout en composition avec yeux peints et dormeurs, une « Patsy Joan » noire de 43 cm de même type avec cheveux moulés ou perruque, et une « Baby Bright Eyes » noire en tissu et composition, yeux dormeurs et cheveux moulés. Mais, comme de nombreuses entreprises à cette période, Effanbee connaît des difficultés financières, et elle est rachetée par Noma Electric.
En plus de modèles repris des années précédentes, 1947 voit l’introduction de « Howdy Doody » (photo du centre ci-dessous) et « Li’l Darlin », deux poupées en tissu et vinyl à bouche ouverte-fermée, yeux peints et cheveux moulés, et la réédition de « Patsy Babyette », tout en composition, perruque sur cheveux moulés et yeux dormeurs. « Howdy Doody » habillé en cow-boy est la marionnette ventriloque créée par Buffalo Bob Smith pour l’émission de divertissement télévisée éponyme qui dura de 1947 à 1960. Une promotion spéciale pour Pâques habille « Candy Kid » en couleur jaune.
En 1948, « Honey », poupée en composition proposée en tailles 51 à 53 et 69 cm, est dotée des bras et mains conçus par Dewees Cochran et d’yeux articulés ou dormeurs. De nouvelles versions de « Little Lady » sont accompagnées de costumes divers, dont une tenue de majorette. « Sweetie Pie », également connue sous le nom de « Tousle-Tot », refait une apparition en corps de tissu, tête et membres en composition, yeux articulés et perruque en caracul, en tailles 48 et 61 cm. « Dy-Dee » ressort en corps caoutchouc et tête en caoutchouc dur, tailles 28 et 38 cm, yeux dormeurs et perruque en caracul, avec valise et garde-robe en option. Le fabricant réalise une nouvelle incursion dans le domaine des marionnettes avec « Macawful The Scot » (photo de droite ci-dessous).


                © WorthPoint                      © Hake’s Auctions        © PicClick

La fabrication de « Honey » et de l’indémodable « Little Lady », toutes deux en composition, se poursuit en 1949. « Babykin » est repris dans les mêmes tailles qu’en 1940, mais dans de nouveaux matériaux, le plastique dur pour la tête et le latex pour le corps, avec en plus l’option de la perruque en caracul. « Noma Talker », poupée parlante de 63,5 à 76 cm, a des cheveux moulés ou une perruque collée. « Mommy’s Baby » (photo de gauche ci-dessous), de 69 à 71 cm, allie divers matériaux : plastique, tissu, vinyl.

haut de page

Les années 1950, le triomphe du plastique

Bien que quelques modèles soient toujours disponibles en composition, on assiste à partir de 1950 à une généralisation de l’emploi des nouveaux matériaux que sont le plastique et le vinyl, qui offrent de nombreux avantages sur la composition : malléabilité, légèreté, durabilité, fonctionnalité et coût. « Babyette », qui troque sa tête en composition contre une tête en plastique dur à cheveux moulés ou perruque collée, est proposée en jumeaux frère et sœur. « Honey Walker » (photo du centre ci-dessous), fille ou garçon, tout en plastique dur, bouche fermée, dispose de nombreux vêtements et de perruques variées dans cinq tailles : 41, 46, 53,61 et 71 cm ; une sixième taille, 48 cm, est vendue avec une malle garde-robe. « Little Lady » passe elle aussi au plastique dur, avec une tête en vinyl, tandis que « Dy-Dee », cheveux moulés ou perruque, conserve son corps et ses membres en caoutchouc, mais adopte une tête en plastique dur. D’autres poupées associent les matériaux, comme « Howdy Doody », tissu et plastique dur, ou « Mommy’s Baby », latex et plastique dur. « Noma’s Electronic Talking Doll » (photo de droite ci-dessous), poupée parlante de 71 cm, a un corps en tissu,une tête en plastique dur et des bras en vinyl.

En plus des quatre tailles de 1950 (41, 48, 56 et 63,5 cm), la gamme des « Mommy’s Baby » de 1951 s’étend aux tailles 43, 53 et 71 cm. Noma introduit une poupée tout en plastique dur aux cheveux en Dynel à teindre, « Tintair » (photo de gauche ci-dessous), habillée d’une robe en taffetas de rayonne et disponible en tailles de 36, 41 et 46 cm. La « Dy-Dee » de 1950 est reconduite à l’identique. De nouvelles « Li’l Darlin » pleureuses de 33 et 41 cm, corps en tissu, tête et membres en vinyl, cheveux moulés, yeux peints et bouche ouverte-fermée, sont proposées en jumelles, quadruplées ou séparément. La poupée « Noma Talker », 46 cm, qui parle en anglais, français ou espagnol, est distribuée, dans sa version conçue par la styliste Elsa Schiaparelli, par les grands magasins Neiman-Marcus.
En 1952, l’usage des plastiques durs est devenu intensif, et la qualité des poupées et de leurs vêtements atteint un niveau élevé. Noma met sur le marché des poupées en plastique dur pour maisons de poupées. Une nouvelle « Patsy Babyette » de 23 ou 28 cm aux yeux dormeurs, cheveux moulés ou perruque en caracul, se vend aussi en jumelles. Une « Mommy’s Baby » de 69 cm en tissu avec bras et jambes en vinyl, plaque d’épaules et tête en plastique dur, bouche ouverte avec deux dents supérieures, est proposée en garçon ou en fille. La « Dy-Dee » de 1950 est reconduite à l’identique pour la deuxième année consécutive. Parmi les nouveautés de cette année : « Baby-Kins », adorables poupons en plastique dur aux yeux dormeurs et cheveux moulés, 23 et 28 cm ; « Honey Girl », sage petite poupée en plastique dur aux yeux dormeurs et à la bouche fermée, dotée de nombreuses tenues : cinq d’écolière (photo du centre ci-dessous), majorette, voyageur, prince charmant, Cendrillon, mariée classique, cheerleader,… ; « Honey Ann », poupée marcheuse en plastique dur de 61 cm aux yeux dormeurs en tenue habillée.  Parmi les rééditions : « Ann Shirley », en plastique dur ; « Mickey », corps en tissu, membres en vinyl et tête en plastique dur, yeux dormeurs, bouche fermée, cheveux moulés ou perruque en caracul ; « Howdy Doody » en deux tailles ; « Li’l Darlin », nouveau-nés vendus aussi en jumeaux ou quadruplés. Une série de portraits de 30,5 cm en plastique dur est introduite : « Bo Peep », « Bride and Groom », « Majorette », « Gibson Girl » et « Southern Belle ». Les marionnettes ne sont pas en reste : « Jambo », « Kilroy », « Toonga », « Pimbo ». Les grands magasins de jouets F.A.O. Schwarz font fabriquer « Dydee-Ette », une poupée de 28 cm avec garde-robe présentée dans une nacelle en osier. Une autre « Dydee » de 28 ou  38 cm est vendue avec layette et perruque en caracul. Enfin, une « Tintair Honey » en taille  38 cm avec trousseau et une « Tintair » en tailles 38 ou  48 cm sont proposées.


                                                                                           © Hake’s Auctions 

Deux poupées parlantes sont disponibles en 1953 : la réédition de « Noma Talker » et la nouveauté « Melodie » (photo de gauche ci-dessous), grande poupée de 76 cm, tête en vinyl, corps et jambes en plastique dur et genoux articulés. Deux autres nouveautés sont lancées cette année : « Honey Walker », poupée marcheuse en tailles 38, 46, 53 et 63,5 cm, en plastique dur avec des bras en vinyl, aux genoux et chevilles articulés, habillée en patineuse ou en ballerine ; « Cuddle Up », bébé à câliner de 51, 58 ou 68,5 cm, tête et jambes en vinyl, corps en tissu recouvert de vinyl, cheveux moulés ou implantés, caractérisé par sa bouche ouverte avec deux dents inférieures. La styliste Elsa Schiaparelli conçoit 14 costumes pour la désormais classique « Honey », proposée ici en taille 46 cm. Une autre classique, « Dy-Dee », possède une tête en vinyl avec bouche ouverte-fermée et un ensemble corps-jambes en tissu bourré avec bras en vinyl articulés par disque.
En 1954, deux nouvelles poupées marcheuses sont proposées : « Patricia Walker », en plastique dur avec tête en vinyl, cheveux implantés et yeux dormeurs, en tailles 38, 48, 53 et 63,5 cm ; « Candy Walker », 30,5 cm, en plastique avec tête en vinyl, yeux incrustés et cheveux implantés. Dans cette famille Candy, une réédition tout en vinyl de « Candy Kid » avec yeux dormeurs et cheveux moulés est vendue en garçon, fille ou jumeaux, tandis que la création « Candy Ann », corps en tissu recouvert de vinyl, tête et jambes en vinyl, yeux dormeurs et cheveux implantés, est disponible en tailles 51, 61 et 74 cm. Parmi les autres nouveautés de cette année : « Fluffy » (photo du centre ci-dessous), alerte poupée articulée de 20 ou 30,5 cm tout en vinyl avec yeux dormeurs en versions blanche ou noire, bouche fermée esquissant un sourire et cheveux moulés ou implantés courts, dispose de nombreuses tenues, dont celles d’éclaireuse, de jeannette, de « camp fire girl » (fille du mouvement de jeunesse éponyme aux États-Unis) ou de « blue bird » (petite fille de l’âge de l’école primaire inscrite au même mouvement) ; « Katy » ou « Katie », poupée potelée de 33 cm, corps en tissu recouvert de vinyl, tête et jambes en vinyl, yeux incrustés ; le couple rieur « Rootie Kazootie » et « Polka Dottie » (photo de droite ci-dessous), tailles de 53 cm, corps en tissu recouvert de vinyl, tête et jambes en vinyl, yeux et cheveux peints, existe aussi en tailles de  28 cm avec des têtes en vinyl et des corps et membres en latex ; « Honeykins », 30,5 cm, tout en plastique dur, yeux dormeurs et perruque collée. Parmi les autres rééditions : la « Little Lady » de Dewees Cochran, si souvent relancée depuis sa création en 1939, cette fois tout en vinyl avec yeux dormeurs et cheveux implantés, frange devant et boucles derrière, est vendue avec des articles de toilette signés Helene Pessl ; le bébé en robe de baptême « Christening Baby », 51 cm, tout en vinyl avec cheveux moulés, yeux dormeurs et bouche ouverte-fermée ; « Cuddle Up », identique à celui de 1953, avec de nouveaux vêtements ; rééditée de nombreuses fois, « Dy-Dee » est ici proposée en tailles 28, 38 et 51 cm ; « Honey Walker », tout en plastique, est proposée en tailles 38, 48, 53 et 63,5 cm, la première taille étant vendue dans une malle et les deux premières avec un ensemble imperméable et un chien en laisse.


                                                © Of Dolls                         © WorthPoint

haut de page

La sitcom familiale « Make room for daddy » (faites de la place pour papa) est créée en 1953 sur la chaîne de télévision ABC. Le couple de poupées « Rusty and Sherry » réalisé en 1955 représente les enfants de la famille. Le fils a une tête en vinyl, des yeux dormeurs et des cheveux moulés. La fille possède un corps en plastique dur, une bouche ouverte fermée et des cheveux nattés. Cette année voit le lancement de deux poupées : « Tiny Tubber », bébé de 25 cm, tout en vinyl avec cheveux peints, est vendu avec plusieurs layettes ; « Mary Jane », grande fillette marcheuse de 81 cm, tout en vinyl avec yeux dormeurs articulés (photo de gauche ci-dessous). Parmi les rééditions, on trouve : « Li’l Darlin », poupée de 41 cm tout en vinyl avec yeux dormeurs et cheveux implantés ; le bébé en robe de baptême « Christening Baby », 35,5 ou 51 cm, yeux dormeurs et cheveux peints ; « Patricia Walker », marcheuse de 56 cm tout en plastique dur avec tête pivotante. La poupée  « Dydee » se décline dans les catalogues de la chaîne new yorkaise de magasins de jouets F.A.O. Schwarz : « Dydee Wee », 23 cm, « Dydee Ellen », 28 cm, « Dydee Jane », 38 cm, et « Dydee-Lu », « Dydee-Lou » et « Dydee Louise », 51 cm.
En 1956 ne sont pratiquement produites que des rééditions : « Dy-Dee Baby », tête en plastique dur, corps et membres en vinyl, yeux dormeurs et cheveux moulés ou perruque en caracul, est disponible avec plusieurs layettes en tailles 28, 38 et 51 cm ; « Mickey » (photo du centre ci-dessous), dit « The all american boy » (le vrai garçon américain), tout en vinyl avec cheveux et couvre-chefs moulés, est vendu avec 20 tenues distinctes (marin, groom, boxeur, militaire,…), le modèle le plus rare étant le clown à face peinte ; « Candy Walker », poupée marcheuse de 61 cm en plastique dur, tête pivotante en vinyl avec yeux dormeurs et cheveux implantés, bras tendus par des élastiques ; « Babykin », bébé buveur et mouilleur de 25 cm, tête en plastique dur, corps et membres en vinyl ; « Melodie », réplique exacte de celle de 1953, curieusement présentée comme nouvelle dans le catalogue de Montgomery Ward. Seule nouveauté en 1956, le bébé buveur et mouilleur « Baby Twinkie » (photo de droite ci-dessous), qui aura une longue durée de vie.

Toute jeune version de Fluffy, « Tiny Fluffy », 22 cm, est une poupée en vinyl avec yeux dormeurs et cheveux implantés sortie en 1957. Autres nouveautés cette année : « Most happy family » (photo de gauche ci-dessous), famille de quatre poupées achetables séparément, en plastique dur et vinyl, comprenant « Mommy » (48 et 53 cm), les enfants « Fluffy » (22 et 25 cm) et « Mickey » (20 et 25 cm) ; « Champagne Lady », d’après le personnage de l’émission télévisée de variétés musicales animée par le chef de big band Lawrence Welk à partir de 1951, poupée de 51 ou 58 cm à corps en vinyl rigide, jambes en plastique dur articulées aux genoux et aux chevilles, tête et bras en vinyl, yeux dormeurs et cheveux implantés, utilisée pour la « Mommy » du groupe « Most happy family ». Les reprises de cette année sont : « Katie », identique à « Tiny Fluffy » à l’exception des cheveux moulés ; les trois Dy-Dee disponibles en trois tailles « Dy-Dee Ellen », « Dy-Dee Jane » et « Dy-Dee Lu ».
« Bubbles », qui a connu le succès dans les années 1920 et 1930, n’a pas été décliné depuis 1933. C’est chose faite en 1958 avec une version de 58,5 cm, à corps en tissu recouvert de vinyl, tête et membres en vinyl, yeux dormeurs et cheveux moulés ou implantés. Autres rééditions de cette année : l’incontournable « Little Lady », déjà reprise 10 fois depuis sa création en 1939, est proposée en vinyl, taille 48 cm, avec des yeux dormeurs et des cheveux implantés ; des groupes « Happy family » de trois personnages, en deux séries de tailles, 53, 20 et 25 cm, et 48, 20 et 20 cm ; « Dy-Dee », tête en plastique dur, corps et membres en vinyl, cheveux moulés ou perruque, en tailles 30, 43 et 53 cm ; le bébé buveur et mouilleur « Dy-Dee Baby », mêmes tailles et matériaux, avec des oreilles en caoutchouc.
Côté nouveautés, six poupées : « Fair baby » (photo du centre ci-dessous), tout en vinyl avec yeux dormeurs et cheveux moulés ou implantés, bouche ouverte, en tailles 36, 46 et 56 cm, cette dernière utilisant la tête Bubbles ; « Precious Baby », bébé souriant de 51 cm tout en vinyl avec articulations aux coudes et aux genoux, yeux dormeurs et cheveux moulés ou implantés, et bouche ouverte ; le tout-petit en vinyl « Toddle Tot », yeux dormeurs, cheveux moulés ou implantés, bouche ouverte, en tailles 33, 48 et 56 cm ; « Alice » (au pays des merveilles), tout en vinyl avec yeux dormeurs et cheveux implantés, en tailles 38 et 48 cm ; « Junior Miss » (photo de droite ci-dessous), 38 et 53 cm tout en vinyl, disponible entre autres en ballerine marcheuse avec articulations aux chevilles, et en mariée ou demoiselle d’honneur en taille 53 cm articulée aux genoux et aux chevilles ; « Alyssa », fillette marcheuse à tête pivotante en vinyl, corps et membres en plastique dur, bouche souriante fermée, cheveux implantés, proposée en taille de 49,5 cm.


   © LiveAuctioneers                       © eBay

haut de page

L’année 1959 est marquée par le retour de la célèbre Patsy, qui a traversé trois décennies depuis sa création en 1927, et revient  tout en vinyl, avec des yeux dormeurs et des cheveux implantés, en taille 28 cm. Dans la même famille, sa grande sœur « Patsy Ann » créée en 1929 est rééditée en poupée de 38 cm à tête en vinyl sur corps et jambes en vinyl rigide, yeux dormeurs et cheveux implantés, et taille articulée en option. Vendue avec de nombreux costumes, c’est la poupée officielle des scouts féminines et des jeannettes. Elle est promue en 1959 « July 4th Holiday Doll » (poupée officielle du 4 juillet, jour de la fête de l’indépendance des États-Unis), habillée en corsage et béret rouges, jupe blanche plissée et chaussures rouges.
Autres rééditions cette année : le bébé buveur et mouilleur « Baby Twinkie » de 38 à 41 cm, tout en vinyl avec jambes fléchies, cheveux moulés ou implantés et bouche ouverte pour biberon ;  un « Sugar Baby » de 46 cm, identique à « Fair Baby » mais avec une tête inclinable et vendu dans un berceau ; l’élégante « Suzette », en 38 cm, tout en vinyl, tête inclinable, yeux dormeurs et cheveux implantés, bouche ouverte-fermée à dents peintes, habillée en mariée, « Little Bo Peep » et cinq autres tenues ; « Alyssa », fillette de 58,5 cm en vinyl à coudes articulés, tête inclinable, yeux dormeurs et cheveux implantés, proposée en deux tenues différentes ; « Toddle Tot », identique à celui de 1958, mais appelé « Nap Time Gal » dans le catalogue de la chaîne de grands magasins Sears ; dans ce même catalogue, « Fluffy » est mentionné en taille 28 cm et proposé avec quatre tenues, six autres tenues étant montrées dans le catalogue Effanbee ; « Mary Jane », grande poupée marcheuse à corps en plastique dur et tête en vinyl de 82 cm aux yeux ronds étonnés, dotée de trois tenues, dont une d’infirmière ; un nouveau-né « Li’l Darlin » tout en vinyl de 33 ou 40,5 cm, yeux dormeurs et cheveux moulés ou implantés ; le poupon buveur et mouilleur « Babykin » tout en vinyl de 20 cm, avec yeux dormeurs, cheveux moulés et bouche ouverte pour biberon ; le bébé « Tiny Tubber » de 27 cm tout en vinyl, yeux dormeurs, cheveux moulés ou implantés et bouche ouverte pour biberon ; « Dydee », poupon de 43 cm à tête en plastique dur, corps et membres en vinyl, cheveux moulés ou perruque, vendu dans une valise avec sa layette ; « Fair Baby », bébé de 35,5 cm tout en vinyl avec yeux dormeurs et bouche ouverte pour biberon, équipé d’un dispositif pleureur commandé par une pression sur le corps de la poupée et d’un bracelet d’identification ; encore et toujours « Little Lady », modèle de 51 cm tout en vinyl avec yeux dormeurs et cheveux implantés, proposée entre autres en mariée ; le  bébé « Precious Baby » en tissu et vinyl de 56 cm, yeux dormeurs, bouche ouverte pour biberon, doté comme « Fair Baby » d’un dispositif pleureur commandé par une pression sur le corps et d’un bracelet d’identification, vendu avec six tenues différentes ; le garçonnet « Mickey » dispose de pas moins de 20 tenues (joueurs de baseball et de football américain, policier, soldat, marin, pompier, scout, élève officier de l’armée de l’air, marine, boxeur avec et sans peignoir, louveteau, cowboy, chasseur, groom, jockey, clown, sportif, soldat sudiste « Johnny Reb », nordiste « Yankee »), certains ont des chapeaux moulés ; le bébé « Sweetie Pie » en taille 56 cm, cheveux moulés ou implantés, avec trois tenues. Les quatre nouveautés de cette année 1959 sont : la toute petite fille « Toddler », utilisant le visage de « Baby Twinkie » ; une poupée de salon « Boudoir Doll » de 71 cm, à tête en vinyl, yeux dormeurs et cheveux implantés (photo de gauche ci-dessous) ; le garçon au sourire grimaçant bouche ouverte et yeux fermés « Happy Boy » (photo du centre ci-dessous), inspiré du personnage d’Alfred E. Neuman, mascotte fictive du magazine américain d’humour Mad, taches de rousseur et unique dent apparente, 28 cm, tout en vinyl avec traits peints et cheveux moulés, disponible en trois tenues ; la toute-petite « Suzie Sunshine » de 46 cm blanche ou noire (photo de droite ci-dessous), corps en plastique et tête en vinyle avec taches de rousseur, yeux dormeurs et cheveux implantés, dotée de 9 tenues distinctes.


                                               © WorthPoint

haut de page

Les années 1960, une période marquée par les rééditions

Le couple « Alyssa and Bud », de taille 61 cm, est une création de l’année 1960 ; corps et membres en vinyl rigide avec tête en vinyl, yeux dormeurs, Alyssa a des cheveux implantés tandis que Bud a des cheveux moulés. « Bettina » (photo de gauche ci-dessous) est l’autre nouveauté de 1960 ; toute-petite de 41 cm en vinyl, elle a les yeux dormeurs, une bouche fermée et des fossettes.
Les rééditions de 1960 comprennent : le bébé vedette « Bubbles », 58,5 cm, corps en tissu recouvert de vinyl, tête et membres en vinyl, cheveux implantés, bouche ouverte-fermée, équipé d’un dispositif pleureur commandé par une pression sur le corps ; « Fair Baby », 51 et 56 cm, tissu et vinyl avec yeux dormeurs, cheveux implantés et bouche ouverte-fermée ; les mêmes « Precious Baby », « Most Happy Family », « Fluffy » et « Mary Jane » qu’en 1959, avec des tenues différentes.
Pas de nouveauté en 1961, seulement quelques rééditions : la toute-petite « Suzie Sunshine » de 43 a 46 cm en vinyl, toujours blanche ou noire, avec taches de rousseur, yeux dormeurs et cheveux implantés ; le groupe de quatre poupées « Most Happy Family », dans les tailles 48, deux fois 22 et 20 cm ; un bébé aux yeux ronds « Baby Twinkie » de 41 cm, tout en vinyl avec genoux articulés et cheveux moulés, doté d’un dispositif pleureur commandé par une pression sur le corps et d’un bracelet d’identification.
1962 voit l’arrivée de la poupée toute-petite articulée « Gumdrop » (photo du centre ci-dessous), qui deviendra un classique repris jusqu’en 1977 ; tout en vinyl et caractérisée par des yeux dormeurs ronds et de bonnes joues, elle mesure 41 cm et a une bouche souriante fermée et des cheveux implantés.  Autres nouveautés : « Belle Telle », dotée d’un téléphone à piles hébergeant un électrophone, une main étant moulée pour tenir le combiné, elle a le corps de « Suzie Sunshine » avec une tête différente ; le nouveau-né « Precious New Born » de 35,5 cm, yeux peints, bouche ouverte-fermée moulée et cheveux implantés.
Les rééditions sont au nombre de cinq : « Precious Baby », de 61 à 63,5 cm, tissu et vinyl avec yeux dormeurs, cheveux implantés et bouche ouverte-fermée ; la grande poupée de 81 cm « Mary Jane », en plastique et vinyl avec yeux articulés et taches de rousseur ; la toute-petite « Suzie Sunshine » de 46 cm à cheveux blancs implantés, vendue avec un berceau et un bébé de 35,5 cm à corps en tissu, tête et membres en vinyl, yeux peints et cheveux blancs, avec entre autres tenues un pyjama ou un costume de marin ; la fillette « Alyssa », en plastique et vinyl avec yeux dormeurs et cheveux implantés, mesure 38 cm et représente une « camp fire girl » ou une « blue bird » (voir plus haut année 1954), une scout féminine ou une jeannette ; la fillette « Fluffy » de 28 cm, toute en vinyl et pourvue de quatre tenues, dont celle de scout féminine (photo de droite ci-dessous).


      © WorthPoint                                                                 © WorthPoint

De nombreuses créations sont produites en 1963, à commencer par la poupée « Sugar Plum » (photo de gauche ci-dessous). Elle est promise à un brillant avenir et vendue dans le catalogue de la chaîne de grands magasins Sears, ainsi que la « Schoolgirl Writing Doll », tout en vinyl, adaptant le moule de « Suzie Sunshine » pour la saisie d’un crayon et son mouvement grâce à un bras à articulation sphéroïde. Les autres créations comprennent : « Baby Winkie », bébé de 25 cm tout en vinyl avec yeux dormeurs et cheveux moulés ; un deuxième bébé, « Baby Butterball », de 30,5 cm, tout en vinyl, jambes fléchies, yeux dormeurs et cheveux implantés ; « Baby Cupcake », tout-petit en vinyl de 30,5 cm avec de profondes fossettes et une bouche ouverte étanche. En 1963 est inaugurée chez Effanbee une pratique de production de poupées élégamment habillées : la création « My Baby » (photo du centre ci-dessous) de 58,5 cm en tissu et vinyl, habillée en velvantine rouge ; une réédition de « Suzie Sunshine » de taille 46 cm avec ses habituelles taches de rousseur, vêtue d’une robe-chasuble en velvantine rouge ; une reprise du classique « Baby Twinkie » en taille de 38 cm, avec une robe en velvantine rouge ou une robe suisse à pois avec corsage en velvantine rouge, vendue sur un coussin ; la nouveauté « Mary Jane Toddler », toute-petite de 33 cm avec corsage en velvantine rouge et jupe blanche ; toutes ces poupées sont annoncées dans le catalogue Sears sous le titre « Red velveteen frosted with white » (velvantine rouge givrée de blanc), le blanc étant soit du coton soit de l’organdi.
En 1964, Effanbee marque une pause dans les créations après une année 1963 riche en nouveautés, et réédite de nombreuses poupées : le bébé buveur et mouilleur « Babykin », de taille 22 cm, tout en vinyl avec jambes fléchies, yeux dormeurs et cheveux moulés, possède une bouche ouverte pour biberon ; « Fair Baby », de tailles 30,5 et 56 cm, a les mêmes caractéristiques que « Babykin » ; « Sugar Plum », reprise de la création de l’année précédente, en tissu et vinyl, mesure 46 cm et a des yeux dormeurs, une bouche fermée et une tenue de présentation en rose et blanc ; « Bettina » revient avec ses fossettes dans les mêmes corps en plastique et tête en vinyl que « Suzie Sunshine »  ; les poupées bien habillées de cette année sont en tenues vert pomme brillant et blanc ; la toute-petite « Gumdrop » de taille 41 cm, proposée en particulier dans le catalogue du programme de fidélité S&H Green Stamps, est habillée en rouge et blanc ; le bébé « Sweetie Pie » (photo de droite ci-dessous), également de 41 cm, est vendue sur un coussin et porte une robe blanche ; « Baby Cupcake » et « Candy Kid » (28 cm) sont tous deux vêtus en rose et blanc ; la toute-petite « Sugar Pie »,  61 cm, est habillée en manteau rose et porte un bonnet avec oreillettes ; la fillette « Honey » arbore des taches de rousseur, des cheveux implantés de couleur orange sanguine avec un bandeau, et une robe verte.


        © PicClick                                                                   © WorthPoint

haut de page

La création reprend en 1965, année toutefois marquée comme 1964 par de nombreuses rééditions. Les nouveautés incluent : la sage fillette aux yeux ronds « Miss Chips » (photo de gauche ci-dessous), poupée articulée tout en vinyl souvent habillée en robe de mariée ; haute de 46 cm, existant en blanche ou noire, elle a des yeux dormeurs regardant sur le côté et une bouche fermée ; l’autre fillette aux yeux ronds, également disponible en blanche ou noire, s’appelle « Chipper » ; de taille 35,5 à 38 cm, corps en plastique, tête et membres en vinyl, elle dispose de plusieurs tenues, dont une robe de mariée (photo du centre ci-dessous) ; le bébé « Thumkin », 46 ou 61 cm, corps en tissu, tête et membres en vinyl, yeux dormeurs et cheveux implantés, grande bouche ouverte-fermée, suce son pouce et a une garde-robe fournie, dont cet ensemble avec chaussures et bonnet blancs (photo de droite ci-dessous) ; dans les années 1930, Effanbee a sorti une « Patsy Ann  Peaches », à ne pas confondre avec le bébé souriant avec fossettes, aux yeux ronds et aux joues roses appelé « Peaches » et créé en 1965, de taille 38 cm, à corps en tissu, tête et membres en vinyl, yeux dormeurs et cheveux implantés.
Cette année-là, le catalogue de la chaîne de grands magasins Sears propose la réédition de poupées Effanbee avec de nouvelles tenues, dans une gamme baptisée « Peaches’n Cream » (pêches et crème), allusion aux deux couleurs dominantes des vêtements. Dans cette gamme : « Dy-dee Baby », 41 cm, présenté en peignoir blanc, enroulé dans une couverture blanche maintenue par un ruban de satin couleur pêche ; le bébé « Sweetie Pie » de 46 cm, corps en tissu, tête et membres en vinyl, habillé d’une robe blanche et d’un manteau et bonnet pêche ; une première « Gumdrop » à cheveux blancs de 41 cm, avec une robe blanche et un manteau et chapeau pêche ; une seconde « Gumdrop » de 46 cm, cheveux auburn, robe en velvantine blanche avec ruché en organdi à l’ourlet et rubans de couleur pêche.
Autres rééditions cette année : « Baby Twinkie », bébé de 41 cm, yeux dormeurs et cheveux implantés, ou sa version vinyl à cheveux moulés, bracelet d’identification et layette ; autre « Baby Twinkie », corps en tissu, tête et membres en vinyl, yeux dormeurs, cheveux implantés et bouche fermée, de taille 46 cm ; la création élégante de 1963 « My Baby », reprise en plus petite taille de 35,5 cm, yeux peints à la main, cheveux implantés et équipée du dispositif pleureur commandé par une pression sur le corps, habillée d’un peignoir à pois en flanelle, d’une robe de baptême en organdi à garniture en dentelle et bonnet assorti ou d’une barboteuse en coton poli garnie d’un ruché de dentelle, et vendue sur un coussin en flanelle avec volant froncé et poche pour le bébé ; le même « My Baby », en tailles 46 et 61 cm, corps en tissu, tête et membres en vinyl et yeux dormeurs, doté respectivement de sept et cinq tenues différentes ; le bébé « Tiny Tubber » en vinyl, cheveux moulés ou implantés, proposé avec quatre tenues ; la toute-petite « Suzie Sunshine », 46 cm, possède six tenues : guingan à carreaux, coton poli rayé avec l’inscription « stop, regarde et écoute », coton imprimé à larges rayures et passementerie en croquet, tablier en guingan à carreaux brodé, coton à larges rayures et tablier en dentelles, manteau en coton à imprimés nautiques  à couleur solide et chapeau de paille ; une autre « Suzie Sunshine », en tailles 35,5 et 46 cm, emprunte le moule de « My Baby » pour réaliser une poupée à corps en tissu, tête et membres en vinyl, yeux peints, vêtue d’un pyjama en flanelle imprimée et proposée avec un lit d’enfant à bascule en bois ; les grands magasins de jouets F.A.O. Schwarz la vendent habillée d’une robe d’intérieur bleue ou rose avec ruché à l’ourlet, accompagnée d’un bébé en costume assorti ; la toute-petite « Gumdrop », 41 cm, a quant à elle cinq tenues : robe de jeu courte à pois en coton poli avec sous-vêtements en couleurs solides, ensemble en coton à imprimés nautiques avec sandales et écharpe, salopette en guingan à carreaux avec sandales, robe de fête en organdi avec rosette sur le corsage et nœud plat dans les cheveux, robe en coton imprimé avec manteau et chapeau ; tout en vinyl, yeux dormeurs et longs cheveux avec raie sur le côté et ruban, la petite « Suzette » de 38 cm dispose de plusieurs tenues, dont une robe en guingan à carreaux, une robe écossaise, une robe de fête en taffetas avec jupe de dessus et bas en nylon et une jupe à trois volants et voilette en nylon ; on la trouve également en poupée officielle de blue bird ou camp fire (voir plus haut année 1954), de jeannette ou de scout féminine ; une « Fluffy » tout en vinyl de 28 cm avec yeux dormeurs en six tenues ; un « Baby-Kin » tout en vinyl de petite taille (20 cm) avec yeux dormeurs et cheveux moulés, disponible en cinq tenues ; le vrai garçon américain « Mickey » arrive cette année en taille 27 cm avec 10 tenues : joueur de baseball ou de football américain, marin, pompier, scout, boxeur, louveteau, cowboy, « Johnny Reb » ou « Yankee boy » (voir plus haut année 1959) ; la mascotte « Happy Boy » tout en vinyl de 27 cm est habillée en salopette, chemise de nuit avec bonnet et boxeur ; déjà présente cette année dans la gamme « Peaches’n Cream », « Sweetie Pie » est aussi rééditée en tailles 36, 46 et 48 cm, avec corps en tissu, tête et membres en vinyl, yeux dormeurs, cheveux moulés ou implantés, et proposée en six tenues ; le même bébé « Sweetie Pie » en 46 cm, tout en vinyl, yeux dormeurs, cheveux implantés et bouche ouverte pour biberon, portant un pyjama doublé ou une layette, fait partie de l’ensemble « Love and Learn Set » vendu dans une boîte avec une note expliquant l’amour maternel.


                                                                                               © WorthPoint

haut de page

Peu de nouveautés en 1966 : la toute-petite « Charlee » aux taches de rousseur, tout en vinyl, regardant de côté, mesure 33 cm et porte trois tenues (robe courte et culotte en batiste de coton à rayures, robe avec collants et guêtres, pyjama à capuche en flanelle imprimée) ; la fillette « Half Pint » (photo de gauche ci-dessous), 28 cm, tout en vinyl, yeux dormeurs et cheveux implantés, est également proposée en trois tenues (robe en batiste imprimée avec dentelle sur le corsage et culotte assortie, robe courte en velvantine garnie de dentelle avec culotte en taffetas, robe en batiste garnie de dentelle avec fleurs imprimées et culotte assortie) ; la toute-petite articulée en vinyl « Little Gumdrop », yeux mobiles et cheveux implantés, taille 35,5 cm, portant sur son dos un bébé « Babykin » buveur et mouilleur de 20 cm, tous deux vêtus de guingan à carreaux, de pantalons et de sandales ; et la fillette articulée « Pun’Kin » (photo du centre ci-dessous), 28 cm, tout en vinyl, yeux mobiles et cheveux implantés lavables, en version blanche ou noire, disponible en quatre tenues (robe en velvantine plissée sur le devant avec culotte assortie, longue chemise de nuit en flanelle avec ruché à l’ourlet et culotte assortie, robe de fête garnie de dentelle avec jupon et culotte en coton, manteau et chapeau à carreaux sur robe en coton et culotte).
En revanche, de nombreuses rééditions voient le jour en 1966 : « Miss Chips », 43 cm, possède six tenues (veste rayée sur une robe en coton blanc plissée en bas avec collants et chapeau, costume-pantalon en toile de sac avec chemisier en coton rose, robe en lin à double devant avec collants blancs et chapeau assorti, imperméable en vinyl blanc et robe à pois avec bottes et écharpe babouchka, robe de demoiselle d’honneur en nylon garnie de boutons de rose avec jupon de taffetas, collants et ruban dans les cheveux, robe de mariée à trois rangs de dentelle festonnée et dentelle sur le corsage) ; « Chipper », fillette de tailles 35,5 à 38 cm, corps en plastique, tête et membres en vinyl, poupée articulée aux yeux mobiles regardant de côté et aux cheveux implantés lavables, est proposée en trois tenues (robe en coton avec tresse de coton sur le devant, culotte assortie et collants, robe de percale à impression deux tons avec chapeau assorti et collants, robe de mariée avec ourlet à double feston, paire de bas et voilette garnie de dentelle) ; « Baby Winkie », bébé tout en vinyl de 30,5 cm, bouche ouverte pour biberon, vendu sur une couverture ou un coussin ; une « Gumdrop » de 41 cm dans une chemise de nuit en flanelle imprimée à fleurs porte dans ses bras un bébé « Babykin » de 20 cm en sac de couchage assorti, qui dispose de cinq autres costumes ; la « Gumdrop » pour sa part a trois autres tenues (robe en coton rayé avec corset en velvantine, robe-chasuble en velvantine avec chemisier en coton blanc, robe en coton bleu marine et blanche à pois avec tablier en piqué blanc ; elle est par ailleurs couplée au bébé « Fair Baby » de 35,5 cm dans le catalogue du programme de fidélité S&H Green Stamps, habillée en jupe blanche à corsage rouge ; « Precious Baby », bébé de 61 cm à corps en tissu, tête et membres en vinyl, vendu avec cinq robes différentes et un ensemble pantalons et bonnet tricotés ; « Li’l Darlin », mêmes matériaux, bébé de 46 cm en robe de baptême ou robe avec manteau et bonnet ; le bébé « Thumkin » est proposé en cinq robes distinctes, combinaison-doudoune ou robe avec pull ; autre bébé, « Baby Twinkie », 41 cm, cheveux moulés ou implantés, disponible en version blanche ou noire, porte cinq robes différentes ou un peignoir avec couche ; « Mickey », 28 cm, est vendu avec quatre costumes (joueur de baseball ou de football américain, marin, boxeur) ; le bébé « Tiny Tubber » (photo de droite ci-dessous) tout en vinyl, yeux dormeurs, cheveux moulés ou implantés, mesure 28 cm ; enfin, « Suzie Sunshine » est vêtue d’une chemise de nuit en flanelle à motifs fleuris et porte dans ses bras un bébé « Babykin » en sac de couchage assorti ; elle est aussi en robe de fête en organdi garnie de velours et collants.


                 © eBay                                 © Etsy                       © WorthPoint

Comme 1966, 1967 est une année qui donne lieu à peu de nouveautés mais à de nombreuses rééditions. Les nouveautés sont au nombre de cinq : la vedette est incontestablement « Li’l Sweetie » (photo de gauche ci-dessous), un des bébés d’Effanbee les plus recherchés par les collectionneurs ; également appelé « Dy-Dee Darlin », ce bébé buveur et mouilleur de 46 cm, tout en vinyl avec bouche ouverte pour biberon, figure au catalogue de la chaîne de grands magasins Sears dans une robe de baptême blanche avec gilet et bonnet roses, une enveloppe de bébé garnie de blanc, et une robe en flanelle imprimée avec couche rose et serviette de bain blanche ; il figure aussi dans les catalogues de F.A.O. Schwarz en trois tenues différentes et de Montgomery Ward en quatre tenues ; la toute-petite « Honey Bun », corps en tissu, tête et membres en vinyl, yeux dormeurs, cheveux implantés et bouche ouverte-fermée, disponible en noire ou blanche de taille 46 cm, apparaît au catalogue Effanbee vêtue d’une robe en guingan à carreaux avec manche et col blancs ; une version similaire appelée « Susan » est en combinaison de ski rose deux pièces et bonnet assorti ; le bébé « Baby Cuddles », 41 cm, corps en tissu, tête et membres en vinyl, yeux dormeurs et cheveux implantés, figure au catalogue Effanbee en six tenues, et au catalogue Montgomery Ward en robe avec manteau et bonnet ou avec pyjama ; le charmant bébé articulé aux yeux ronds « Baby Face » (photo du centre ci-dessous), corps en tissu, tête et membres en vinyl, yeux dormeurs mobiles regardant sur le côté, cheveux implantés lavables, de taille 38 cm, est habillé en pyjama deux pièces, en robe d’organdi rose à col plissé, en robe imprimée, en robe d’organdi brodée, en robe en nylon plissée, et en ensemble manteau-chapeau-manchon en velours avec jupe en coton ; enfin, un « New Dy-Dee Baby » tout en vinyl a des yeux dormeurs, des cheveux implantés et une bouche ouverte-fermée pour biberon.
Du côté des rééditions, la production est abondante. À commencer par les reprises des créations de l’année précédente : une « Charlee » de 33 cm tout en vinyl, yeux dormeurs regardant de face ou de côté et cheveux implantés, dispose de trois tenues ; la poupée articulée « Half Pint » de 28 cm tout en vinyl, tête inclinable, yeux mobiles et cheveux implantés, est proposée en fille ou garçon, blanc ou noir ; le garçon porte un pantalon court en velvantine et une chemise blanche, la fille une robe en velvantine garnie de dentelle, une robe en coton imprimé, un pyjama deux pièces ou une robe de soirée en nylon rose ; la toute-petite articulée en vinyl « Little Gumdrop », 35,5 cm, longs cheveux raides avec frange, est vêtue d’une robe-chasuble en velvantine et d’un chemisier en coton ; la fillette articulée « Pun’Kin » de 28 cm se distingue par une robe en velvantine, une chemise de nuit en flanelle ou une robe plissée en nylon.
Puis viennent les rééditions des années antérieures : « Precious Baby », corps en tissu, tête et membres en vinyl, yeux dormeurs, cheveux implantés et bouche ouverte-fermée, de tailles 61 et 66 cm, est un bébé habillé de six tenues distinctes, tandis qu’un modèle de 43 cm destiné à l’importateur et distributeur de poupées de Chicago Montgomery Ward & Co. porte quatre tenues ; la toute-petite « Bettina » avec ses fossettes a des yeux dormeurs, des cheveux implantés et une bouche ouverte-fermée, pour une taille de 53,5 cm ; le bébé articulé parleur, buveur et mouilleur tout en vinyl de 41 cm « Baby Twinkie » (photo de droite ci-dessous), yeux mobiles, cheveux implantés et bouche ouverte pour biberon, est vêtu de sept tenues différentes, dont une robe longue en organdi à ourlet brodé et corsage en velours avec jupon en taffetas garni de dentelle, couche et bottillons ; vendu dans une valise avec layette, il a un nœud en velours dans ses cheveux blonds et repose sur un coussin en velours à ruché d’organdi brodé ; « Miss Chips », 46 cm, tout en vinyl avec yeux dormeurs et cheveux implantés, conçue en exclusivité pour le grossiste Marshall Field et vendue également sous le nom de « Celeste » avec malle et garde-robe, porte en tenue de présentation une robe de mariée en dentelle gaufrée avec jupon en taffetas, crinoline, collants en nylon, jarretière bleue et escarpins ; disponible en version blanche ou noire, elle porte aussi une robe de soirée courte, un imperméable en vinyl, des bottes à pois, une écharpe et un manteau ; le désormais classique « Fair Baby », de taille 35,5 cm, corps en tissu, tête et membres en vinyl, cheveux moulés ou implantés, n’a qu’un costume, un nid d’ange doublé avec capuche ; le bébé de 31 cm « Baby Winkie », tout en vinyl, cheveux moulés et bouche ouverte sur biberon, possède deux tenues ; « Gumdrop », la toute-petite articulée aux yeux ronds et aux bonnes joues de 41 cm, existe en version noire vêtue d’une robe en velvantine garnie de dentelle ; « Chipper », fillette articulée aux yeux ronds de 38 cm, est en robe de mariée à trois rangs de dentelle et courte voilette, chemise de nuit en flanelle imprimée avec bonnet de nuit assorti, ou robe courte à taille abaissée ; le bébé « Babykin » tout en vinyl, 20 cm, cheveux moulés ou implantés et bouche ouverte pour biberon, est vendu avec six tenues distinctes ; « Mickey », le vrai garçon américain de 28 cm, est disponible comme en 1966 en joueur de baseball, de football américain, en marin ou en boxeur ; le bébé « Tiny Tubber », 28 cm, tout en vinyl, cheveux moulés ou implantés et bouche ouverte pour biberon, est vêtu de quatre tenues différentes ; la toute-petite « Suzie Sunshine », 46 cm, frange et longs cheveux raides, porte une chemise de nuit en flanelle imprimée et tient dans ses bras un « Babykin » de 20 cm dans un sac de couchage assorti ; la même poupée est proposée par la chaîne de magasins de jouets new-yorkaise F.A.O. Schwartz, le bébé étant en chemise de nuit avec ruché à l’ourlet ; le nouveau-né « Li’l Darlin », corps en tissu, tête et membres en vinyl, yeux dormeurs et cheveux implantés, est vendu avec deux tenues distinctes.


    © WorthPoint                                                               © PicClick

haut de page

En 1968, une seule nouveauté au catalogue : le bébé « Cookie » de 41 cm, corps en tissu, tête et membres en vinyl, yeux dormeurs et cheveux implantés, bouche ouverte pour biberon, est disponible en versions blanche ou noire, avec quatre tenues différentes ou une garde-robe dans une valise.
En revanche, les créations de 1967 sont rééditées : le bébé buveur et mouilleur « Li’l Sweetie » (Dy-Dee Darlin), 46 cm, tout en vinyl, bouche ouverte pour biberon, proposé en versions blanche ou noire, et présent au catalogue de la chaîne de grands magasins Sears dans une robe deux pièces blanche en batiste de coton avec bonnet assorti ; la toute-petite « Honey Bun », 46 cm, corps en tissu, tête et membres en vinyl, yeux dormeurs et cheveux implantés, offre deux modèles en version noire et huit tenues distinctes ; le bébé « Baby Cuddles » (photo de gauche ci-dessous), 41 cm, corps en tissu, tête et membres en vinyl, yeux dormeurs et cheveux implantés, lèvre inférieure saillante, est vendu en versions blanche ou noire avec six tenues différentes ; le bébé tout en vinyl de 41 cm aux yeux dormeurs regardant sur le côté « Baby Face » est disponible en versions blanche ou noire avec cinq tenues distinctes : pyjama deux pièces en flanelle imprimée, robe en popeline de soie bicolore, longue chemise de nuit avec quatre rangs de dentelle à l’ourlet, robe d’organdi à pois avec ruché à l’ourlet, et robe de fête brodée en organdi avec ourlet festonné ; une version vendue par la chaîne de grands magasins J.C. Penney porte une robe en flanelle rouge avec ruché à l’ourlet, un corsage avec dentelle en organdi blanc bordé de rouge et un ruban à cheveux rouge, et tient par la main un bébé « Babykin » de 20 cm en flanelle blanche garnie de rouge.
Les rééditions des années antérieures comprennent de nombreuses poupées. Le bébé « Tiny Tubber », 20 à 25 cm de taille, tout en vinyl, yeux dormeurs et cheveux implantés, vendu en versions blanche ou noire avec quatre tenues différentes. « Fair Baby » est cette année disponible en de nombreuses tailles (31 à 35,5, 40,5 et 46 cm), en versions blanche ou noire, uniques ou jumelles en rose ou bleu, tout en vinyl, yeux dormeurs et bouche ouverte pour biberon ; elle apparaît dans les catalogues des chaînes de grands magasins Sears en quatre tenues distinctes, et J.C. Penney en robe rose à liseré blanc et pull tricoté rose et blanc avec bonnet. Le bébé « Sweetie Pie » de 46 cm est proposé en versions blanche ou noire, habillé d’une robe de fête en crêpe de nylon rose sous un manteau de nylon côtelé rose avec chapeau et manchon assortis. Pour ces deux dernières poupées, trois autres tenues sont également fournies : pyjama imprimé et robe de flanelle rose, robe de fête blanche à liseré rose avec dentelle au cou, et combinaison deux pièces rose et blanche. Le tout-petit « Toddle Tot » en vinyl, yeux dormeurs, cheveux moulés et bouche ouverte pour biberon, est vendu en trois tenues distinctes. Le bébé « Baby Button Nose », qui  n’a pas été réédité depuis sa sortie en 1943, apparaît dans le catalogue Sears en taille de 46 cm, vêtue d’une robe blanche garnie de dentelle et d’un manteau côtelé rose à large col avec bonnet assorti ; trois autres tenues sont également fournies : robe rose garnie de blanc et pull tricoté rose avec bonnet, robe en flanelle rose avec bonnet, pyjama rose à impressions florales avec peignoir blanc. La fillette « Button Nose », introduite comme poupée de pays en 1938 et jamais rééditée depuis, est cette année disponible en tailles de 40,5 à 46 cm, corps en tissu, tête et membres en vinyl, yeux dormeurs et cheveux moulés ou implantés, avec cinq tenues différentes. Un bébé « Precious Baby » de 46 cm est vendu dans le catalogue de la chaîne de grands magasins J.C. Penney avec cinq tenues distinctes ; un autre de 61 cm, corps en tissu, tête et membres en vinyl, yeux dormeurs et cheveux implantés est proposé avec six tenues différentes. Le bébé « Dy-Dee Baby » tout en vinyl de 35,5 ou 40,5 cm à cheveux moulés est présenté en pièces uniques ou en jumeaux. « Baby Winkie » existe en deux tailles, 30,5 cm, tout en vinyl, yeux dormeurs, cheveux moulés et bouche ouverte pour biberon avec deux tenues dont une sur un coussin en coton à carreaux, et 40,5 cm, vendue dans le catalogue J.C. Penney avec quatre tenues distinctes : robe de fête rose pâle à trois rangs de fleurs roses brodées et ourlet festonné, nid d’ange en flanelle blanche, pyjama une pièce imprimé et peignoir de flanelle rose, manteau rose et bonnet. Le célèbre bébé « Babykin », en taille 20 cm, tout en vinyl, yeux dormeurs, cheveux moulés, bouche ouverte pour biberon, est vendu en pièces uniques ou en jumeaux, avec quatre tenues différentes, dont une veste de flanelle avec capuche et couche. Le bébé « Baby Twinkie » de 41 cm, sur une couverture blanche matelassée, porte une couche rose. « Li’l Darlin » est vêtue d’une robe de nylon avec garnitures festonnées à l’ourlet, rang de fleurs brodées et dentelle. La poupée articulée tout en vinyl « Half Pint », 28 cm, yeux mobiles et cheveux implantés lavables, est proposée en couples garçon-fille blancs ou noirs, avec quatre tenues distinctes pour la fille et deux pour le garçon, dont une tenue commune en velvantine et l’autre en coton à pois, les deux tenues spécifiques restantes pour la fille étant une robe à fleurs avec culotte assortie et un pyjama deux pièces en flanelle imprimée. La toute-petite « Suzie Sunshine » de 46 cm, corps et jambes en plastique, tête et bras en vinyl, est habillée d’une longue robe de grand-mère en coton à pois avec ruché à l’ourlet et bandeau assorti, d’une robe-chasuble garnie de dentelle blanche, ou d’une jupe en guingan à carreaux et chemisier en organdi garni de dentelle avec deux nœuds à cheveux assortis à la jupe ; une version proposée par  la chaîne de grands magasins de jouets F.A.O. Schwarz, vêtue d’une robe en flanelle à motifs floraux, tient par la main gauche un bébé « Babykin » de 20 cm en peignoir assorti. La fillette articulée tout en vinyl « Miss Chips », aux yeux mobiles regardant de côté et aux cheveux implantés lavables, disponible en versions blanche ou noire de 43 cm, porte cinq tenues différentes : robe de mariée avec longue voilette et couronne, imperméable en vinyl avec bottes, manches et foulard à pois, robe de coton et manteau en velvantine avec col et ourlet en fausse fourrure, robe-chasuble à carreaux, chemisier blanc et chapeau de paille, robe en voile imprimé avec corsage. L’autre fillette articulée tout en vinyl aux yeux regardant de côté et aux cheveux implantés lavables s’appelle « Chipper » ; elle mesure 38 cm et arbore trois coiffures et quatre tenues distinctes : robe de fête en voile plissé et culotte assortie, robe en coton imprimé avec tablier garni de dentelle, culotte assortie et chapeau de paille, robe de mariée  en tulle et dentelle avec combinaison et culotte en taffetas, crinoline, bas, chaussures en satin, voilette garnie de dentelle et fleurs sur la couronne, robe en voile imprimé avec corsage, combinaison et culotte en coton. Une troisième fillette articulée, « Pun’Kin » (photo du centre ci-dessous), 28 cm et cheveux moulés, est habillée de quatre tenues différentes, dont une robe de coton écossaise avec bonnet assorti. « Mickey », proposé en versions blanche ou noire, reprend ses tenues de l’année dernière. « Baby Twinkie », disponible en versions blanc ou noir (photo de droite ci-dessous), et « Li’l Darlin », sont réédités.


               © PicClick

haut de page

Comme l’année précédente, une seule création au catalogue en 1969, également vendue par le grossiste Marshall Field : « Lynn », toute-petite en combinaison de ski rose.
Le reste de la production consiste en des rééditions de poupées des années 1967 et antérieures. Le catalogue de J.C. Penney mentionne un « Baby Face » de 48 cm en combinaison de ski rose avec bonnet et manchon, et un « Baby Cuddles » en robe de fête rose, dont la tête provient en fait d’un « Precious Baby ». « Baby Button Nose », 30,5 cm, en tissu bourré avec tête en vinyl, corps recouvert de tissu imprimé, les yeux dormeurs et les cheveux implantés, est proposé en versions blanche ou noire. « Sugar Plum » (photo de gauche ci-dessous), fillette, toute-petite ou bébé selon les modèles, taille de 51 cm, corps en tissu, tête et membres en vinyl, yeux dormeurs et cheveux implantés, est offerte en versions blanche ou noire ; l’une d’elles, parue dans le catalogue Effanbee en robe de baptême avec large bordure de dentelle à motifs de roses en relief, allongée sur un coussin avec la même garniture de dentelle, et aussi vêtue d’un pull et d’un bonnet tricotés, possède en fait une tête de « Sweetie Pie » ; elle est disponible en sept tenues distinctes, dont la tenue « Collection pionnière », qui comprend aussi la toute-petite « Gumdrop ». Le bébé « Tiny Tubber » de 28 cm tout en vinyl, vendue en pièces uniques ou jumelles en versions blanche ou noire, est proposé en trois tenues différentes. De même taille, la fillette articulée « Pun’Kin » tout en vinyl, yeux dormeurs et cheveux implantés, est offerte en versions blanche ou noire dans trois tenues distinctes. « Baby Butterball » (photo du centre), tout en vinyl de 29 à 30,5 cm, a des yeux dormeurs, des cheveux moulés et une bouche ouverte pour biberon ; un autre « Butterball », 33 cm tout en vinyl, cheveux moulés ou implantés, en versions blanc ou noir, dispose de deux tenues et d’une garde-robe dans une valise. Un « Babykin » de 20 cm tout en vinyl avec yeux dormeurs, cheveux moulés et bouche ouverte pour biberon, est disponible en six tenues différentes. La poupée articulée « Half-pint », blanche ou noire, fille ou garçon, mesure 28 cm et porte six tenues distinctes dont une de ballerine ; une édition spéciale réservée à quelques clients est habillée en robe blanche courte avec chapeau de paille, ruban et ceinture roses, body blanc, chaussures noires et guêtres blanches à deux boutons. Le tout-petit « Toddle Tot » en vinyl de 33 cm est proposé en fille ou garçon. La fillette « Button Nose », 40,5 cm, en tissu avec tête et mains en vinyl, cheveux moulés ou implantés, est disponible en versions blanche ou noire. Le bébé « Fair Baby » tout en vinyl de 35,5 cm, yeux dormeurs, cheveux moulés ou implantés et bouche ouverte pour biberon, en versions blanche ou noire, porte cinq tenues différentes et une garde-robe contenue dans une valise ; au catalogue de la chaîne de grands magasins de jouets F.A.O. Schwarz figure une version en jumelles. « Mickey », proposé en versions blanche ou noire, reprend ses tenues de l’année dernière. « Dy-Dee Baby », tout en vinyl de 46 cm, est proposé en trois tenues distinctes. La toute-petite « Suzie Sunshine » est vêtue de deux robes de style grand-mère, une version tenant un « Babykin » de 20 cm, une autre dans une combinaison de ski, avec une tête de « Precious Baby ». Ce dernier, en taille 63,5 cm, corps en tissu, tête et membres en vinyl, porte cinq tenues différentes.Une deuxième « Suzie Sunshine » de 46 cm est vendue dans le catalogue du grossiste Marshall Field, habillée d’une robe écossaise rose style grand-mère ou d’une robe-chasuble blanche avec ruchés sur les épaules. Une troisième de 46 cm également est mentionnée dans le catalogue F.A.O. Schwarz, portant deux tenues différentes ou tenant un « Babykin » de 20 cm. Les fillettes « Miss Chips », 43 cm, en versions blanche ou noire et « Chipper », 38 cm, sont toutes deux disponibles en deux tenues distinctes ; une « Miss Chips » de 46 cm rebaptisée « Chris », portant un ensemble jaune, cape et collerette avec ruché à l’ourlet, est vendue avec une garde-robe dans une malle bleue fleurie. Le bébé « Baby Winkie » de 30,5 cm tout en vinyl avec cheveux moulés ou implantés est également proposé en deux tenues distinctes ; une version de 35,5 cm en nid d’ange rose et blanc avec layette dans une valise est présente dans le catalogue de la chaîne de grands magasins Sears. Le bébé de 43 cm « Sweetie Pie », corps en tissu, tête et membres en vinyl, cheveux implantés en versions blanche ou noire (photo de droite ci-dessous), est habillé de cinq tenues différentes ; dans le catalogue Sears, il porte quatre tenues distinctes de celles du catalogue Effanbee. Au catalogue J.C. Penney figure une fillette « Button Nose » sous le nom de « Twinkie », en robe de baptême blanche sur un coussin rose. Le catalogue Sears mentionne une « Dydee » de 46 cm en manteau rose doublé et bonnet, et une « Button Nose » appelée « Suzie Sunshine » vêtue d’une combinaison de ski doublée deux pièces bleue avec manchon et bonnet ; enfin, une « Button Nose » appelée « Sunny », en plastique et vinyl avec yeux dormeurs est produite en quatre tenues au crochet. La paire « Brother and Sister », créée en 1942 au lendemain de l’entrée en guerre des États-Unis et jamais rééditée depuis, est proposée en tenue bleue.


             © PicClick

haut de page

Les années 1970, l’époque des collections

Troisième année consécutive de nouveauté unique, 1970 voit la sortie de la création « Luv », toute-petite en vinyl de 46 cm à tête de type « Button Nose », en trois tenues : combinaison-pantalon avec lettres de l’alphabet et girafe imprimées sur les jambes du pantalon ; robe en coton brodée d’œillets ; ensemble manteau, chapeau et leggings avec manchon assorti. Cette création est accompagnée de sa variante « Little Luv » (photo de gauche ci-dessous), bébé de 35,5 cm, corps en tissu, tête et membres en vinyl, fossettes et cheveux moulés ou implantés, disponible en versions blanche ou noire avec trois tenues distinctes.
Les rééditions sont nombreuses. Une fillette « Chipper » de 38 cm appelée « Miss Chips » dans un catalogue de vente en gros, en deux tenues : chemise de nuit bleue et bonnet assorti avec dentelles ; robe de mariée à trois rangs de dentelle avec motifs de roses en relief et voilette fleurie. La vraie « Miss Chips », robe de mariée identique à « Chipper », mais avec une raie sur le côté et proposée en versions blanche ou noire. « Miss Chips » également en six autres tenues : avec une frange, en robe longue de coton coloré avec dentelle en œillets et bonnet de paille ; avec frange, en robe longue imprimée avec cummerbund de velours, corsage en coton blanc, chapeau en feutre et ruban d’œillets à l’ourlet ; avec frange et couettes, en robe longue à rayures et charlotte fleurie, disponible en versions blanche ou noire ; avec frange et couettes, en pantalon à ceinture de coton  rayée, chemisier à manches longues et gilet en coton gansé ; avec cheveux longs à raie au milieu, robe et manteau à mi-longueur, manteau à parements à col en V en velours, bottes en velours et chapeau en feutre ; chemise de nuit rose et bonnet assorti garnis de dentelle. La toute-petite « Gumdrop » de 41 cm, vendue avec trois tenues : chemise de nuit en coton blanc avec ruché et applique de fleurs à l’ourlet, proposée en versions blanche ou noire ; robe en coton à pois et chemisier à manches bouffantes, ruché en œillets et plissage à l’ourlet ; robe de grand-mère à mi-longueur en coton à pois avec charlotte, ruché en œillets à l’ourlet et collant Peter Pan, disponible en versions blanche ou noire. Le bébé « Baby Button Nose » à tête en vinyl, cheveux moulés ou implantés, mesure 30,5 cm et s’offre en deux styles de vêtements : corps et membres en coton guingan à carreaux ; corps et membres couverts de coton imprimé. Une fillette « Button Nose » de 40,5 cm, cheveux moulés, corps en tissu, tête et membres en vinyl, dans un peignoir tricoté avec fil de tension en ruban, est proposée en versions blanche ou noire. Au catalogue Effanbee figure une poupée au regard de côté, cheveux moulés ou implantés, corps et membres recouverts de coton, avec une tête et des membres en vinyl. Le bébé « Baby Winkie » de 30,5 cm, bouche ouverte avec biberon, porte trois tenues différentes. La toute-petite « Suzie Sunshine », 46 cm, en trois tenues : chemise de nuit en flanelle imprimée avec ruché à l’ourlet accompagnée d’un « Babykin » de 20 cm en sac de couchage assorti ; robe longue en coton sur chemise de nuit en couleur solide ; avec couettes, robe longue de grand-mère en couleur solide avec jupon en organdi à trois rangs de dentelle, rang d’œillets avec ruban à l’ourlet.  « Fair Baby », bébé tout en vinyl de 35,5 cm aux cheveux moulés ou implantés, bouche ouverte avec biberon, est disponible en deux tenues distinctes, en jumelles et en versions blanche ou noire. « Suzie Sunshine » et la version jumelles de « Fair Baby » sont proposées par la chaîne new yorkaise de magasins de jouets F.A.O. Schwarz en accompagnement d’un « Babykin » appairé de 20 cm, habillé en robe verte avec tablier matelassé. Le grossiste Marshall Field annonce une « Suzie Sunshine » en robe longue jaune avec tablier blanc. Utilisant le même corps que « Fair Baby », une « Dydee » de 46 cm tout en vinyl à cheveux implantés, repose dans le catalogue Sears sur une couverture rose. Un tout-petit « Toddle Tot » tout en vinyl de 33 cm à cheveux moulés, représentant un garçon ou une fille, bouche ouverte avec biberon, est vêtu en guingan à carreaux. « Butterball » (photo du centre ci-dessous), 33 cm, tout en vinyl, cheveux moulés ou implantés, bouche ouverte pour biberon, proposé en versions blanche ou noire, l’une dans une couverture polaire et l’autre sur un coussin en organdi, tous deux garnis de dentelle, également avec garde-robe dans une valise et pour la promotion de produits de soins pour bébés Johnson. « Babykin » de 20 cm, « Tiny Tubber » de 25,5 cm et « Half Pint » de 28 cm, tous trois pour la promotion des mêmes produits, dans une boîte vitrée et avec une garde-robe. « Half Pint » est également vendu tout en vinyl, en garçon d’honneur et en cinq autres tenues, dont deux en version noire. On trouve aussi un « Tiny Tubber » de 28 cm tout en vinyl avec cheveux moulés ou implantés, bouche ouverte pour biberon, en jumelles (proposées par le programme de fidélité S&H Green Stamps) et en versions blanche ou noire. Enfin, il existe un « Babykin » tout en vinyl proposé en quatre tenues différentes. « Baby Twinkie », bébé buveur et mouilleur de 40,5 cm, tout en vinyl, yeux dormeurs, cheveux moulés ou implantés, bouche ouverte pour biberon, en versions blanche ou noire avec quatre tenues différentes, vendue par la chaîne de grands magasins J.C. Penney en robe de fête rose sur coussin et en robe de coton, manteau rose et bonnet. Le bébé « Sweetie pie » (photo de droite ci-dessous), corps en tissu, tête et membres en vinyl, taille 43 cm, cheveux implantés, proposé en neuf tenues distinctes dont deux en versions blanche ou noire et une en garçon à pantalon court ; il est vendu dans des catalogues autres que celui d’Effanbee en pull, leggings, bottillons et bonnet crocheté blanc et rose. La poupée « Sugar Plum », 51 cm, corps en tissu, tête et membres en vinyl, cheveux moulés ou implantés, dont deux modèles en version noire, est offerte en quatre tenues différentes ; l’une d’entre elles, dotée d’une tête « Button Nose », arbore une longue robe de baptême avec ourlet en dentelle rose, pull et bonnet tricotés, et repose sur un coussin à ruché en dentelle rose. Un bébé « Precious Baby » de 63,5 cm, corps en tissu, tête et membres en vinyl, cheveux implantés, est disponible en cinq tenues distinctes ; l’un d’entre eux en pyjama deux pièces tient un « Babykin » de 20 cm en peignoir assorti. La toute-petite « Pun’Kin » de 28 cm en vinyl, présentée en trois tenues dont deux disponibles en version noire. « Mickey », le vrai garçon américain, 28 cm, reprend les mêmes tenues depuis 1966 : joueur de baseball ou de football américain, marin, boxeur.


                                                                                                     © PicClick

haut de page

En 1971 encore, une seule création présente au catalogue : une « Educational Doll » (photo de gauche ci-dessous) de 51 cm en versions blanche ou noire. Elle est utilisée selon Effanbee comme « la poupée parfaite pour l’éducation pré-natale par des garderies et par la Croix-Rouge dans le Monde entier ».
Huit poupées antérieures sont reprises pour former la collection « Frontier Series » : une « Chipper » de 38 cm, une « Miss Chips » de 46 cm et une « Little Luv » de 35,5 cm sont habillées en robe noire à impressions florales avec tablier blanc à œillets et bonnet ; une « Sugar Plum » de 51 cm et une « Gumdrop » de 40,5 cm sont vêtues d’un tablier rouge fleuri et jaune et d’une robe longue avec bonnet assorti ; une « Suzie Sunshine » de 46 cm, une « Precious Baby » de 63,5 cm et une « Pun’Kin » de 28 cm portent une robe noire à impressions florales à rayures noires et un tablier jaune avec bonnet assorti. Les magasins F.A.O. Schwarz et le grossiste Marshall Field proposent une « Suzie Sunshine » accompagnée d’un « Babykin » de 20 cm en robe rose à carreaux et tablier blanc, une « Little Luv » et une « Sweetie Pie ». Marshall Field présente une « Half Pint » en robe rose à carreaux et guêtres à deux boutons. « Baby Winkie », 30,5 cm, « Dy-Dee Darlin » et « Fair Baby », 35,5 cm (aussi disponible en versions blanche ou noire) portent trois tenues distinctes, tandis que « Butterball », 33 cm, dispose de sept tenues, se vend avec layette en valise et que « Twinkie », 40,5 cm, en versions blanche ou noire, possède quatre tenues différentes. Le bébé « Baby Button Nose », de taille 30,5 cm, corps et membres en tissu, tête en vinyl, cheveux moulés ou implantés, est habillé en guingan à carreaux ou en coton couleur chair et dispose de trois tenues distinctes. La fillette « Button Nose », 40,5 cm, cheveux moulés ou implantés, est dotée de deux tenues et des versions blanche ou noire.
Les poupées de la collection « Frontier Series » sont déclinées avec d’autres caractéristiques : « Chipper » devient blanche ou noire en six tenues ; « Miss Chips » en taille 43 cm en arbore quatre ; « Little Luv » également, avec l’option blanche ou noire ;  « Sugar Plum », cheveux moulés ou implantés, versions blanche ou noire, avec sept tenues ; « Gumdrop », versions blanche ou noire, une seule tenue ; « Suzie Sunshine » (photo de droite ci-dessous), trois tenues ; « Precious Baby », cheveux implantés, deux tenues ; « Pun’Kin » en taille 33 cm, trois tenues : longue chemise de nuit rose en flanelle rayée à motifs floraux, la version noire portant une chemise de nuit en flanelle bleue à imprimés floraux ; robe courte en coton vert à pois et tablier en organdi garni de dentelle avec ourlet aux manches, également disponible en version noire ; robe courte de fête plissée en nylon rose, ruban rose à la taille et dentelle aux manches et au cou.
Une « Sweetie Pie » de 43 cm à cheveux moulés ou implantés est proposée en versions blanche ou noire avec huit tenues différentes. Un garçonnet « Half Pint » haut de 28 cm est vêtu d’un complet rouge court avec pattes d’épaules ; sa version noire a une coupe de cheveux afro et porte une chemise blanche, sa version blanche a les cheveux courts et une frange. La fillette appariée, également proposée en versions blanche ou noire, a cinq tenues : une robe-chasuble en velvantine rouge avec deux boutons sur le devant et un chemisier en coton blanc ; chemise de nuit en coton bleue avec dentelle en œillets au cou et aux emmanchures ; robe courte en coton imprimé, body noir, chapeau de paille blanc avec ruban noir, chaussures noires et guêtres blanches avec deux boutons noirs ; robe courte rose en guingan à carreaux, garniture blanche et ruban rose à l’ourlet ; body noir, chaussures noires et guêtres blanches. « Le bébé « Babykin », haut de 20 cm, est habillé de trois tenues différentes. Le bébé « Tiny Tubber » de 28 cm, en versions blanche ou noire, est doté de cinq tenues. Enfin, « Mickey », le vrai garçon américain, reprend en versions blanche ou noire les mêmes tenues que les années précédentes.


                        © WorthPoint                                               © Etsy

1972 est la première année des collections, qui reprennent un ensemble de poupées antérieures autour d’un thème particulier. La « Party Time Collection » comprend neuf poupées sur le thème du mariage : mariés, demoiselles d’honneur, bouquetières ; une « Miss Chips » de 46 cm en robe de guingan rose avec chapeau en organdi et jupe garnie de dentelle avec ruché à l’ourlet, et une « Chipper » (photo de gauche ci-dessous) appairée de 38 cm, toutes deux coiffées avec une raie latérale, une longue frange, et tenant un éventail ; autre paire avec « Miss Chips » en robe jaune avec fleurs rouges et jaunes brodées à l’ourlet, et chapeau en organdi avec ruban jaune, coiffées avec une raie médiane, « Chipper » tenant un éventail blanc ; encore une paire, tenant des fleurs, dans une robe plissée de nylon rose avec chapeau de tulle ruché ; une dernière paire, « Miss Chips » portant une robe de mariée en organdi blanc avec dentelle en œillets et grandes fleurs à l’ourlet et sous la taille, « Chipper » étant proposée en versions blanche ou noire ; « Pun’Kin », haute de 28 cm, bouquetière en robe plissée de nylon jaune avec chapeau, tenant des fleurs.
La « Daffy Dots Collection » comporte neuf poupées sur le thème des vêtements à pois : une « Miss Chips » de 46 cm et une « Gumdrop » de 40,5 cm vêtues de robes longues en patchwork et de tabliers à pois rouges garnis de dentelle avec rangs de croquets noirs, jaunes et blancs, et chapeaux des salutistes assortis ; une « Sugar Plum » de 51 cm, une « Miss Chips » de 46 cm et une « Twinkie » (avec coussin en patchwork) de 40,5 cm habillées de jupes ou tabliers blancs et en patchworks multicolores garnis de croquets rouges, blancs et jaunes ; « Precious Baby », 51 cm, et « Pun’Kin », 28 cm, en robes appairées à pois rouges ou blancs avec tabliers et bonnets en patchwork ; une « Butterball » de 33 cm sur un coussin rond en patchwork avec robe garnie de croquets rouges, jaunes et noirs et de dentelle large à l’ourlet ; une « Sugar Plum » de 51 cm porte une robe et un bonnet en patchwork avec un tablier blanc garni d’œillets.
La « Pajama Kids Collection » compte cinq poupées sur le thème des pyjamas : une « Suzie Sunshine » de 46 cm (qui tient un « Babykin » de 20 cm), une « Pun’Kin » de 28 cm (en versions blanche ou noire), une « Tiny Tubber » de 25 cm et une « Sweetie Pie » de 43 cm (en versions blanche ou noire), toutes en robe ou en pyjama deux pièces avec roses rouges sur fond blanc.
La « Strawberry Patch Collection » comprend six poupées sur le thème des fraises : « Gumdrop », 40,5 cm, dans une robe longue à damier rose avec large ruché à l’ourlet, tablier rayé à motifs floraux et chapeau de paille ; « Sweetie Pie », 43 cm, en barboteuse une pièce rose à damier et chapeau de paille ; « Pun’Kin », 28 cm, en longue robe rose à damier et tablier blanc avec applique de fraise ; « Suzie Sunshine », 46 cm, en robe longue à damier rose, tablier en organdi blanc avec applique de fraise sur le corsage, et trois rangs de dentelle,  œillets blancs et ruban noir à l’ourlet ; « Butterball », 33 cm, en versions blanche ou noire, posé sur un coussin blanc, porte un ensemble damassé blanc avec ruché rose à damier et applique de fraise ; « Twinkie »,  40,5 cm, en robe rose à damier avec large ruché en organdi, posé sur un coussin rose à damier.
La « Bedtime Story Collection » comporte sept poupées sur le thème du coucher : « Little Luv », haute de 35,5 cm, cheveux implantés et pyjama rouge une pièce ; « Sissy » (moule de Gumdrop), 35,5 cm, chemise et bonnet de nuit à pois rouges et à rayures blanches avec impression de fleurs rouges ; « Baby Button Nose », 30,5 cm, cheveux moulés, dans un sac de couchage à pois rouges et rayures blanches avec impression de fleurs rouges ; « Suzie Sunshine », 46 cm, chemise de nuit à pois rouges et rayures verticales avec fleurs rouges ; « Pun’Kin », 28 cm, en pyjama deux pièces à pois rouges, deux rayures blanches et fleurs rouges sur le corsage ; « Butterball », haut de 33 cm, cheveux implantés, courte chemise de nuit et bottillons à pois rouges ; une exception, la création « Happy Little sister » distribuée par Montgomery Ward, poupée pleureuse de 35,5 cm, corps en tissu, tête et membres en vinyl, habillée d’une combinaison une pièce rouge à pois blancs avec col et manchettes blancs, nœuds rouges dans les cheveux.
La série « Anchors Aweigh Collection » compte huit poupées sur le thème de la marine : Une « Miss Chips » de 46 cm, grand nœud à cheveux rouge et blanc, porte une robe longue rouge et blanche avec large ruché à l’ourlet, et un tablier en organdi à décoration bleu marine et rouge ; « Sugar Plum », 51 cm, est habillée d’une robe rouge et blanche à rayures, d’un corsage blanc à garniture rouge en V et ancre, et d’un bonnet de marin à décoration rouge et bleue ; « Precious Baby » de 63,5 cm est en combinaison de ski blanche doublée à col marin et rayures rouges et bleues avec applique d’ancre rouge et bonnet assorti ; une « Baby Button Nose » de 30,5 cm à corps et membres en tissu rouge porte une robe rayée rouge et blanche à col rouge avec décoration blanche et chapeau assorti ; « Chipper », 38 cm, en robe longue à rayures rouges et blanches avec large ruché à l’ourlet et deux rangs de décoration bleue au-dessus, corsage blanc et tablier rouge à deux rangs de décoration blanche ; « Butterball », 33 cm, cheveux implantés, disponible avec layette dans un panier en osier (comme le « Twinkie » de 40,5 cm) ou dans une valise à carreaux roses.
En-dehors des collections, les rééditions sont nombreuses. Une « Educational Doll » de 51 cm reproduit le modèle de l’année précédente. La série « Baby Classics », outre quatre « Mickey », comprend : une « Sugar Plum » de 51 cm, habillée en cinq tenues (combinaison de ski doublée et bonnet roses, robe de lin rose avec corsage plissé en organdi blanc disponible en versions blanche ou noire, robe suisse rose à pois en damas rayé et bonnet, manteau rose en piqué avec robe en coton et chapeau, robe de baptême suisse à pois garnie de dentelle) ; une « Precious Baby » de 63,5 cm (photo du centre ci-dessous), vêtue d’un manteau rose en coton à poils longs avec robe en organdi et bonnet, ou d’une robe rose en organdi avec empiècement brodé et bonnet ; une « Twinkie » de 40,5 cm en quatre tenues (robe de baptême rose floquée à motifs floraux disponible en versions blanche ou noire, ensemble damassé avec couverture jaune crochetée à la main, ensemble damassé avec couverture doublée, en versions blanche ou noire, robe en nylon fleurie rouge et jaune) ; une « Sweetie Pie » de 43 cm en trois tenues (nid d’ange rose floqué à motifs floraux garni de dentelle, robe en organdi blanc en guingan à carreaux, robe en organdi avec pull et bonnet tricotés à la main et bottillons) ; une « Dydee » de 46 cm en robe d’organdi et ensemble de leggings roses crochetés à la main ; une « Little Luv » de 35,5 cm en quatre tenues (robe en lin rose et blanche avec empiècement plissé, robe rose crochetée à la main et bottillons, combinaison de ski blanche et bleue deux pièces doublée et capuche, robe rose en organdi brodée en versions blanche ou noire) ; une « Fair Baby » de 35,5 cm en nid d’ange de flanelle rose garni de dentelle en versions blanche ou noire ; une « Gumdrop » de 40,5 cm en robe rose floquée à motifs floraux en versions blanche ou noire ; une « Butterball » de 33 cm en quatre tenues (robe rose floquée à motifs floraux, robe courte brodée sur coussin en versions blanche ou noire, robe de baptême brodée sur coussin, ensemble deux pièces crocheté à la main avec bottillons) ; une « Half Pint » (photo de droite ci-dessous) de 28 cm, en robe-chasuble en velvantine verte et haut blanc pour la fille ou en pantalon court rouge et haut blanc pour le garçon, tous deux en versions blanche ou noire, ou en robe rose floquée à motifs floraux et chapeau de paille ; une « Baby Button Nose » de 30,5 cm, corps et membres en tissu, en pyjama doublé rose ou bleu ; une « Babykin » de 20 cm en trois tenues (robe d’enfant bleue et blanche en guingan à carreaux avec couverture, nid d’ange doublé bleu ou rose et capuche, robe bleue ou rose en guingan à carreaux) ; une « Baby Winkie » de 30,5 cm en ensemble damassé avec couverture ; une « Tiny Tubber » de 25 cm en quatre tenues (robe crochetée à la main et bottillons, robe bleue ou rose en guingan à carreaux en versions blanche ou noire, robe rose floquée à motifs floraux, ensemble damassé avec couverture en versions blanche ou noire.
Le catalogue J.C. Penney de 1972 propose une « Chipper » de 38 cm, corps et jambes en polyéthylène, bras et tête en vinyl, yeux mobiles, cheveux blonds implantés à coiffer, habillée en quatre tenues : robe longue en coton jaune à broderies florales colorées garnie de dentelle au cou et aux emmanchures sur tablier en organdi avec chapeau assorti ; robe imprimée en patchwork de coton multicolore avec jupon dentelé en œillets et bonnet assorti ; chemise de nuit en flanelle duvetée bleue dentelée et bonnet en organdi assorti ; robe en rayonne floquée sur coton rouge vif avec corsage blanc en coton et dentelle et col et manchettes plissés.


           © Shrubbery                  © WorthPoint                       © PicClick

haut de page

Huit nouvelles collections voient le jour en 1973. La « Bridal Suite Collection » (photo de gauche ci-dessous) regroupe sept poupées sur le thème du mariage. « Pun’Kin », 28 cm, y apparaît en trois tenues : page avec pantalon de satin bleu et chemise garnie de dentelle ; bouquetière tenant une rose en robe d’organdi rose pâle décorée de guirlandes de fleurs multicolores, avec deux rubans roses dans les cheveux et une ceinture en étoffe ; mariée en versions blanche ou noire tenant un bouquet de roses, en robe d’organdi à deux rangs de dentelle festonnée à l’ourlet. « Chipper », demoiselle d’honneur en robe de nylon brodée multicolore tenant une rose, large bande rose sur la combinaison, corsage rose et nœud rose dans les cheveux et « Miss Chips » appairée de 46 cm, toutes deux disponibles en versions blanche ou noire. À nouveau « Chipper », 38 cm et « Miss Chips », 46 cm (en versions blanche ou noire), en mariées avec voilette en dentelle et organdi, guirlande en anneau à l’ourlet festonné et dentelle en V sur le corsage.
Cette collection ne doit pas être confondue avec la « Bridal Party » d’Effanbee présentée dans le catalogue de Montgomery Ward, ensemble de quatre personnages articulés en vinyl aux yeux dormeurs et aux cheveux implantés : la mariée de 46 cm en robe blanche à guirlandes de fleurs, la demoiselle d’honneur de 46 cm en robe rose et blanche, le page de 28 cm avec pantalon bleu et haut blanc portant l’anneau nuptial sur un coussin bleu et la bouquetière de 28 cm en robe blanche à motifs et rubans roses.
« Over The Rainbow Collection » comprend sept poupées sur le thème des couleurs pourpre, bleu et rose. « Pun’Kin », 28 cm, en robe longue de guingan avec ruchés rose et pourpre à l’ourlet, tablier rose avec ruchés bleus et corsage bleu à manches roses. « Suzie Sunshine », en versions blanche ou noire de 48 cm, en robe longue de guingan pourpre et rose avec tablier en organdi blanc et ruban de bordure noir à l’ourlet plissé. « Baby Face », en versions blanche ou noire de 40,5 cm, en robe longue de guingan et haut bleu avec ruchés bleu, pourpre et rose à l’ourlet. « Baby Winkie », haute de 30,5 cm, en robe longue de guingan  rose brodée, posée sur un coussin à carreaux à ruché d’organdi avec dentelle. « Butterball », 33 cm, en robe bleue à carreaux avec large ruché en dentelle à l’ourlet, ou en robe rose à carreaux posée sur un coussin rond avec dentelle assortie. « Li’l Darlin », 33 cm, corps en tissu, tête et membres en vinyl, en robe rose avec ruché bleu à l’ourlet et manches en organdi blanc. « Sweetie Pie », 46 cm, corps en tissu, tête et membres en vinyl, en robe rose et pourpre avec tablier en organdi.
La « Highland Fling Collection » comporte sept poupées sur le thème de l’Écosse, qui portent toutes des robes, ruchés ou décorations en tissu écossais : « Suzie Sunshine », 46 cm, « Pun’Kin », 28 cm, « Little Luv », 38 cm, « Butterball », 33 cm, « Miss chips », 46 cm, « Baby Face », 40,5 cm, et « Sugar Plum », 51 cm. Les quatre premières sont vendues par le catalogue de la chaîne de magasins de jouets new-yorkaise F.A.O. Schwartz.
La « Sweet Nostalgia Collection » compte cinq poupées sur le thème de la nostalgie, dont une « Pun’Kin » de 28 cm, toutes habillées en robes multicolores fleuries avec parfois des ruchés lavande. « Lille Luv », 38 cm et « Baby Face », 40,5 cm, portent des bonnets fleuris, roses ou multicolores. « Suzie Sunshine », 48 cm, possède des chapeaux lavande ou multicolore. « Twinkie », 43 cm, arbore un ruché rose sur un coussin rose garni de dentelle.
La grande « Baby Classics Collection » regroupe 19 poupées classiques d’Effanbee vêtues de 41 tenues distinctes. « Sweetie Pie », haute de 46 cm, disponible en versions blanche ou noire, porte une robe en patchwork à rayures rouges et blanches décorée de croquet, ou une robe en tissu écossais bleu et beige à large garniture de dentelle au-dessus de l’ourlet. « Sugar Plum », 51 cm, à cheveux moulés ou implantés et en versions blanche ou noire, habillée en quatre tenues : longue robe à rayures roses et blanches avec parfois une bande brodée sur le devant ; robe en guingan multicolore rose, jaune, verte et lavande ; robe en organdi avec ruché en guingan rose au corset, croquet et broderie  multicolore près de l’ourlet et autour du ruché ; robe blanche, manteau et chapeau en tricot blanc avec intérieur du chapeau rose. « Precious Baby », 63,5 cm, en deux tenues : pantalon à rayures rouges et blanches et chemisier en coton blanc avec devant rapporté de rayures rouges et blanches et garniture de dentelle ; robe en tissu écossais bleu et rose et corset à broderies multicolores. « Butterball », 33 cm, à cheveux moulés ou implantés et en versions blanche ou noire, en trois tenues : ensemble blanc damassé décoré de bleu sur couverture doublée à ruchés bleu et rose ; robe de bébé en tissu écossais rose et bleu ; robe en tissu écossais rose et jaune sur coussin rose garni de dentelle. « Little Luv », 38 cm, cheveux implantés, en cinq tenues : robe en guingan multicolore garnie de dentelle ; combinaison de ski rose doublée et capuche ; nid d’ange blanc doublé et bonnet avec ruché en tissu écossais bleu et rose ; robe en guingan à carreaux rose et blanche à fleurs multicolores brodées autour de l’ourlet et dentelle ; robe à rayures roses et blanches avec manteau  blanc tricoté et chapeau. « Twinkie », 43 cm, cheveux moulés ou implantés, en trois tenues : ensemble damassé une pièce rose sur une couverture blanche doublée ; robe à rayures roses et blanches garnie de dentelle ; robe de baptême en crêpe brodée et capuche avec œillets festonnés à l’ourlet, posée sur un coussin. « Little Darlin », 33 cm, cheveux moulés ou implantés, en quatre tenues : robe de baptême en coton blanc avec broderies sur ruban de nylon ; robe en patchwork à damier rouge et blanc avec deux rangs de garniture en croquet sur le corsage ; robe à rayures roses et blanches avec bande blanche et dentelle à l’ourlet ; robe en tissu écossais bleu et rose avec large ruché à l’ourlet et manches en organdi blanc. « Chipper », 38 cm, robe en patchwork à damier rouge et blanc et corsage en coton blanc à manches longues. « Suzie Sunshine », 48 cm, même tenue que « Chipper » et disponible en versions blanche ou noire. « Baby Face », haute de 40,5 cm, robe à rayures roses et blanches, manteau tricoté avec col, chapeau de paille. « Sunny », 48 cm, en pantalon à rayures rouges et blanches, chemise blanche garnie de croquet rouge, bonnet blanc à rayures intérieures rouges et blanches. « Fair Baby », 33 cm, cheveux implantés, en versions blanche ou noire, robe de baptême blanche à broderies roses et vertes, sur un coussin rose. « Baby Winkie », 30,5 cm, cheveux moulés ou implantés, en trois tenues : ensemble rose doublé et bonnet en étamine rose ; robe de baptême en nylon plissé sur coussin assorti ; robe à rayures roses et blanches, long manteau blanc tricoté et coussin. « Buttercup », 33 cm, cheveux implantés, en robe et culotte à rayures roses et blanches, manteau blanc et bonnet tricotés. « Pun’Kin », 28 cm, en versions blanche ou noire, vêtue d’une robe longue en patchwork à damier rouge et blanc avec large décoration d’œillets à l’ourlet. « Babykin », 23 cm, cheveux moulés ou implantés, en trois tenues : robe d’enfant en guingan à carreaux roses et blancs sur une couverture blanche avec bordure à damier rose et blanche ; nid d’ange doublé rose et capuche ; robe courte en guingan à carreaux bleus et blancs avec dentelle large à l’ourlet. « Tiny Tubber », 28 cm, cheveux moulés ou implantés, en versions blanche ou noire, en quatre tenues : ensemble damassé rose sur couverture blanche tricotée à bordure rose ; robe d’enfant à impressions florales et bonnet sur coussin blanc à décoration fleurie ; nid d’ange blanc garni de dentelle avec ensemble damassé en flanelle rose ; robe courte à rayures roses et blanches avec large dentelle à l’ourlet. « Half Pint », haute de 28 cm, en robe écossaise multicolore et culotte versions blanche ou noire, ou en robe écossaise bleue et rose avec ourlet dentelé et bonnet assorti. « Baby Button Nose » de 35,5 cm, cheveux moulés, corps et membres en tissu dans un pyjama doublé rose. Une « Dydee Educational Doll » (voir 1971 pour le rôle des poupées éducatives) est disponible en versions blanche ou noire.
La « Candy Land Collection » comprend cinq poupées sur le thème des bonbons. « Pun’Kin », 28 cm, dans une robe longue à rayures rouges et blanches, veste rouge en velvantine et chapeau de paille. « Chipper », 38 cm, en robe longue à rayures rouges et blanches avec large ruché à l’ourlet, manches longues blanches en organdi, tablier en organdi blanc garni de rouge. « Miss Chips », 46 cm, en robe longue rouge et blanche avec large ruché à l’ourlet, tablier en coton brodé rouge sur blanc (trèfles à trois feuilles) et col blanc large. « Butterball », 33 cm, cheveux implantés, en robe de coton rouge à large bande de pois rouges au-dessus de l’ourlet, avec bande à rayures rouges et blanches à la taille ; également avec cheveux moulés, en robe courte à trèfles à trois feuilles rouges brodés. « Little Luv », 38 cm, cheveux implantés, en robe de coton à rayures rouges et blanches et tablier blanc brodé de trèfles rouges à trois feuilles.
La « Pajama Kids Collection » comporte six poupées sur le thème du pyjama et de la couleur blanche. « Pun’Kin », 28 cm, en versions blanche ou noire, habillée d’une chemise de nuit blanche à impressions de fleurs roses et de feuilles vertes avec large ruché à l’ourlet. « Babykin », 23 cm, cheveux implantés, en pyjama deux pièces. « Baby Face », 40,5 cm, en chemise de nuit avec large ruché à l’ourlet, tenant un « Babykin » en saut-de-lit rose. « Dydee » de 46 cm à cheveux implantés en pyjama une pièce, tenant un « Babykin » en saut-de-lit rose. « Buttercup », 33 cm, à cheveux implantés en pyjama une pièce. « Little Luv », 38 cm, à cheveux implantés en pyjama une pièce.
« Travel Time Collection » (photo de droite ci-dessous) compte huit poupées sur le thème du voyage. « Twinkie », 43 cm, cheveux implantés, dans un panier en osier, avec layette. « Baby Winkie », 30,5 cm, cheveux implantés, dans une valise à rayures roses et blanches, avec layette. « Butterball » de 33 cm, cheveux implantés, dans un panier en osier, avec layette, recouverte d’une couverture crochetée verte à bord frangé avec coussin en organdi blanc. Le grossiste Marshall Field commercialise une « Baby Face » de 40,5 cm en robe rayée avec manteau et chapeau blanc tricotés. « Pun’Kin », 28 cm, en robe guingan à carreaux roses et bleus pastel, avec ruché à l’ourlet, tablier assorti et chapeau de paille. « Suzie Sunshine », 46 cm, en robe longue écossaise de la collection « Highland Fling » avec « Little Luv Baby » de 38 cm appairé. « Pun’Kin », 28 cm, en robe d’organdi blanc avec deux ruchés à l’ourlet et ceinture en tissu écossais assorti.
En cette année 1973, la mascotte du fan club Effanbee est une « Half Pint » de 28 cm issue de la « Crochet Classics Collection » (qui sortira en 1974) avec son étiquette d’identification.
Le catalogue 1973 de la chaîne de grands magasins Sears expose un groupe de cinq poupées articulées en vinyl appelé « Baby Beauties » : une « Butterball » de 33 cm en robe à damier rose et blanc et bonnet attaché par un ruban bleu ; une « Baby Face » de 40,5 cm en robe-chasuble à trois niveaux bleu/lavande/rose et jabot blanc ; une « Little Luv » de 35,5 cm en robe rose et blanche avec tablier lavande et blanc ; une « Button Nose » de 30,5 cm en combinaison blanche avec un nœud bleu et un nœud rose à carreaux ; une « Baby Winkie » de 30,5 cm en robe rose à damier sur coussin en guingan à carreaux lavande bordé de blanc.
Le catalogue de la chaîne de grands magasins J.C. Penney de la même année commercialise la série « Country Look » de trois poupées habillées en damier rouge et blanc : une « Baby Face » de 40,5 cm portant un bébé de 23 cm, une « Chipper » de 38 cm et une « Butterball » de  33 cm.
Pour son anniversaire de 1973, Montgomery Ward réédite plusieurs poupées, dont la « Dydee Baby » de 1934, haute de 43 cm, vêtue d’une robe blanche et attachée par des rubans roses à une couverture blanche.


                    © OfferUp                                          © WorthPoint 

haut de page

En 1974 sont introduites cinq nouvelles collections, tandis que quatre anciennes sont rééditées. Parmi les nouvelles, « Enchanted Garden Collection » réunit sept poupées sur le thème du jardin enchanté. Une « Pun’Kin » de 28 cm porte une robe longue à impressions pastel avec trois rangs de ruchés de dentelle à l’ourlet et un chapeau en organdi. Une « Chipper » de 38 cm (photo de gauche ci-dessous) est habillée d’une longue robe-chasuble garnie de dentelle avec large ruché à l’ourlet et chapeau de paille, ou d’une robe à impressions pastel multicolores. Une « Suzie Sunshine » de 48 cm à impressions identiques arbore un large ruché en organdi blanc à l’ourlet et un chapeau d’organdi. Une « Twinkie » de 43 cm est vêtue d’une robe en organdi blanc à manches longues avec ourlet festonné, quatre rangs de dentelle brodée et gros nœud rose, attachée à un coussin à impressions pastel multicolores à bordure en large ruché d’organdi. Une « Butterball », 33 cm, porte une robe sans manches avec trois rangs de dentelle à l’ourlet, posée sur un coussin blanc avec garniture de dentelle aux bordures. Une « Li’l Darlin », 33 cm, a la même robe mais avec des manches. Une « Sweetie Pie » de 46 cm est habillée d’une jupe en organdi et d’un corsage imprimé pastel, sur un coussin à impressions pastel multicolores au centre et large ruché d’organdi avec dentelle aux bords.
La « Carousel Collection » regroupe six poupées sur le thème du manège, toutes vêtues de blanc avec décoration de rayures multicolores : « PunKin », 28 cm, « Baby Face », 40,5 cm, « Little Luv », 38 cm, « Miss Chips », 46 cm, « Suzie Sunshine », 48 cm et « Sugar Plum », 51 cm.
La « Charming Checks Collection » affiche six poupées sur le thème du damier : « Pun’Kin » de 28 cm, en robe rose à damier et tablier brodé multicolore ; « Suzie Sunshine » de 48 cm, en robe bleue à damier et tablier à broderie multicolore ; « Baby Face » de 40,5 cm, en guingan rose et tablier à broderie multicolore ; « Baby Winkie » de 30, 5 cm, en robe d’enfant blanche longue avec broderie sur le devant, posée sur un coussin rose à damier ; « Butterball » de 33 cm, en robe de guingan bleu avec panneau de broderie multicolore ; « Sweetie Pie » de 46 cm en robe de guingan rose et tablier garni de broderie multicolore avec coussin bleu à large ruché.
La « Country Cousins Collection » comprend sept poupées sur le thème de la campagne. « Pun’Kin », 28 cm, « Miss Chips », 40,5 cm, « Suzie Sunshine », 48 cm, « Baby Face », 40,5 cm, « Butterball », 33 cm, « Little Luv », 38 cm et « Sugar Plum », 51 cm. Toutes portent un tablier ainsi qu’un corsage avec manches à damier rouge et noir et impressions blanches. « Suzie Sunshine » et « Pun’Kin » ont un foulard ou un bonnet. Quatre d’entre elles sont vendues en outre dans le catalogue de la chaîne de grands magasins Sears : « Baby Face », en robe à pois rouges et blancs et tablier bleu marine, body blanc, chaussures noires et guêtres blanches ; « Chipper », en robe bleu marine, body et chaussures blancs ; « Pun’Kin », en robe à pois rouges et blancs, tablier et bonnet bleu marine, chaussures et body blancs ; « Butterball », en robe à pois rouges et blancs garnie de dentelle.
Dernière nouvelle collection de l’année, la « Crochet Classics Collection » comporte cinq poupées sur le thème du travail au crochet, notamment pour réaliser des pulls. « Tiny Tubber », 28 cm, cheveux implantés, en ensemble rose et bottillons. « Dydee », 46 cm, en pull rose, casquette et leggings. « Half Pint », 28 cm, en robe bleue courte, rosettes blanches autour du cou et de l’ourlet et roses sur le devant. « Butterball », 33 cm, cheveux moulés, pull bleu et bottillons, ou cheveux implantés, en nid d’ange rose avec capuche blanche doublée. « Sweetie Pie », 46 cm, en robe d’organdi, pull, bonnet et bottillons.
En dehors des collections, Montgomery Ward édite une « Suzie » à cinq âges de la vie : nouveau-né, baptisée, petite fille, écolière et mariée.
Parmi les collections rééditées, on trouve la « Bridal Suite Collection », ensemble de quatre poupées sur le thème du mariage. « Pun’Kin », 28 cm, cheveux rouge-orangé, en pantalon court de velvantine rouge, chemise blanche en ruché, cravate rouge et tenant un coussin dentelé. « Pun’Kin Flowergirl » (photo de droite ci-dessous), la bouquetière de 28 cm, porte une robe en organdi rose brodée de dentelle, des nœuds roses dans les cheveux et tient une rose et des rubans en serpentin de couleur rose. « Chipper » de 38 cm et « Miss Chips » de 46 cm, en même tenue que « Pun’Kin Flowergirl », ou en robe de mariée en organdi dentelé avec œillets en V autour de l’ourlet et double voilette courte.
La « Baby Classics Collection » se compose cette année de 14 poupées classiques d’Effanbee. « Twinkie », 43 cm, cheveux moulés ou implantés, en trois tenues : ensemble damassé rose attaché à une couverture de même couleur ; longue robe d’enfant à broderie de dentelle rose sur le devant ; robe d’enfant en batiste brodé d’œillets sur coussin rose avec ruché d’œillets. « Sugar Plum », 51 cm, en robe d’organdi rose garnie de dentelle rose ou en robe de batiste rose avec œillets et bonnet. « Baby Winkie », haute de 30,5 cm, cheveux moulés ou implantés, habillée en nid d’ange rose doublé garni de dentelle. « Butterball » de 33 cm, en ensemble damassé blanc attaché à une couverture blanche, ou en manteau écossais et chapeau de paille. « Little Luv », 38 cm, en robe à damier rouge avec impression de pièces et garniture de croquet, en robe multicolore garnie de dentelle, ou en manteau écossais et chapeau de paille. « Sweetie Pie » de 46 cm, cheveux moulés ou implantés, en trois tenues : robe d’enfant à damas rayé rose avec dentelle large sur les bords des manches et en deux rangs autour de l’ourlet ; robe à damier et rayures multiples roses, bleues et jaunes garnie de croquet bleu ; robe à damas rayé garnie de dentelle rose et bonnet. « Pun’Kin » de 28 cm, en jupe à longue garniture de dentelle blanche et multicolore, ou en robe courte en tissu écossais plissé et chapeau de paille. « Suzie Sunshine », haute de 48 cm, en longue robe de dentelle à rayures multicolores et large ruché à l’ourlet. « Baby Face », 40,5 cm, dans le même style de robe longue, ou en manteau écossais et chapeau de paille. « Half Pint », 28 cm, en robe rouge à damier garnie de dentelle avec pièces multicolores, ou en tenue de ballerine rose. « Baby Button Nose », 35,5 cm, corps et membres en tissu, tête en vinyl, cheveux moulés, en robe appairée détachable, ou en pyjama doublé changeable rose ou bleu couvrant pieds et mains. « Babykin », 23 cm, cheveux moulés ou implantés, en trois tenues : robe rose de bébé attachée à une couverture blanche ; nid d’ange bleu garni de dentelle et capuche ; robe rose courte et nœud rose dans les cheveux. « Tiny Tubber » de 28 cm, cheveux moulés ou implantés, en cinq tenues : ensemble damassé rose attaché à une couverture doublée ; robe d’enfant en damas rayé bleu garnie de dentelle et bonnet, sur un coussin ; nid d’ange rose doublé garni de dentelle et capuche ; robe bleue courte en damas rayé avec deux rangs de dentelle à l’ourlet et robe rose courte avec deux rangs de dentelle à l’ourlet, avec rosettes sur le devant. « Li’l Darlin », cheveux moulés, en longue robe d’enfant blanche avec pièce rapportée de broderie dentelée rose sur le devant, ou cheveux implantés, en robe blanche avec manches et ourlet à damier rouge et blanc, pièces multicolores et fleurs brodées sur le devant.
La « Pajama Kids Collection » réunit six poupées sur le thème du pyjama. « Pun’Kin », 28 cm, en chemise de nuit composée d’une longue jupe rouge et d’un corsage blanc garni de motifs floraux au cou et à la taille. « Chipper », 38 cm, en chemise de nuit semblable mais avec un large ruché à l’ourlet. « Tiny Tubber » de 28 cm, cheveux implantés, en pyjama deux pièces avec bas rouge et haut blanc, et dentelle et rubans à l’ourlet. « Baby Face », 40,5 cm, en jupe rouge et corsage blanc à manches, ruché à l’ourlet, et garniture rouge autour du cou, portant un « Babykin » de 23 cm dans un sac de couchage avec garniture rouge autour du cou et des bras. « Baby Winkie » de 30,5 cm, cheveux moulés, en pyjama rouge attaché à une couverture blanche. « Li’l Darlin », 33 cm, cheveux implantés, en pyjama une pièce avec bas rouge et haut blanc, avec motifs floraux à la taille et garniture rouge au cou et aux manches.
La « Travel Time Collection » regroupe trois poupées sur le thème du voyage. Une « Twinkie » de 43 cm, cheveux implantés, est vendue dans un panier en osier avec layette, ou dans une robe d’enfant en organdi sur un coussin rose. Une « Baby Winkie » de 30,5 cm, cheveux implantés, livrée dans une valise à damier rouge et blanc, porte un nid d’ange rose doublé d’un tissu écossais multicolore. Une « Butterball » de 33 cm, cheveux implantés, est vendue dans un panier en osier avec layette rose ; également disponibles, une couverture de voiture avec bordures à franges crochetée à la main et un coussin en organdi avec ruché.
Il est à noter que toutes les poupées sont conçues exclusivement par la styliste et créatrice Eugenia Dukas, qui travaille pour Effanbee depuis 1947, notamment en collaboration avec le célèbre artiste indépendant Bernard Lipfert, créateur de Patsy et Dy-Dee.


                        © PicClick                                            © WorthPoint

haut de page

Six nouvelles collections sont lancées en 1975, et cinq sont rééditées. Parmi les nouvelles, la « Lovums Collection » offre plusieurs poupées de 46 cm à cheveux moulés, disponibles en six tenues : robe blanche courte et corsage en forme de cœur avec panneau rapporté en damier rose ; robe d’enfant longue blanche avec ruban rose et garniture de dentelle sur le devant ; grenouillère blanche avec pompons roses sur les pieds attachée à une couverture rose garnie de dentelle ; ensemble blanc avec bonnet et deux pompons roses dans un nid d’ange rose ; robe d’enfant tissée en damas rayé rose et bonnet garni de dentelle ; même tenue sur un coussin rose.
« La Granny’s Corner Collection » comprend neuf poupées sur le thème de la grand-mère, toutes en impression cachemire avec motifs floraux dans des cercles blancs. Garçon « Pun’Kin », 28 cm, en chemise garnie de dentelle, pantalon court et casquette en velvantine rouge. « Pun’Kin », 28 cm, en robe longue avec large ruché et casquette blanche. « Chipper », 38 cm, et « Miss Chips » (photo de gauche ci-dessous), 46 cm, deux rangs de ruché blanc à et près de l’ourlet. « Suzie Sunshine », 48 cm, en veste à manches longues en velvantine rouge avec bonnet et large ruché à l’ourlet. « Twinkie », 43 cm, en robe longue et bonnet sur coussin carré en velvantine rouge garni de dentelle. « Butterball » de 33 cm, cheveux moulés, en robe garnie de dentelle et bonnet, sur un coussin rond en velvantine de dentelle rouge. « Little Luv », 38 cm, en robe garnie de dentelle avec pièce rapportée blanche dans un corsage à deux boutons rouges. « Sugar Plum » de 51 cm, identique à « Little Luv ».
La « Half Pint Collection » décline cette poupée de 28 cm en trois tenues : robe blanche à  œillets et manches longues, chapeau de paille, body blanc, rubans rouges, chaussures noires et guêtres blanches ; robe en guingan à carreaux roses et blancs avec ruché blanc en œillets à l’ourlet, bonnet, body et guêtres blanches ; robe en jersey bleue, body bleu, veste crochetée rose, guêtres blanches, chapeau de paille décoré de blanc et manchon.
« Americana Collection » comporte sept poupées sur le thème de l’Amérique. « Pun’Kin », 28 cm, en guingan bleu et blanc avec large ruché à l’ourlet, corsage blanc et tablier avec nœud rose. « Chipper Bride » de 38 cm en robe longue de guingan à carreaux bleus et blancs avec manches blanches, bonnet, et tablier avec ourlet brodé multicolore. « Suzie Sunshine » de 48 cm, en robe longue à damier bleu et blanc avec ruché à l’ourlet, bonnet blanc et tablier à broderie multicolore au-dessus du ruché. « Baby Face », 40,5 cm, en robe longue rose et blanche avec ruché à l’ourlet, et tablier blanc avec broderie multicolore. « Butterball » de 33 cm, cheveux implantés, en robe à damier rose et blanc avec pièce rapportée blanche sur le devant et broderie multicolore. « Little Luv » de 38 cm, en robe à damier bleu et blanc, ourlet blanc et tablier à décoration multicolore. « Sugar Plum », 51 cm, en robe à damier rose et blanc et manches courtes blanches, tablier blanc avec œillets et bordure festonnée.
La « Ragamuffin Collection » propose trois poupées, corps et membres en tissu, sur le thème de ce style musical. « Baby Button Nose », 35,5 cm, cheveux implantés, en trois tenues : pyjama bleu doublé et bonnet ; cheveux implantés, robe blanche à rayures rouges et blanches ; cheveux moulés, robe à damier rose et blanche avec bonnet. La création « Pint Size », 35,5 cm, en trois tenues : robe à damier rose et blanche, bonnet blanc et décoration en V sur le corsage avec un ruban noir ; robe rouge à pois blancs, tablier blanc avec trois boutons rouges et chapeau de paille ; robe blanche à impression cachemire et bonnet garni de dentelle. L’autre création « Floppy » (photo du centre ci-dessous), en trois tenues : robe rose et bonnet blanc, décoration multicolore sur le corsage, chaussures hautes blanches à deux fermoirs ; robe à damier rouge et blanche, pantalon blanc, tablier avec décoration en œillets, chaussures hautes noires à deux fermoirs ; robe à impression cachemire, pantalon, bonnet et chaussures hautes noires à deux fermoirs.
La « Duck Duck Goose Collection » compte sept poupées sur le thème des canards et des oies. Toutes ont des manches courtes blanches, sauf « Butterball », qui n’a pas de manches. « Butterball », 33 cm, cheveux implantés, en robe bleue garnie de dentelle, pantalon blanc en flanelle damassée, avec oies blanches et canards oranges brodés à l’ourlet, coussin bleu assorti et ruban bleu dans les cheveux. « Suzie Sunshine » de 48 cm, taches de rousseur, en robe bleue garnie de dentelle avec manches en organdi, chapeau de paille tenu par un ruban bleu, pantalon blanc, canards oranges et oies jaunes brodés à l’ourlet. « Baby Face », 40,5 cm, robe jaune garnie de dentelle, ruban jaune à la taille et sur le bonnet assorti, manches en organdi, pantalon blanc, oies blanches brodées à l’ourlet. « Little Luv », 38 cm, cheveux implantés, en robe jaune, canards et oies brodés sur le devant de la robe. « Pun’Kin », 28 cm, en robe bleue, canards et oies brodés sur le devant de la robe. « Twinkie », 43 cm, en robe bleue sur coussin bleu, canards et oies brodés sur le devant de la robe. « Sweetie Pie », 46 cm, cheveux implantés, en robe bleue, canards et oies brodés sur le devant de la robe.
La mascotte 1975 du fan club Effanbee est un « Boy Pun’Kin » (photo de droite ci-dessous) de 28 cm en pantalon court bordeaux et chemise beige, avec une casquette bordeaux.
Parmi les collections rééditées, on trouve la « Crochet Classics Collection », ensemble de huit poupées sur le thème du travail au crochet. « Pun’Kin » de 28 cm, robe rose à godets. « Tiny Tubber » de même taille, cheveux implantés, robe bleue à godets et bottillons. « Twinkie », 43 cm, cheveux moulés, pull bleu, bonnet décoré en blanc et leggings. « Half Pint » de 28 cm, robe rose, bonnet décoré de blanc et manchon de même couleur. « Butterball » de 33 cm, cheveux implantés, en pull, capuche et bottes roses, ou cheveux moulés, en nid d’ange rose, ensemble doublé blanc et bonnet. « Li’l Darlin », même taille, en bas de pyjama blanc doublé, veste rose et capuche décorée de blanc avec manchon de la même couleur. « Little Luv », robe bleue à godets et bottes. « Sweetie Pie », 46 cm, en robe d’organdi blanc avec pull, bonnet et bottes roses.
La « Bridal Suite Collection » comprend quatre poupées sur le thème du mariage. « Pun’Kin » de 28 cm, page en pantalon de velvantine rouge, chemise en taffetas rose garnie de dentelle, cravate rouge et coussin. Autre « Pun’Kin », bouquetière en robe de taffetas rose garnie de dentelle avec large ruché à l’ourlet et bouquet en velvantine. « Chipper », 38 cm, en robe identique avec bonnet rose, ou en robe nuptiale d’organdi blanc avec dentelle, bords festonnés de marguerites blanches finissant dans un nœud blanc. « Miss Chips », 46 cm, bouquetière et mariée identiques à « Chipper ».
La collection « Baby Classics » rassemble 15 poupées classiques d’Effanbee habillées avec 39 tenues. « Little Luv », 38 cm, cheveux implantés, en trois tenues : robe à impression de damas rayé avec petites roses rouges et manches en organdi ; robe à rayures bleues et blanches garnie de dentelle avec bonnet ; robe de batiste rose à manches blanches avec large ruché au-dessus de l’ourlet et bonnet. « Sweetie Pie », 46 cm, et « Sugar Plum », 51 cm, sont disponibles dans ces trois tenues de « Little Luv ». « Twinkie », 43 cm, cheveux moulés ou implantés, en cinq tenues : robe de damassé rose et couverture blanche ; même robe et couverture blanche doublée, impression de damas rayé avec ruché de petites roses rouges ; robe d’enfant rose avec dentelle et ruban sur le devant ; ensemble blanc et capuche, nid d’ange rose doublé garni de dentelle ; robe d’enfant en organdi avec deux rangs de dentelle, ruban rose sur le devant, double ruché à l’ourlet et bonnet, posée sur un coussin rose avec large ruché de dentelle. « Little Darlin » appairée de 33 cm avec cheveux moulés, ou corps et jambes en guingan rose à carreaux, en robe courte blanche avec pièce rapportée à damier rose en forme de cœur garnie de dentelle sur le corsage. « Little Luv » appairée de 38 cm à cheveux moulés. « Pun’Kin », 28 cm, en robe longue blanche en damas rayé garnie de dentelle à manches courtes, avec impression de petites roses et large ruché à l’ourlet. « Chipper », 38 cm, et « Suzie Sunshine », 46 cm, en robes semblables à « Pun’Kin » mais avec des manches longues. Idem pour « Baby Face », 46 cm, et « Miss Chips », 46 cm, mais avec des roses bleues sur des robes bleues et des manches longues blanches. « Butterball », 33 cm, cheveux moulés, en ensemble damassé doublé rose et couverture rose, ou en ensemble damassé rose et couverture blanche doublée avec impression de ruché en roses rouges. « Babykin » de 23 cm, cheveux moulés ou implantés, en trois tenues : robe d’enfant imprimée de roses rouges avec couverture blanche doublée ; ensemble et capuche roses avec nid d’ange ; robe bleue imprimée de roses bleues avec large ruché de dentelle blanche. « Tiny Tubber », 28 cm, cheveux moulés ou implantés, en quatre tenues : robe en damas rayé imprimé de roses rouges et bonnet sur un coussin blanc ; ensemble damassé rose et couverture blanche doublée ; ensemble doublé et capuche blancs dans un nid d’ange doublé blanc avec impressions intérieures de roses rouges ; robe bleue imprimée de roses bleues. « Baby Winkie » de 30,5 cm, cheveux moulés et implantés, en ensemble et capuche blancs dans un nid d’ange rose. « Half Pint », 28 cm, en robe de damas rayé rose rouge, ou en ballerine rose. « Dydee Educational Doll » de 51 cm, identique à celle de 1973.
La « Pajama Kids Collection » comporte six poupées sur le thème du pyjama. « Pun’Kin », 28 cm, en chemise de nuit rose garnie de dentelle blanche à l’ourlet avec dentelle brodée sur le corsage. « Baby Face » de 40,5 cm, dans la même tenue. « Tiny Tubber », 28 cm, cheveux implantés, en leggings roses, haut de robe blanche et nœuds roses dans les cheveux. « Suzie Sunshine » de 48 cm, en combinaison de nuit une pièce à pieds roses, tenant un ourson. « Butterball », 33 cm, cheveux moulés, en leggings deux pièces roses et haut de robe. « Little Luv », 38 cm, cheveux moulés, en longue robe rose d’enfant à manches longues avec broderie et dentelle sur le devant.
La « Travel Time Collection » se compose de quatre poupées sur le thème du voyage. « Tiny Tubber » de 28 cm, dans un panier d’osier avec layette sur un coussin rose. « Twinkie », 43 cm, dans un panier d’osier avec layette, en robe décorée d’œillets sur un coussin rose. « Baby Winkie », 30,5 cm, cheveux implantés, dans une valise à damier rose et blanc avec layette, en robe imprimée de motifs rose rouge sur un coussin. « Butterball », 33 cm, cheveux implantés, dans un panier d’osier avec layette sur un coussin rose.
Plusieurs actions ont été menées en 1975 par les grands magasins et les distributeurs. Le grossiste Marshall Field commercialise « Baby Winkie », « Chipper Bride » et « Suzie Sunshine » de l' »Americana Collection », ces deux dernières portant une robe à damier bleue, un bonnet blanc et un tablier à décoration multicolore. F.A.O. Schwarz vend le « Twinkie » avec layette de la « Travel Time Collection ». Sears propose « Pun’Kin » et « Pint Size » en ensembles doublés roses, le premier avec un ourson blanc en vinyl, le second ayant un corps en tissu.


               © eBay                             © WorthPoint                    © PicClick

haut de page

Les nouvelles collections de 1976 nous font voyager dans le temps, avec les quatre saisons et les personnages historiques, et dans l’espace, avec les poupées de pays. La « Four Seasons Collection » propose quatre poupées de 28 cm : « Autumn », en jupe plissée beige avec ganse marron, manteau et chapeau brun doré gansés, dentelle au cou et aux manchettes, et ruban noué autour du chapeau. « Winter », en robe blanche décorée de rouge et manteau et bonnet rouges décorés de blanc, avec une écharpe en fourrure synthétique. « Spring » (photo de gauche ci-dessous), en robe jaune à décoration noire, avec chemisier et chapeau blancs. « Summer », en robe d’organdi blanc garnie de dentelle et ruban de ceinture rose, roses sur le chapeau et dans le panier attaché au poignet droit.
La « Regal Heirloom Collection » comprend sept poupées sur le thème de l’héritage royal. « Bride », la mariée, mesure 46 cm. « Her Royal Highness », en robe bleue garnie de dentelle ancienne. « Baroness », 38 cm, en velvantine bleu roi, dentelle blanche et rubans roses. « Countess », 40,5 m, bébé en robe blanche, manteau bleu roi et bonnet. « Duchess », 46 cm, en robe bleu roi et chapeau. « Crown Princess », 28 cm, en robe de mariée avec dentelle ancienne (photo du centre ci-dessous). « Princess », 43 cm, en robe de baptême ancienne sur coussin bleu.
La « Historical Collection » comporte huit poupées sur le thème des personnages historiques réels ou de fiction, dont trois développées dès 1976 : Betsy Ross, femme qui aurait confectionné le premier drapeau américain pendant la révolution, à la demande de George Washington, en robe à petites impressions florales ; Martha Washington, populaire épouse de George Washington, le premier président des États-Unis d’Amérique, habillée en robe bleu nuit décorée de blanc, avec châle et bonnet décorés de bleu ; Paul Revere, orfèvre patriote de la révolution américaine, immortalisé pour ses gestes héroïques lors de la bataille de Lexington et Concord, vêtu d’un body blanc et de chaussons noirs à boucles argentées, d’une culotte en velvantine brun clair, d’une chemise beige en coton garnie de dentelle, d’une veste en velvantine verte et d’un chapeau en velvantine brune.
« International Collection » est une collection de poupées de pays dont chacun est représenté par une Miss. Neuf poupées sortent en 1976 : « Miss France », avec un chapeau de type hollandais ;  « Miss Germany » (photo de droite ci-dessous), en jupe à motifs floraux sur larges rayures verticales et corsage à manches blanches, tablier blanc avec bande brodée rouge et verte au-dessus de l’ourlet, veste en velvantine rouge avec nœud noir, ses cheveux étant relevés en tresses attachées par des nœuds rouges, dentelle autour du cou, avec un bandeau assorti à la bande du tablier, bas et chaussures noires ; « Miss Holland », dont la tresse brodée couvre les trois-quarts du corsage et le cœur est mis en forme par des fleurs rouges et jaunes ; « Miss Ireland », en robe verte juste au-dessous des genoux ; « Miss Italy », foulard blanc à rayures rouges sur la tête, longues manches blanches, bande de broderie à fleurs blanches et rouges avec petites feuilles vertes au milieu du tablier blanc garni d’œillets à l’ourlet ; « Miss Poland », foulard rouge à bordure blanche sur la tête, jupe noire, corsage et tablier blancs à bande de décoration rouge, bottes blanches ; « Miss Scotland », en robe de tissu écossais, veste rouge avec foulard sur les épaules descendant aux hanches, pantalon tenu par un ruban rouge, béret écossais à pompon rouge et bande de tissu écossais aux poignets ; « Miss Spain » ; « Miss USA », en ensemble une pièce à damier rouge et blanc et manches longues, jupe à franges blanches décorée de rouge, veste et manchettes en velvantine marron, bottes et chapeau blancs.
La « Baby Face Collection » décline cette poupée en quatre tenues, toutes ayant des chaussures noires, des guêtres blanches et des bonnets assortis à la tenue : robe chasuble en velvantine bleue à longues manches blanches, jupon en dentelle visible sous la jupe festonnée ; pantalon blanc garni de dentelle et rose sur le chapeau ; robe blanche à manches longues avec rosettes sur le devant, rose sur le chapeau et écharpe rose ; robe pâle à manches longues avec impressions florales, tablier blanc à bord festonné et dentelle sur le devant du chapeau.
La « Grandes Dames Collection » compte de nombreuses poupées sur le thème de personnages réels ou imaginaires de grandes dames, utilisant les moules de « Miss Chipper » et « Miss Chips », dont : « Peaches’n Cream », « Southern Belle », Ma Chère », « Victorian Lady », « Mint Julep » et « Mam’selle ».
La « Prairie Nights Collection » inclut cinq poupées : « Pun’Kin », 28 cm, en longue chemise de nuit beige pâle garnie de dentelle autour de l’ourlet avec deux rangs de dentelle sur le devant, et bonnet de nuit avec ruban bleu ; « Suzie Sunshine », 48 cm, en robe longue beige pâle avec large ruché à l’ourlet, dentelle sur le devant du corsage et en bordure du cou, bonnet de nuit et ruban bleu sur le chapeau et à la taille ; « Butterball », 33 cm, en robe courte beige pâle avec dentelle et rosette bleue à l’ourlet, et ruban bleu au bord du cou et au chapeau ; « Tiny Tubber », 28 cm et « Chipper », 38 cm, sont vêtues de bleu avec garnitures de dentelle et bonnet de nuit.
Du côté des rééditions, deux Pun’Kin garçon et fille de 28 cm incarnent l’esprit de 1976 dans l' »Americana Collection », qui englobe : une « Chipper » de 38 cm en robe blanche, tablier bleu à damier et bonnet ; une « Little Luv » de même taille en robe blanche et tablier rose à damier ; une « Suzie Sunshine » de 48 cm en robe blanche et tablier bleu à damier ; une « Butterball » de 33 cm en robe à damier rose ; une « Pun’Kin » en robe à damier bleu ; le couple de « Pun’Kin » en rouge, blanc et bleu « Spirit of ’76 ».
La « Granny’s Corner Collection » reprend les neuf poupées de 1975 sur le thème de la grand-mère, toutes en impression cachemire pâle avec des  rubans et décorations en velvantine rouge. Le seul garçon de la collection a un pantalon, des chaussures et un chapeau en velvantine rouge.
La « Travel Time Collection » comprend trois poupées sur le thème du voyage. « Tiny Tubber », 28 cm, dans un panier d’osier avec layette, habillée d’une robe longue garnie de dentelle avec bonnet, et posée sur un coussin. « Twinkie », 43 cm, dans un panier d’osier avec layette, en robe longue brodée rose et bonnet, sur un coussin avec ruché assorti. « Butterball », 33 cm, dans un panier d’osier avec layette, en robe longue brodée avec une bande près de l’ourlet.
La « Ragamuffin Collection » se compose de sept poupées : « Floppy », 53 cm, en robe en impression cachemire, pantalon et chaussures hautes à fermoir ;  « Pint Size », 35,5 cm, en robe à damier rose et blanc avec bonnet blanc et ruban rouge à la taille ; poupée de 53 cm en robe chasuble à damier rouge et blanc, ruban rouge à la poitrine et pantalon blanc ; poupée de 35,5 cm, corps en tissu en impression cachemire avec robe blanche et bonnet ; « Button Nose » de 35,5 cm en robe à damier rose et blanc ; « Pint Size », 35,5 cm, en robe chasuble blanche à pois rouges et chapeau de paille ; « Floppy », 53 cm, à corps rose pâle, en robe et bonnet blancs.
La « Pajama Kids Collection » propose 3 poupées sur le thème du pyjama : « Pun’Kin », 28 cm, « Suzie Sunshine », 48 cm et « Dydee », 46 cm. Toutes habillées en pyjama rose une pièce, elles sont coiffées sur le côté à l’aide de rubans. « Pun’Kin » tient un ourson en vinyl blanc et les deux autres des oursons bruns en peluche.
La « Crochet Classics Collection » renferme sept poupées sur le thème du travail au crochet. « Pun’Kin », 28 cm, en robe rose courte avec deux rosettes sur le devant. « Tiny Tubber », 28 cm, en robe bleue courte et bottillons. « Dydee », 46 cm, en pull bleu, leggings et bonnet à bordure blanche. « Half Pint », 28 cm, en robe-gilet rose, capuche et manchon, body et guêtres blancs, chaussures noires. « Butterball », 33 cm, cheveux implantés, en pull rose, capuche et bottillons, ou cheveux moulés, en ensemble doublé blanc décoré de bleu et nid d’ange crocheté. « Little Luv », cheveux implantés, 38 cm, en robe rose tissée et bottillons. « Sweetie pie », 46 cm, cheveux implantés, en pull long, bonnet et bottillons, et robe souple à impression de motifs floraux.
La « Lovums Collection » offre plusieurs poupées de 46 cm à cheveux moulés, disponibles en quatre tenues : en robe d’enfant rose pâle longue avec large garniture de dentelle sur le devant ; en robe d’enfant à damas rayé rose avec dentelle à l’ourlet et aux manchettes, et bonnet garni de dentelle ; dans la même tenue, mais avec un coussin rose bordé de ruché de dentelle en organdi ; en ensemble blanc doublé et bonnet avec nid d’ange rose doublé garni de dentelle.
La « Half Pint Collection » de 1976 décline cette poupée de 28 cm en quatre tenues : robe courte à œillets blancs, chapeau de paille, body, guêtres et chaussures noires, avec rubans rouge sombre dans les cheveux, sur le chapeau et devant la taille ; robe en guingan à carreaux rose et à manches longues blanches avec dentelle à l’ourlet, bonnet assorti, cravate et ceinture en étoffe rouge sombre, body et guêtres blancs, et chaussures noires ; robe en velvantine bleue à manches longues blanches garnie de dentelle à l’ourlet, chapeau bleu avec rose, body et guêtres blancs, et chaussures noires ; robe chandail rose crochetée, bonnet et manchon, body et guêtres blancs.
La « Bridal Suite Collection » comporte cinq poupées sur le thème du mariage. La création « Caroline », 28 cm, en robe de mariée d’organdi garnie de dentelle avec larges col et bande de dentelle au-dessus de l’ourlet, et fleurs rouges attachées à la voilette. « Chipper », 38 cm, en robe de mariée similaire mais avec deux larges bandes de dentelle au-dessus de l’ourlet. « Miss Chips », 46 cm, dans la même robe de mariée mais avec trois larges bandes de dentelle au-dessus de l’ourlet. Le page « Pun’Kin Ring Boy » en pantalon blanc court avec haut à bretelles et chemise rose à manches longues et bordure de dentelle aux poignets, pantoufles roses et coussin blanc. La bouquetière « Pun’Kin Flowergirl » en robe longue à fleurs blanches floquées laissant voir une longue combinaison rose, porte une rose dentelée, des rubans roses dans les cheveux et à la taille, et des œillets en dentelle à l’ourlet. « Chipper », 38 cm, dans la même robe et combinaison, mais avec manches bouffantes, garniture de dentelle à l’ourlet et rose attachée au sommet de la tête. « Miss Chips », 46 cm, dans la même tenue que « Chipper ».
La collection « Baby Classics » rassemble 13 poupées classiques d’Effanbee habillées avec 27 tenues. « Little Luv », 38 cm, cheveux implantés, en robe souple rose pâle à motifs floraux avec manches d’organdi, dentelle au cou et nœud tenu par un ruban rose à la taille, ou en robe d’organdi rose avec dentelle au cou et nœud tenu par un ruban rose à la taille. « Sweetie Pie », 46 cm, cheveux implantés, dans les mêmes tenues que « Little Luv », ainsi que « Sugar Plum », 51 cm. « Twinkie », 43 cm, cheveux moulés, en trois tenues : ensemble rose damassé attaché à une couverture doublée blanche ; ensemble rose pâle damassé attaché à une couverture rose plus sombre avec ruché d’impressions florales ; robe rose pâle à large garniture de dentelle sur le devant et attache en ruban rose au cou. Le même, cheveux implantés, en robe et ruché d’organdi et bonnet sur un coussin rose. « Baby Winkie », 30,5 cm, cheveux moulés, en ensemble blanc doublé avec capuche à visière, dans un nid d’ange rose garni de dentelle, ou cheveux implantés, même ensemble, mais dans un nid d’ange doublé avec impressions florales intérieures et bordure en dentelle. « Li’l Darlin », 33 cm, cheveux moulés, en robe longue d’enfant. « Pun’Kin », 28 cm, en robe longue sans manches à impressions florales floquées avec large ruché à l’ourlet, dentelle au cou et aux emmanchures, et ceinture et ruban rose sombre dans les cheveux. « Chipper », 38 cm, « Suzie Sunshine », 48 cm et « Miss Chips », 46 cm, dans la même tenue, la première  avec des manches bouffantes et la deuxième avec des manches longues. « Butterball », 33 cm, cheveux moulés, en trois tenues : ensemble damassé rose, attaché à une couverture rose par un ruban de même couleur ; ensemble damassé rose pâle, attaché par un ruban fleuri à une couverture rose plus sombre avec ruché d’impressions florales ; robe courte à impressions florales et bonnet attaché par un ruban bleu, sur un coussin bleu rond avec bord en ruché fleuri. « Babykin », 23 cm, en trois tenues : robe d’enfant longue à motifs floraux attachée à une couverture rose doublée ; nid d’ange rose, ensemble assorti garni de dentelle avec capuche ; cheveux implantés, robe courte à impressions florales sans manches garnie de dentelle. « Tiny Tubber », 28 cm, cheveux moulés ou implantés, en quatre tenues : ensemble damassé rose attaché à une couverture rose ; robe longue d’enfant à impressions florales garnie de dentelle et bonnet, sur coussin bleu dentelé ; ensemble blanc à manches longues avec capuche et nid d’ange doublé rose garni de dentelle avec impressions florales intérieures ; robe courte fleurie assortie à la troisième tenue de « Babykin ».
La poupée « Limited Edition Club Doll » de 1976 est une « Patsy » de 42 cm en vinyl à cheveux moulés.


 © Planet of the dolls              © PicClick                              © PicClick

haut de page

En 1977, les collections se partagent entre huit nouveautés et neuf rééditions. Parmi les nouveautés, la « Country Bumpkin Collection » propose huit poupées dont deux en version noire, toutes habillées en bleu ou en bleu et rose fleuri, sur le thème de la campagne : « Pun’Kin » garçon et fille, 28 cm ; « Miss Chips », 46 cm ; « Suzie Sunshine », 48 cm ; « Pint Size », 35,5 cm ; « Butterball », 33 cm, « Sweetie Pie », 46 cm.
La « Sweet Dreams Collection » offre sept poupées sur le thème des rêves. « Pun’Kin », 28 cm, en robe longue à manches longues et à impressions florales rose pâle avec large ruché à l’ourlet, bonnet assorti attaché par un ruban rose. « Chipper », 38 cm, dans le même ensemble que « Pun’Kin » mais porte un bonnet de nuit. « Suzie Sunshine », 48 cm, en robe longue blanche et peignoir à impressions florales attaché sur le devant avec un ruban rose, et bonnet de nuit. « Dydee », 46 cm, cheveux implantés, en pyjama une pièce fleuri garni de dentelle, portant un ourson en peluche. « Butterball », 33 cm, cheveux moulés, en ensemble damassé à impressions florales, avec couverture rose à ruché fleuri attachée par un ruban fleuri. « Baby Button Nose », 35,5 cm, cheveux moulés, en pyjama une pièce à manches longues au col garni de dentelle avec impressions florales au pied. « Little Lovums », 38 cm, cheveux moulés, en robe d’enfant longue à impressions florales avec dentelle en œillets à l’ourlet et nœud rose au cou.
La « Passing Parade Collection » comprend six poupées sur le thème des personnages historiques féminins. « Gibson Girl« , 38 cm, en jupe et veste bleu marine, chemisier d’organdi à ruché de dentelle, chapeau de paille, jupon, pantalon, ceinture et ballerines. « Colonial Lady », 38 cm, en robe bleue à impressions florales, jupe de dessus assortie garnie de dentelle, chapeau blanc, jupon, pantalon et ballerines. « Flapper », 35,5 cm, en body noir, jupe, manteau, chaussons et chapeau bordeaux. « 70’s Woman », 38 cm, en robe vieux rose en velours chiffon avec porte-monnaie doré. « Civil War Lady » (photo de gauche ci-dessous), 38 cm, en robe d’organdi blanche avec rangs de dentelle et broderie multicolore, chapeau Gainsborough, tour de cou en velours noir avec camée, ceinture en ruban noir, jupon, pantalon et ballerines. « Frontier Woman », 38 cm, en robe de coton grise et châle gris frangé, bonnet assorti, jupon, pantalon, ballerines et sac de voyage en velvantine rouge à franges noires.
La « Yesterday’s Collection » comporte 11 poupées sur le thème de la nostalgie, toutes en robe blanche à fleurs rouge sombre et bandes noires : « Pun’Kin » garçon et fille de 28 cm, « Chipper » de 38 cm, « Miss Chips » de 46 cm, « Suzie Sunshine » de 48 cm, « Floppy » de 53 cm, « Twinkie » de 43 cm, « Pint Size » de 35,5 cm, « Little Luv » de 38 cm, « Sweetie Pie » de 46 cm et « Sugar Plum » de 51 cm.
La « Vanilla Fudge Collection » offre six poupées sur le thème du caramel, toutes habillées en robe à carreaux marron et blancs avec bavoir blanc à boutons et rayure périphérique marron : « Pun’Kin », 28 cm, « Suzie Sunshine », 48 cm, « Floppy », 53 cm, « Butterball », 33 cm, « Little Luv », 38 cm et « Sugar Plum », 51 cm.
« A Touch Of Velvet Collection » propose six poupées sur le thème du velours, toutes vêtues d’une robe bordeaux profond et d’un tablier blanc. Toutes ont des cheveux implantés, à l’exception de « Little Lovums », qui a des cheveux moulés et repose sur un coussin bordeaux à ruché blanc. Ces poupées sont : « Pun’Kin », « Chipper » (photo du centre ci-dessous), « Suzie Sunshine », « Little Lovums », « Sweetie Pie » et « Sugar Pie ».
La petite « Blue Heaven Collection » ne compte que trois poupées : « Little Lovums », 38 cm, « Lovums », 46 cm et « Sugar Plum », 51 cm. Il existe deux « Lovums », l’une avec cheveux implantés et robe courte, l’autre avec cheveux moulés et robe d’enfant longue. Les autres ont des cheveux implantés. Toutes sont habillées d’un jupon en batiste bleu couverts d’organdi blanc.
Enfin, une nouveauté importante en 1977, la « Storybook Collection », qui représente des personnages de contes pour enfants, au nombre de six cette année, tous des créations sauf « Little Bo Peep » : « Alice in Wonderland » ; « Cinderella », en robe longue à pans de satin rose couverts de deux rangs de nylon chiffon rose doux, avec corsage rose sans manches et même nylon chiffon doux replié en quatre rangs autour des épaules, couronne d’argent, nœuds et serpentins roses et rose à la taille ; « Little Bo Peep » ; « Little Red Riding Hood », en robe à damier rouge et blanc, avec la couverture de son panier tissée en armure à jours croisée à points noirs ; « Mary Mary », en robe noire à motifs floraux rouges et blancs, avec corsage garni de dentelle à volant froncé, et portant un panier blanc à couverture en feutre vert ; « Snow White ».
Du côté des rééditions, la « Regal Heirloom Collection » inclut sept poupées sur le thème de l’héritage royal. Par rapport à l’année dernière, la mariée reste la même, une version plus petite possédant un rang supplémentaire de dentelle à la taille et une nouvelle voilette. « Duchess » et « Baroness » se voient dotées de nouvelles coiffes et de pièces de dentelle rapportées dans les jupes. « Princess » change de robe et de moule de poupée. Le bébé « Countess » porte un bonnet froncé. La nouvelle poupée « Queen Mother », 48 cm, en robe bleu roi, plumes au chapeau et camée au cou, tient dans ses bras un bébé en robe de baptême de couleur ancienne.
La « Travel Time Collection » comprend quatre poupées sur le thème du voyage. « Miss Holland », dans une malle verte contenant des costumes nationaux. « Tiny Tubber », 28 cm, dans une malle verte avec layette. « Twinkie », 43 cm, en robe longue rose avec broderie de fleurs sur le devant, sur un coussin rose à ruché de dentelle et d’organdi, dans un panier en osier avec layette. « Butterball », 33 cm, sur un coussin rose à ruché d’organdi, dans un panier en osier avec layette.
La « Grandes Dames Collection » comporte huit poupées créations sur le thème de personnages réels ou imaginaires de grandes dames. « Coquette », 38 cm, en robe rouge garnie de dentelle sur le bas. « Madame Du Barry », 38 cm, en robe bleu pâle avec jupe de dessus et cheveux blancs. « Lady Ashley », en jupe blanche plissée sur le bas avec corsage bordeaux et chapeau de paille avec ruban. « Violetta », 38 cm, en robe lavande foncé avec décoration lavande clair et deux roses sur le chapeau. « Champagne Lady », 46 cm, en robe et chapeau en dentelle ancienne. « Mam’selle », 46 cm, en robe en satin ancien avec jupe de dessus et chapeau vert foncé, tenant un sac à poudrier. « Victorian Lady », 46 cm, en robe rouge profond avec rangs de dentelle sur le devant et bonnet en dentelle à décoration rouge. « Fluerette », 46 cm, en robe beige avec impressions de fleurs roses et rubans rouges à la taille et sur le chapeau.
La « Baby Face Collection » décline cette poupée en trois tenues, toutes avec guêtres blanches et chaussures noires : robe blanche à manches longues, jupe en deux parties, rosettes sur le corsage, ruban sur le chapeau et ceinture bordeaux ; robe bordeaux avec jupon en dentelle visible sous le bord festonné de la robe, chapeau de paille blanc avec ruban bordeaux, et pantalon blanc ; robe et chapeau noirs à impressions florales, tablier blanc, dentelle autour du front et cravate bordeaux.
La « Four Seasons Collection » propose ses quatre poupées de 28 cm : « Autumn », identique à l’année dernière mais avec une section de jupe en V ; « Winter », identique ; « Spring », identique mais avec une robe verte ; « Summer », identique.
La « Bridal Suite Collection » compte six poupées sur le thème du mariage. « Caroline », 28 cm, en robe d’organdi blanche à l’ourlet festonné et brodé, chapeau et voilette assortis, portant une rose ; « Chipper Bride », 38 cm, et « Miss Chips Bride », 46 cm, en robe blanche d’organdi brodée avec chapeau et voilette assortis ; demoiselle d’honneur « Chipper », 38 cm, même robe avec jupon, ceinture et bandeau bleus ; page « Pun’Kin », 28 cm, en pantalon court blanc avec bretelles, chemise bleue à manches longues avec dentelle sur le devant, portant un coussin blanc ; bouquetière « Pun’Kin », 28 cm, en robe de taffetas blanche garnie de dentelle avec broderies multicolores à la taille et sur le chapeau blanc, portant une rose sur fond de dentelle.
« International Collection » offre cette année 12 « Miss » : « Miss Black America », en robe longue à manches longues à impressions marron et blanches en formes de cœur, géométriques et florales ; « Miss France » ; « Miss Germany », en robe à impressions jaunes, bleues et blanches sur fond rouge avec jupon blanc et tablier attaché garni de dentelle en œillets, veste bleu marine et cravate rouge, body, bas et chaussures noirs, dentelle autour du cou et tresses attachées par un ruban rouge et bleu ; « Miss Holland », en robe bleue à manches longues blanches, avec tablier blanc attaché, ruban et décorations rouges, chapeau hollandais et sabots ; « Miss Ireland » identique à 1976 ; « Miss Italy », en tablier à bande décorée de fleurs rouges, feuilles vertes et petites taches blanches, avec œillets à l’ourlet et coutures vertes et blanches sur les bords du foulard ; « Miss Poland », identique à 1976 ; « Miss Scotland », en robe de tissu écossais vert foncé et rouge, veste noire à bandes rouges au-dessus des poignets, avec un pompon noir sur le béret et une écharpe descendant jusqu’à l’ourlet de la jupe ; « Miss Spain », identique à 1976 ; « Miss Sweden », cheveux bouclés, en jupe noire, chemisier blanc et tablier rouge, châle frangé et chapeau avec bride de menton rouge  ; « Miss Switzerland »,  en jupe rouge avec rubans assortis, tablier et chemisier de dentelle blanche, ce dernier avec décoration multicolore, veste noire, et chapeau de feutre vert à plume jaune ; « Miss USA », identique à 1976.
La « Historical Collection » inclut six personnages : « Betsy Ross », à impressions florales plus grandes que l’années dernière ; « Davy Crockett », soldat, trappeur et homme politique, héros populaire de l’histoire des États-Unis, portant une bourse brun clair près de sa cartouchière ; « Florence Nightingale », pionnière des soins infirmiers modernes et de l’utilisation des statistiques dans le domaine de la santé ; « Martha Washington » ; « Pavlova », danseuse étoile du ballet impérial russe et des ballets russes de Serge Diaghilev ; « Pocahontas », amérindienne de la confédération de tribus Powhatans à l’origine de nombreuses légendes et adaptations littéraires et cinématographiques, habillée en robe de velvantine marron à décorations bleues.
La « Crochet Classics Collection » comprend six poupées. « Tiny Tubber », 28 cm, cheveux implantés, en robe et bottillons roses, ruban rose dans les cheveux, ou cheveux moulés, en ensemble blanc doublé et capuche sur une couverture rose attachée par un ruban de même couleur. « Dydee », 46 cm, cheveux moulés, en pull, leggings et chapeau rose. « Baby Winkie », 30,5 cm, en longue robe blanche d’enfant avec dentelle à l’ourlet, broderie multicolore et dentelle sur le devant, pull rose long et bonnet, sur un coussin blanc dentelé. « Butterball », 33 cm, cheveux implantés, en barboteuse et bonnet d’hiver roses, ou cheveux implantés, en ensemble rose doublé avec capuche sur une couverture rose de type nid d’ange. « Little Lovums », 38 cm, cheveux moulés, en robe blanche garnie de dentelle avec jupe à broderie multicolore sur le devant, et pull et chapeau roses. « Sweetie Pie », 46 cm, mêmes robe et jupe, avec pull long et chapeau.
La poupée « Limited Edition Club Doll » de 1977 est la « Dewees Cochran » jeune fille, 42 cm (photo de droite ci-dessous). Cette année et en 1978, Effanbee réalise quatre poupées spéciales pour Disneyland et Disneyworld : « Cinderella », « Snow White », « Alice in Wonderland » et « Sleeping Beauty ».


            © eBay                                                                             © Etsy

haut de page

Peu de nouveautés mais en revanche de nombreuses rééditions en 1978. Parmi les trois nouveautés, « Innocence Collection » comporte neuf poupées. « Caroline », 28 cm, « Chipper », 38 cm et « Miss Chips », 46 cm, ont des tenues similaires : robe longue blanche avec jupe en trois parties, manches bouffantes au-dessus du coude, corsage à ruché en œillets, ruban noir et camée au cou et ceinture en ruban noir ; toutes les trois ont des chapeaux en paille naturelle fleuris attachés avec du tulle. La création « Li’l Suzie Sunshine », 41 cm, « Suzie Sunshine », 48 cm, et « Half Pint », 28 cm, ont également des tenues similaires : robe blanche, body et guêtres blancs avec chaussures noires ; « Half Pint » possède une jupe une pièce tandis que les deux autres ont une jupe en deux parties ainsi qu’une ceinture rose. « Lovums », 38 cm et « Sweetie Pie », 46 cm, cheveux implantés, ont la même robe blanche à manches bouffantes au-dessus du coude et dentelle au cou, avec un ruban rose dans les cheveux et à la taille. « Twinkie », 43 cm, cheveux implantés, est en longue robe blanche d’enfant avec un ruban rose dans les cheveux et à la taille, sur un coussin blanc décoré.
La « Currier and Ives Collection », du nom d’un atelier de gravure new yorkais, propose cinq poupées. « A Night On The Hudson », 28 cm, en robe décorée de blanc, jupon et pantalon de satin bleu pâle, chapeau bleu avec attache en tulle blanc, fleurs et nœud sur le dessus. « Life In The Country », 28 cm, en robe beige à fleurs à décoration bordeaux et dentelle blanche à l’ourlet et à la taille, pantalon en coton blanc et jupon, chapeau bordeaux et camée au cou. « Wayside Inn », 28 cm, en robe bleue à large ruché au cou et aux manches, jupon et pantalon bleus décorés de blanc, corsage bleu roi et ceinture en étoffe à large ruché de satin, et chapeau bleu roi à large ruché de satin avec quatre fleurs et feuilles. « Central Park », 28 cm, en robe de satin beige avec deux ruchés à l’ourlet, manches frangées et ceinture de ruban vert, pantalon beige et jupon décorés de dentelle, chaussons brun clair, dentelle au cou et chapeau avec plume marron. « Skaters » garçon et fille, habillés en bleu et blanc avec décoration noire.
La « Memories Collection » offre dix poupées sur le thème du souvenir, autour des couleurs bordeaux, brun et beige, ayant les cheveux implantés à l’exception de « Butterball ». Le garçon « Pun’Kin », 28 cm, en pantalon et des chaussons bordeaux, un corsage-chemise à rayures bordeaux et marron, des chaussettes blanches et un chapeau. La fille « Pun’Kin », 28 cm, en robe longue bordeaux à motifs floraux avec manches bouffantes beiges et ruché à l’ourlet. « Chipper », 38 cm et « Miss Chips », 46 cm, sont vêtues à l’identique en robe longue imprimée avec des ruchés bordeaux et beige à l’ourlet, une bande bordeaux au bord supérieur des ruchés, une ceinture à la taille et un nœud à l’arrière des cheveux, et un corsage beige à manches longues. « Suzie Sunshine », 40,5 et 48 cm, en robe chasuble d’organdi beige imprimée et garnie de dentelle vers le haut, avec une bande dentelée autour du ruché à l’ourlet et un nœud bordeaux à la taille. « Half Pint », 28 cm, en robe courte imprimée avec ruché à l’ourlet, à manches longues en organdi dentelé et bonnet assorti, body et guêtres blancs et chaussures noires. « Butterball », 33 cm, en robe courte à manches longues beiges avec bande au-dessus de l’ourlet et chapeau assorti. « Lovums », 38 cm, « Sweetie Pie », 46 cm et « Sugar Plum », 51 cm, en robe d’organdi beige à manches longues, bande au-dessus de l’ourlet et bord dentelé, avec corsage imprimé, dentelle aux poignets et nœud bordeaux à la taille et dans les cheveux.
Parmi les 13 rééditions, la « Passing Parade Collection » inclut 8 poupées de 38 cm : « Gay Nineties », en gris foncé ; « Civil War », en robe et chapeau blancs avec ceinture en ruban noir ; « Frontier Woman », robe et châle gris ; « Colonial Lady », en robe de coton à impressions florales et chapeau blanc ; « Hour Glass Look » en manteau marron clair, chapeau et cape fourrés ; « Gibson Girl », en ensemble bleu marine et chemisier blanc ; « Flapper », en manteau rouge, col et manchon en fourrure grise ; « 70’s Woman », en jupe noire et corsage blanc bouffant, nœud noir à l’arrière des cheveux.
La « Regal Heirloom Collection », pour sa dernière année d’édition, compte sept poupées : les adjonctions « Prince » et « Princess », Crown Princess », « Duchess », « Her Royal Highness », « Queen Mother » et « Countess ».
La « Sweet Dreams Collection » comprend six poupées, toutes vêtues d’impressions de fleurs en petits boutons roses en forme de cœur, et marquées « Effanbee » en couleur rose pâle. « Pun’Kin », 28 cm, en longue robe de chambre à manches longues à quatre rangs de dentelle autour de l’ourlet, et bonnet de nuit assorti avec dentelle et ruban rose. « Li’l Suzie Sunshine », 40,5 cm, même tenue. « Dydee », 46 cm, cheveux implantés, en pyjama une pièce couvrant les pieds, portant un ourson en peluche. « Baby Button Nose », 35,5 cm, cheveux moulés, même pyjama et large col dentelé. « Butterball », 33 cm, en ensemble damassé doublé attaché à une couverture rose avec ruché d’impressions florales. « Lovums », 38 cm, cheveux moulés, en robe longue d’enfant avec dentelle en œillets à l’ourlet et nœud rose au cou.
La « Grandes Dames Collection » comporte huit poupées. « Madame Du Barry », 38 cm, cheveux blancs, en robe bleue et jupe du dessus blanche. La création « Lady Grey », 38 cm, en robe avec deux rangs de ruché à l’ourlet en satin de couleur ancien, jupe du dessus et porte-monnaie gris foncé et décoration noire. La création « Nicole », 46 cm, en robe marron foncé décorée de roses, jupon brodé de dentelle, avec camée au cou et plume de marabou au chapeau. « Champagne Lady », 46 cm, en robe d’organdi et jupe du dessus ancienne marron, chapeau assorti et tenant un mouchoir. La création « Downing Square », 38 cm, en jupe à plis verticaux et large ruché à l’ourlet, corsage à manches longues, chapeau assorti et tenant un porte-monnaie. « Coquette », 38 cm, en robe rouge avec rangs de ruché de dentelle à l’ourlet, chapeau et porte-monnaie rouges. La création « Fleurette », 46 cm, en robe de coton à impressions florales extra fin et chapeau avec ruban bordeaux. La création « Blue Danube », 46 cm, en robe de taffetas tissé bleue à manches bouffantes et dentelle au cou, et chapeau de paille avec plumes de marabou (photo de gauche ci-dessous).
La « Four Seasons Collection » est identique à celle de 1977.
La « Travel Time Collection » regroupe cinq poupées : « Caroline », dans une malle bleue avec garde-robe à l’ancienne ; « Tiny Tubber », dans une malle bleue avec layette ; « Chipper », dans une malle avec garde-robe à l’ancienne ; « Twinkie », dans un panier en osier avec layette, sur un coussin rose avec ruché d’organdi ; « Butterball », idem.
La « Blue Heaven Collection » propose sept  poupées, cheveux implantés sauf « Lovums », toutes habillées en robe d’organdi blanche décorée de dentelle avec un jupon bleu foncé : « Pun’Kin », 28 cm,  « Li’l Suzie Sunshine », 40,5 cm, « Butterball », 33 cm (23 cm avec le chapeau), « Little Lovums », 38 cm, « Lovums », 46 cm, « Sweetie Pie », 46 cm et « Sugar Plum », 51 cm.
« A Touch Of Velvet Collection » inclut cinq poupées identiques à celles de 1977 : « Pun’Kin », 28 cm, « Chipper », 38 cm, « Li’l Suzie Sunshine », 40,5 cm, « Suzie Sunshine » (photo du centre ci-dessous), 48 cm et « Sugar Plum », 51 cm.
« International Collection » compte 15 poupées : « Miss Black America », identique à 1977 ; « Miss Canada », en tablier à ganse brodé d’un motif répété d’une fleur rouge et de deux fleurs blanches, et chaussons blancs ; « Miss China », avec une grande fleur jaune dans les cheveux ; « Miss France » ; « Miss Germany », identique à 1977 ; « Miss Holland », avec impressions plus espacées qu’en 1976 et 1977, comportant des feuilles d’or et une petite fleur noire ; « Miss Ireland », avec sa robe verte qui descend presque jusqu’aux tibias ; « Miss Italy », en corsage rouge à manches longues avec bandes de dentelle blanche au-dessus des coudes et foulard rouge, de larges bordures de dentelle remplaçant les œillets à l’ourlet du tablier ; « Miss Poland », avec son foulard rouge bordé de dentelle en œillets prise dans un châle, une bande rouge ajoutée en 1978 à la jupe noire au-dessus de l’ourlet, la bande de décoration rouge changée en noire, les manches blanches devenues imprimées en motifs floraux comme le tablier, et la bordure de dentelle remplacée par des œillets assortis au châle ; elle porte un chapeau noir avec bride blanche sous le menton, impressions florales intérieures et ruché de dentelle proche des cheveux ; la création « Miss Russia », portant un chapeau de couronne noir à impressions cachemire or, bleu, vert et rouge, avec bandes rouge et or de chaque côté ; « Miss Scotland », identique à 1977 ; « Miss Spain », identique à 1977 ; « Miss Sweden », identique à 1977 ; « Miss Switzerland », identique à 1977 ; « Miss USA », identique à 1977.
La « Historical Collection » offre six personnages en 1978 : « Betsy Ross », identique à 1977 ; la création « Cleopatra », avec couvre-chef circulaire noir et or doté d’un rabat n’entourant pas les cheveux, contrairement au casque de la « Miss Ancient Egypt » de l' »International Collection » qu’elle deviendra en 1979 ; « Davy Crockett », avec une bourse, une cartouchière, une veste et des bottes de la même couleur marron foncé ; « Florence Ninghtingale », identique à 1977 ; « Pavlova », identique à 1977 ; « Pocahontas », avec des franges plus courtes en haut des bottes et plus minces à l’ourlet de la jupe qu’en 1977.
La « Storybook Collection » comprend neuf poupées : « Alice in Wonderland », identique à 1977 ; « Cinderella », en robe rose avec dentelle à l’ourlet et jupe de dessus rose maintenue sur les côtés par des nœuds roses, pièce de nylon chiffon utilisée comme étole et couronne dorée sur la tête ; « Little Bo Peep », identique à 1977 ; « Little Red Riding Hood », identique à 1977, avec la couverture du panier assortie à la robe ; la création « Maid Marion », ou « Maid Marian », Marianne, compagne de Robin des Bois, en robe noire avec décoration dorée ; « Mary Mary », identique à 1977, sauf que le volant froncé de dentelle sur le corsage forme maintenant un empiècement et que l’impression florale compte beaucoup plus de fleurs rouges, sur un fond vert profond ; la création « Robin Hood » ; « Snow White », identique à 1977 ; la création « Tinker Bell », la fée Clochette de Peter Pan, en robe et bottes blanches, avec des ailes de tulle blanc, robe et ailes à décoration dorée.
La « Crochet Classics Collection » comporte six poupées identiques à 1977, à l’exception de « Butterball », en barboteuse rose à bretelles.
La « Baby Classics Collection » identique à 1974, sauf « Tiny Tubber », en robe d’enfant longue à impressions florales, sur une couverture doublée avec impressions florales garnie de dentelle.
La « Bridal Suite Collection » se compose de six poupées. « Bride », utilisant le visage de Nicole, en robe à œillets festonnés autour de l’ourlet et trois rangs festonnés d’œillets au milieu de la jupe, avec des roses brodées au-dessus et un rang de fleurs brodées en-dessous, ainsi qu’un chapeau et une voilette assortis ; la version noire de cette mariée utilise le visage de Caroline. Les mariées « Chipper », 38 cm et « Miss Chips », 46 cm, en robe blanche d’organdi brodée, disponibles en version noire. Le page « Pun’Kin », 28 cm, en pantalon court en velvantine d’organdi rouge et chemise beige avec dentelle sur le devant, veste bordeaux à manches longues et dentelle aux poignets, porte un coussin assorti garni de dentelle. La bouquetière « Pun’Kin », 28 cm, en jupe longue brodée, chemisier à manches aux coudes et chapeau bordeaux, dentelle au cou et à l’intérieur du chapeau. « Bridesmaid », 38 cm, même tenue avec une robe beige.
La poupée « Limited Edition Club Doll » de 1978, « Crowning Glory », est vêtue d’une robe dorée (photo de droite ci-dessous).


        © WorthPoint 

haut de page

Une majorité de douze rééditions marque les collections de 1979, contre cinq nouveautés, parmi lesquelles « Soft’N Sweet Collection », qui compte dix poupées. Elles sont toutes habillées de robes à larges rayures fleuries de différentes couleurs, avec des nœuds en velvantine brun clair dans les cheveux et à la taille. Les couleurs principales sont le bleu avec des fleurs beiges et le beige avec des fleurs bleues. La collection inclut : « Pun’Kin », 28 cm, « Chipper », 38 cm, « Li’l Suzie Sunshine », 40,5 cm, « Suzie Sunshine », 48 cm, « Miss Chips », 46 cm, « Half Pint », 28 cm, « Butterball », 33 cm, « Buttercup », 38 cm, « Sweetie Pie », 46 cm,  et « Sugar Plum », 51 cm.
La « Keepsake Collection » regroupe cinq poupées sur le thème de la mode du temps jadis : deux mariées en robe immaculée et voilette avec un bouquet de fleurs bleues, un bébé en robe blanche avec manchettes et bonnet en dentelle, « Pun’Kin » garçon en costume bleu décoré de noir avec guêtres, « Pun’Kin » fille en robe de couleur ancienne avec chapeau à ruban bleu et guêtres.
« American Beauty Collection » offre sept poupées, toutes vêtues d’une robe rouge rubis et d’un tablier d’organdi blanc rentré bordé de dentelle et d’une rose brodée, avec des nœuds rouge rubis dans les cheveux et à la taille : « Buttercup », 38 cm, « Sweetie Pie », 46 cm, « Sugar Plum », 51 cm, « Li’l Suzie Sunshine », 40,5 cm, « Suzie Sunshine », 48 cm, « Chipper », 38 cm et « Pun’Kin », 28 cm.
Comme les poupées de la « Blue Heaven Collection », celles de la « Rainbow Parfait Collection » sont habillées de couleurs pastel : « Pun’Kin », 28 cm, en organdi jaune, disponible en version noire ; « Li’l Suzie Sunshine », 40,5 cm, en organdi rose.
La collection « Gigi Growing Up » représente les différentes étapes de la vie d’une femme. Les six poupées de 28 cm, toutes en vinyl, utilisent le visage de Caroline et ont des cheveux implantés naturels ou en saran : « Papa’s Pet », « School Girl », « Ingenue », « Femme Fatale », « Mama » et « Grand Mere ».
Faith Wick conçoit deux couples de poupées garçon et fille de 40,5 cm en vinyl  : « Anchors Aweigh », vêtus en marins (photo de gauche ci-dessous), et « Party Time », en tenues de fête en velours, le garçon en bleu et la fille en bordeaux.
Parmi les rééditions, la « Crochet Classics Collection » comporte six poupées identiques à 1978.
La « Passing Parade Collection » comprend huit poupées utilisant le visage de Caroline. « Colonial Lady », 38 cm, en robe de coton bleu fleuri. « Frontier Woman », 38 cm, en robe à damier bleu et blanc, tablier blanc, châle marron foncé, chapeau des salutistes et porte-monnaie beige profond avec franges marron foncé. « Hour Glass Look », 35,5 cm, en robe dorée à ruché plissé à l’ourlet, décoration de fausse fourrure sur le bas, corsage blanc, veste dorée à manchettes et décoration noires, pantalon et jupon blanc, chapeau doré avec un grand nœud noir et or, et sac à main noir. « Gibson Girl », 38 cm, en jupe noire à décoration blanche, chemisier blanc et chapeau blanc à décoration noire. « Civil War Lady », 38 cm, en robe d’organdi blanc à manches courtes, ruban noir à la taille et aux poignets, et chapeau blanc avec ruban rose. « Gay Nineties », 38 cm, en jupe bleue à décoration noire et boutons noirs sur le devant, chapeau assorti, corsage blanc avec dentelle, veste et porte-monnaie noirs. « Flapper », 38 cm, en veste manteau rouge et noire, col en fourrure et porte-monnaie marron foncé. « 70’s Woman », 38 cm, en robe de tulle noir avec col montant, nœud de satin noir sur le devant et dans les cheveux, jupon garni de dentelle et culotte noire.
La « Grandes Dames Collection » se compose de huit poupées, toutes des créations à l’exception de « Downing Square » et de « Nicole ». « Blue Bayou », 38 cm, en robe bleue à décoration noire, garnie de dentelle près de l’ourlet, veste, chapeau blanc  à plumes et porte-monnaie. « Magnolia », 38 cm, en robe de dentelle rose à plusieurs niveaux avec chapeau assorti, disponible en version noire. « Lady Snow », 46 cm, visage de Nicole, en manteau blanc tissé à fleurs à franges et boutons noirs. « Cherries Jubilee », 46 cm, visage de Nicole, en jupe à volants à impressions florales, jupe du dessus rouge et bonnet assorti avec nœud blanc. « Emerald Isle », 38 cm, en robe de taffetas verte, à trois rangs de dentelle à l’ourlet plissé, bonnet assorti avec nœud blanc. « Downing Square », 38 cm, en jupe plissée marron à large bordure de dentelle, châle marron, chapeau à plumes et porte-monnaie. « Nicole », 46 cm, identique à 1978. « Crystal », 46 cm, visage de Nicole, en robe bleue à décoration blanche, chapeau assorti et médaillon ovale brodé sur le corsage.
« International Collection » regroupe 19 poupées. La création « Miss Ancient Egypt » ressemble à la « Cleopatra » de la « Historical Collection » de 1978, mêmes vêtements et sandales mais coiffe différente : dorée avec couronne et repliée derrière les oreilles, encerclée d’un ruban noir décoré d’or et d’œillets. « Miss Black America », en robe à impressions grises et blanches. « Miss Canada », identique à 1978 avec des chaussons noirs. « Miss China », identique à 1978 avec un ruban dans les cheveux. « Miss France », dont le chapeau hollandais est remplacé par un chapeau provincial de la forme d’un bol renversé garni de dentelle avec une bande de fleurs brodées, et dont la robe est identique à celle de 1976 et des années suivantes. « Miss Germany », identique à 1978. « Miss Holland », avec impression de deux fleurs blanches proches, d’une tige et de feuilles noires, et de petites fleurs dorées. La création « Miss India », en robe bleue à décorations dorées et bleues, avec une longue écharpe bleue en chiffon bordée d’une ganse dorée, enroulée autour de la taille et attachée sur le devant. « Miss Ireland », identique à 1978. « Miss Italy », identique à 1978, avec un foulard rouge plus étroit. La création « Miss Mexico », avec un croquet rouge au bord du chapeau de paille. « Miss Poland », mêmes châle, bottes et décoration noire qu’en 1978, mais tablier, manches et chapeau devenus jaunes avec impressions florales rouges et blanches ; une bande noire borde le chapeau avec un nœud blanc près de son sommet et une attache sous le menton. « Miss Russia », identique à 1978. « Spain Boy », la création de toréador aux manches dorées et au chapeau à larges bords. « Miss Spain », identique à 1978. « Miss Scotland », identique à 1978. « Miss Sweden », identique à 1978. « Miss Switzerland », identique à 1978. « Miss USA », identique à 1978.
La « Storybook Collection » offre dix poupées : « Alice in Wonderland » identique à 1978 ; « Cinderella », identique à 1978, avec des nœuds en or attachés sur la jupe de dessus ; la création « Goldilocks », issue du conte « Boucles d’or et les trois ours », en jupe longue jaune avec volants froncés à l’ourlet, tablier attaché à fleurs jaunes et vertes, également avec volants froncés à l’ourlet, corsage blanc à manches bouffantes au-dessus des coudes et serrées au-dessous, dentelle aux poignets, veste coupée au bas en V inversé en velvantine bleu roi, deux nœuds bleus et un ruban dans les cheveux, sandales blanches ; le couple création garçon et fille « Jack and Jill », issus d’une comptine anglaise du XVIIIe siècle, en corsage et body blancs avec tablier attaché pour la fille, chemise blanche et pantalon à damier bleu et blanc pour le garçon, portant tous deux un seau rouge ; « Little Bo Peep », identique à 1978 ; « Little Red Riding Hood », identique à 1978 ; « Mary Mary », identique à 1978 avec un volant froncé à l’ourlet plus profond et un arrosoir blanc attaché au poignet ; « Pavlova », transfuge de la « Historical Collection » ; « Snow White », identique à 1978.
La « Bridal Suite Collection » comprend six poupées : « Bride », 46 cm, visage de Nicole ; « Bridesmaid », 38 cm, visage de Caroline ; le page et la bouquetière « Pun’Kin » ; les trois derniers portent une combinaison blanche sur fond bleu, un corsage, des fleurs et un coussin bleus ; « Bride », visage de Caroline ; « Chipper Bride », 38 cm, disponible en version noire.
« Baby Classics Collection », « Four Seasons Collection », « Innocence Collection » et  « Sweet Dreams Collection » sont identiques à 1978.
La « Currier and Ives Collection » propose six poupées : « Boy and Girl Skater » (photo du centre ci-dessous), « Life in the Country », « Wayside Inn », identiques à 1978, et les créations « Plymouth Landing » et « Castle Garden » ; cette dernière en jupon et pantalon de coton blanc, jupe bleu pâle, corsage pourpre profond à manches  bleu pâle et jupe de dessus, chapeau blanc à bride bleue, nœud pourpre et fleur bleue, et chaussures blanches.
La « Travel Time Collection » comporte six poupées : « Caroline », 28 cm, avec garde-robe démodée dans une malle bleue ; « Chipper Doll », 38 cm ; « Tiny Tubber », 30,5 cm, cheveux moulés, avec layette dans une malle ; « Twinkie », 43 cm, et « Butterball », 40,5 cm, dans un panier en osier avec layette ; « Little Lovums », 38 cm, en robe longue de baptême sur un coussin rose à larges volants froncés d’organdi, dans un lit en osier sur roues avec poignée recouvert d’un tissu blanc.
La poupée « Limited Edition Club Doll » de 1979 est « Skippy » (photo de droite ci-dessous).


              © PicClick                         © Ruby Lane

haut de page

Les années 1980, les thématiques se diversifient

En 1980, sept nouveautés et dix rééditions voient le jour. Les sept nouvelles collections englobent la « Petite Filles Collection », dont les huit personnages de fillettes aux prénoms français incluent : « Monique », 40,5 cm, en robe plissée de couleur ancienne avec ceinture et rubans bleus, chapeau et guêtres blanches ; « Mimi », 28 cm, tenue identique ; « Giselle », 40,5 cm, en robe bordeaux garnie de dentelle avec jupe à deux niveaux et guêtres blanches ; « Madeleine », 28 cm, en robe rouge garnie de dentelle blanche et guêtres blanches ; « Lili », 40,5 cm, en robe blanche avec décoration et rubans roses, et guêtres blanches ; « Gabrielle », 40,5 cm, en veste et jupe vert profond avec décoration et guêtres blanches ; « Babette », 28 cm, en robe de satin de couleur ancienne avec impressions florales et guêtres blanches ; « Brigitte », 28 cm, utilisant la poupée « Half Pint ».
La « Cotton Candy Collection » se compose de neuf poupées sur le thème de la barbe à papa, toutes habillées de damier rose et blanc avec tablier blanc et décoration florale multicolore. « Sugar Plum », 51 cm, cheveux implantés et nœud rose. « Half Pint Boy », en pantalon court blanc avec fixe-chaussettes, chemise et casquette à damier rose et blanc ; « Half Pint Girl », en robe courte à damier rose et blanc et tablier blanc avec bande fleurie à la taille ; les deux portent des chaussettes et chaussures blanches. « Chipper », 38 cm, en versions blanche ou noire, en robe à damier rose et blanc avec tablier blanc et broderie fleurie. « Li’l Suzie Sunshine », 40,5 cm et « Floppy », 51 cm (corps et membres en damier rose et blanc), en robe longue avec volants froncés à l’ourlet et tablier blanc. « Sweetie Pie », 46 cm, cheveux implantés, même robe que « Sugar Plum », disponible en versions blanche ou noire. « Buttercup », 38 cm, cheveux implantés, même robe. « Butterball », 33 cm, cheveux moulés, en robe courte à damier rose et blanc avec volants froncés blancs autour de l’ourlet, et chapeau assorti à la robe.
La « Rhapsody in Blue Collection » regroupe sept poupées sur le thème de l’œuvre musicale éponyme, vêtues de la même manière : jupe et ruban bleu nuit, abondamment garnie de dentelle, et corsage blanc. « Miss Chips », « Sugar Plum », 51 cm, « Sweetie Pie », 46 cm, « Li’l Suzie Sunshine »,  40,5 cm, Buttercup », 38 cm, « Chipper », 38 cm et « Pun’Kin », 28 cm, en jupe abondamment garnie de dentelle et ruban autour du cou bleus nuit, et corsage blanc.
La « Heart to Heart Collection », qui compte dix poupées, est dotée d’impressions de petits boutons de rose bleus en forme de cœur, avec la marque Effanbee imprimée en couleur très pâle parmi les boutons, et d’un ruban bleu attaché au cou. « Sugar Plum », 51 cm, « Baby Button Nose », 35,5 cm (disponible en version noire), « Buttercup », 38 cm et « Sweetie Pie », 46 cm, portent la même robe et ont toutes des cheveux implantés, sauf « Buttercup » qui a les cheveux moulés. « Pun’Kin », 28 cm (disponible en version noire) et « Li’l Suzie Sunshine », 40,5 cm, portent des robes courtes avec des cols blancs. « Twinkie », 43 cm, cheveux moulés, disponible en versions blanche ou noire, est en robe longue d’enfant garnie de dentelle à l’ourlet. « Lovums », 46 cm, cheveux moulés, en robe d’enfant longue et blanche, avec l’impression cœur à cœur sur des volants froncés sur le devant. « Tiny Tubber », 28 cm, également disponible en versions blanche ou noire, en ensemble à capuchon garni de dentelle et nid d’ange blancs doublés avec l’impression cœur à cœur à l’intérieur, attaché à une couverture garnie de dentelle à impression cœur à cœur, ou en robe courte avec chapeau.
La « Cream Puff Collection » offre six poupées sur le thème du chou à la crème, qui portent toutes des robes en organdi avec des jupons de différentes couleurs. « Sweetie Pie », 46 cm, « Buttercup », 38 cm et « Sugar Plum », 51 cm, cheveux implantés, ont un jupon bleu. « Twinkie », 43 cm, « Baby Button Nose », 35,5 cm et « Butterball », 46 cm, cheveux moulés, posés sur un coussin bleu.
La « Ship Ahoy Collection » compte six poupées sur le thème de la marine. Non disponible sur le catalogue Effanbee, elle est proposée sur un prospectus spécial envoyé à tous les clients. Toutes les poupées sont vêtues en rouge, blanc et bleu.
La « Day by Day Collection » contient sept poupées de 28 cm sur le thème des jours de la semaine, agrémentés d’un proverbe sur les enfants. « Monday – Child is fair of face » (l’enfant a un beau visage), en robe courte rose, pantalon, tablier et chaussons blancs, tablier décoré d’un ruban rose, et tenant un miroir à contour bleu. « Tuesday – Child is full of grace » (l’enfant est plein de grâce), en jupe en tulle bleu par-dessus le tutu, tulle bleu également aux manches, au cou, sous forme de ruban dans les cheveux et de nœud sur les chaussons blancs, corsage et body blancs. « Wednesday – Child is free of woe » (l’enfant n’est pas malheureux, photo de gauche ci-dessous), en robe à damier rouge et blanc avec ourlet et manches à volant froncé, croquet et boutons rouges, rubans rouges dans les cheveux et chapeau de paille attaché par un ruban noir, tenant dans ses mains une corde à sauter. « Thursday – Child has far to go » (la route est longue pour l’enfant), en manteau vert avec chapeau assorti, écharpe et décoration de fausse fourrure sur le chapeau blanches, ruban et rose blancs sur le chapeau. « Friday – Child is loving and giving » (l’enfant est aimant et généreux), en robe blanche avec rose bleue appliquée sur le bas, ruban bleu à la taille et dans les cheveux, un paquet-cadeau attaché au poignet. « Saturday – Child works hard for a living » (l’enfant travaille dur pour gagner sa vie), en robe en patchwork multicolore, tablier blanc décoré de rouge, écharpe jaune et portant un seau en plastique rouge. « Sunday – Is bonny, blithe, good and gay » (est joli, insouciant, bon et gai), en robe rouge d’enfant de chœur avec haut blanc garni de dentelle et maintenu par un nœud rouge.
Faith Wick conçoit le garçonnet « Clown », tête blanche en vinyl aux traits peints, en salopette à rayures avec un énorme nœud papillon, et la fillette « Girl Clown », toute en vinyl aux traits peints et habillée en costume de Pierrot.
Astry Campbell, présidente du NIADA (National Institute of American Doll Artists) de 1971 à 1973, conçoit « Baby Lisa », 28 cm, joli bébé aux cheveux moulés, d’abord en porcelaine puis en vinyl, qui fait partie de la collection permanente du Smithsonian Institute (photo du centre ci-dessous) ; reposant sur un coussin et une couverture, elle dispose d’une layette dans un panier en osier.
La « W. C. Fields Centennial Doll », 38 cm, commémore le centenaire de la naissance du célèbre jongleur, humoriste de vaudeville, scénariste et acteur américain (photo de droite ci-dessous).
La poupée « My Friend », réalisée spécialement pour le Smithsonian Institute, ressemble au personnage de la coquette demoiselle qui porte un chapeau à fleurs dans la lithographie du XIXe siècle « My friend and I » ; elle est habillée d’un manteau de taffetas rouge et d’une robe en satin rose garnie de volants froncés de dentelle.
Du côté des rééditions, la « Grandes Dames Collection » propose huit poupées, toutes des créations sauf « Magnolia ». « Hyde Park », 38 cm, en robe bleu nuit avec large garniture de dentelle au milieu et au col, chapeau assorti. « Night at the Opera », 46 cm, vêtue de noir avec une très large garniture de dentelle sur la jupe, cape noire et plumes de marabou au cou. « La Vie en Rose », 46 cm, en robe de satin doux à impressions florales avec deux rangs de volant froncé à l’ourlet, ceinture bordeaux et chapeau blanc avec nœud assorti à la robe. « Magnolia », 38 cm, en robe de satin rose avec ceinture, chapeau et dentelle blanche. « Coco », 46 cm, en manteau noir avec dentelle ancienne, large col en V et plume beige au chapeau. « Jezebel », 38 cm. « Ruby », 38 cm, disponible en version noire, en robe rouge à dentelle noire, petite veste noire et chapeau assorti avec grand nœud rouge. « Carnegie Hall », 46 cm, en robe de satin ancienne et manteau, cape, bonnet et porte-monnaie vert profond.
La « Sweet Dreams Collection », la « Keepsake Collection », la « Crochet Classics Collection », la « Four Seasons Collection » et « Gigi Growing Up » sont identiques à 1979.
La « Travel Time Collection » comprend huit poupées. « Caroline », 28 cm, et sa garde-robe démodée décorée de bleu dans une malle blanche. « Li’l Suzie Sunshine », 40,5 cm, garde-robe décorée de bleu dans une malle blanche, en chemise de nuit à impressions florales, pull crocheté, leggings et bonnet, et robe bleue courte avec tablier blanc. « Tiny Tubber », 28 cm, garde-robe décorée de bleu dans une malle blanche avec layette. Jumeaux « Tiny Tubber » dans un panier d’osier avec layette, en nid d’ange doublé blanc à damier intérieur moitié rose et blanc, moitié bleu et blanc, garni de dentelle. « Twinkie », 43 cm, dans un panier d’osier avec layette. « Baby Twinkie », 30,5 cm, sur un coussin rose avec volants froncés de dentelle en œillets, dans un berceau en osier blanc. « Little Lovums », 38 cm, dans le même lit en osier qu’en 1979.
La « Currier and Ives Collection » est identique à 1979, à l’exception de l’adjonction de « Crystal Palace », en robe claire à manches longues, chapeau entouré de fourrure en plumes marron, camée au cou et ceinture beige large autour de la taille.
La « Bridal Suite Collection » ne compte que trois poupées en 1980 : « Bride », 46 cm, visage de Nicole, robe plissée avec jupe de dessus en dentelle d’organdi, chapeau blanc cylindrique et voilette ; « Bride », 38 cm, visage de Caroline, disponible en versions blanche ou noire, robe en dentelle d’organdi et coiffe de style diadème avec voilette ; « Bridesmaid », 38 cm, visage de Caroline, robe d’organdi souple à impressions florales avec larges volants froncés à l’ourlet, chapeau à grand nœud et tenant une rose.
« International Collection » regroupe 21 poupées. La création « Miss Brazil », avec son foulard rouge et jaune. « Miss Canada », identique à 1979. « Miss China », identique à 1979. « Miss France », en corsage bleu nuit à manches longues blanches garni de dentelle et d’une tresse de fleurs rouge, jaune et bleue sur le devant, jupe noire avec une bande rouge au-dessus de l’ourlet, tablier à ourlet festonné de dentelle et décoré en son milieu d’une bande rouge et blanche, et nœud rouge à la taille. « Miss Germany », avec l’ajout d’un large volant froncé à l’ourlet qui fait ressortir la robe et le retrait de la bande rouge brodée sur son tablier, conserve ses cheveux longs et sa frange, sa dentelle autour du cou, et porte un chapeau de paille blanc à bord plat, bande rouge et trois pompons rouges sur le devant typique de la forêt noire. La création « Greece Soldier », en ensemble grec rouge, blanc et or avec caleçon, porte une moustache. « Miss Holland »,  dont la tresse brodée ne couvre plus qu’un tiers du corsage, les fleurs rouges et jaunes étant remplacées par des fleurs rouges et bleues à centre doré. « Miss India », avec l’écharpe prise sur le côté du cou dans un petit anneau. « Miss Ireland », identique à 1979. La création « Miss Israël ». « Miss Italy », large bande de dentelle sur le devant du corsage, foulard de dentelle attaché sous le menton et bande brodée plus large sur le tablier avec des fleurs rouges, blanches et vertes. « Miss Mexico », identique à 1979. « Miss Poland », même tenue qu’en 1979 à partir de la taille, avec des chaussons noirs à la place des bottes, un corsage et des manches blancs sans dentelle aux poignets, une veste une pièce en velvantine rouge avec un nœud à ruban noir sur le devant et une coiffe rouge à bande et serpentins jaunes, noirs et blancs latéraux. « Miss Russia », identique à 1979. « Miss Scotland », identique à 1979. « Spain Boy », le toréador aux manches noires et au chapeau rond. « Miss Spain », identique à 1979. « Miss Sweden », chapeau rouge et cravate, tablier rouge et jupe verte, corsage et manches blancs, et châle à franges noires. « Miss Switzerland », identique à 1979 avec chapeau vert à bord et plume jaune. »Miss USA », identique à 1979.
La « Storybook Collection » rassemble 13 poupées. « Alice in Wonderland », identique à 1979. « Cinderella », en robe blanche à pois argent et bande argentée au-dessus de l’ourlet, jupe de dessus assortie à côtés pris dans des nœuds argent, étole assortie avec nœud argent sur le devant, col argenté et collier, et couronne d’argent maillée sur la tête. « Goldilocks », robe plus courte qu’en 1979, montrant un pantalon blanc avec la même décoration de dentelle qu’aux poignets, veste verte, tablier vert à impressions florales, nœud vert derrière la tête et sandales. La création « Heidi », inspirée du roman de Johanna Spyri sur la célèbre petite orpheline suisse, en jupe à impressions florales. « Jack and Jill », identique à 1979, avec une broderie sur le tablier de Jill qui passe de cœurs bleus et roses à des fleurs bleues et rouges à feuilles vertes entrelacées. « Little Bo Peep », identique à 1979. « Little Red Riding Hood », identique à 1979. « Mary Mary », identique à 1979. La création « Mother Hubbard », d’après le personnage de vieille femme de la comptine anglaise publiée par Sarah Catherine Martin en 1805, en robe verte et tablier blanc à décoration multicolore, et bonnet jaune avec dentelle blanche. « Snow White », identique à 1979. Les créations « Sleeping beauty » et « Prince Charming », en costume bleu roi, manches blanches et ceinture dorée, cape bleu roi à décoration dorée, body blanc, chaussons noirs à boucles argentées, col en dentelle et chapeau bleu roi à plume.
Faith Wick réédite les deux couples « Anchors Aweigh » et « Party Time », à l’identique de 1979.
La poupée « Limited Edition Club Doll » de 1980 est « Susan B. Anthony », d’après le personnage de la militante américaine des droits civiques qui vécut au XIXe siècle.


            © Etsy                                                                       © Amazon

haut de page

Parmi les quatre nouveautés de 1981, « Pride of the South Collection » regroupe six créations de poupées de 33 cm sur le thème de la nostalgie du Sud  : « Mobile », en robe rose pâle à plusieurs niveaux garnie de dentelle ; « Charleston », en robe à impressions florales avec rayures et volants froncés à l’ourlet ; « Natchez », en robe couleur pêche pâle avec impressions florales pêche plus foncé (photo de gauche ci-dessous) ; « Riverboat Gambler », en gilet bordeaux, veste noire et pantalon rayé ; « New Orleans », en robe vert pâle garnie de dentelle et chapeau à long bord. « Savannah », en robe bleue avec jupe de dessus blanche à œillets et chapeau de paille.
La « Send in the Clowns Collection » propose cinq poupées créations déguisées en Pierrot blanc, de tailles 28, 38 ou 46 cm. Elles ont des corps en plastique ou en tissu, des visages peints en blanc, des yeux dormeurs, le dessus de la tête en vinyl noir, et deux gros pompons rouges sur le devant.
La « Huggables Collection » reprend trois personnages de contes pour enfants sous forme de poupées de 35,5 cm aux corps et membres en tissu rose. « Little Bo Peep », en robe fleurie rose en forme de cœur à volants froncés à l’ourlet avec la marque Effanbee légèrement imprimée, lanières en velvantine rose attachées à des paniers latéraux, ruban bleu à la taille, chapeau des salutistes imprimé à volants froncés sur le bord, guêtres blanches et chaussures noires. « Alice in Wonderland », en robe bleue, tablier blanc avec ruban et décoration bleus, chaussures noires avec laçage sur les jambes, et ruban bleu dans les cheveux blonds. « Little Red Riding Hood », en robe à damier rouge et blanc , tablier blanc à bretelles, cape avec capuche en velvantine rouge, guêtres blanches et chaussures noires.
« Les Enfants Collection » comprend huit poupées sur le thème de l’enfance. « Lovums », 46 cm, cheveux moulés, en robe d’enfant longue avec large garniture de dentelle, nœud à ruban rose et chapeau assorti, avec deux rangs de croquet rose au-dessus de l’ourlet. « Little Lovums », 38 cm, même tenue. « Buttercup », 38 cm et « Sugar Plum », 51 cm, cheveux implantés, dans la même robe rose courte. « Sweetie Pie », 46 cm et « Baby Button Nose », 35,5 cm dans la même robe bleue courte, la seconde ayant des cheveux moulés et un chapeau. Toutes ces robes courtes possèdent une rangée de décoration en croquet. « Twinkie », 43 cm, en robe blanche courte avec deux rangs de croquet rose au-dessus de l’ourlet, posée sur un coussin rose avec large garniture de dentelle. « Butterball », 33 cm, cheveux implantés, en robe courte rose pâle avec large garniture de dentelle à l’ourlet, un rang de croquet au-dessus de l’ourlet et chapeau assorti, posée sur un coussin rose avec large ruché de dentelle.
Deuxième dans la très populaire série des légendes d’Effanbee après W. C. Fields, la poupée John Wayne représente le célèbre cow-boy vieillissant équipé de sa carabine (photo du centre ci-dessous). Une partie des produits de sa vente est allée au John Wayne Memorial Cancer Fund.
Les poupées de Faith Wick rassemblées sous le label « Craftsmen’s Corner » incluent les trois créations suivantes : la colporteuse à la cape et au chapeau rouges « Peddler Woman », vendant de la dentelle, du fil et des fleurs ; la sorcière du foyer « Hearth Witch », qui porte un chapeau des salutistes à damier lavande, une robe en coton à impressions florales, un tablier blanc, un châle à franges et un balai ; la méchante sorcière « Wicked Witch » du magicien d’Oz, toute en noir avec un châle surligné de rouge, qui tient une pomme dans une main et un  panier dans l’autre ; les deux sorcières ont la même tête, avec la langue sortie ; le garçonnet « Clown » et la fillette « Girl Clown », identiques à 1980.
Spécialement créée pour la société Amway, Miss Amanda, visage de Nicole, est habillée en jupe de couleur pêche, corsage et manches crème avec un empiècement pêche, dentelle à l’ourlet et col en dentelle détachable, ruban de couleur pêche dans les cheveux surmonté d’une plume, et chaussons brun clair.
Sous le nom de « Hattie Holiday », quatre poupées « Li’l Suzie Sunshine » de 40,5 cm achetables séparément illustrent des jours de fête répartis dans les quatre saisons : « Christmas », en manteau et chapeau rouges avec à la main un cadeau enveloppé dans du papier doré ; « Easter », en robe bleu pâle et chapeau de paille à fleurs retenu par un ruban bleu ; « July 4th », en costume de majorette rouge et blanc ; « Halloween », en robe multicolore à rayures horizontales, foulard assorti et masque noir sur les yeux.
Réalisée pour le Smithsonian Institute, la poupée de 35,5 cm au visage de Caroline « Lady with the Velvet Hat » porte une robe de taffetas bordeaux à col blanc et un chapeau assorti à plume blanche. Cette tenue est inspirée de la lithographie du XIXe siècle « The velvet hat » (le chapeau en velours), produite par la société D.W. Kellogg and Company et exposée au National Museum of American History.
Les rééditions sont au nombre de dix en 1981. La « Grandes Dames Collection » compte douze poupées créations. « Shauna », 38 cm, en robe verte avec drapé à volants latéral et chapeau à plume beige. « Chantilly », 38 cm, en robe rose avec large dentelle à l’ourlet, camée au cou et chapeau. « Gramercy Park », 38 cm, en robe rouge avec rangs de dentelle, volants froncés de satin à l’ourlet et chapeau assorti. « Covent Garden », 38 cm, en robe bleue à impressions florales avec tablier bleu et chapeau assorti. « Saratoga », 28 cm, en robe à rayures blanches et noires et œillets blancs à l’ourlet, avec chapeau assorti. « Lady Ascot », 28 cm, en jupe marron à pois blancs, corsage blanc à manches longues, et chapeau avec large ruban assorti. « Françoise », 28 cm, en robe de couleur pêche intense avec une bande à l’ourlet au-dessus de volants froncés, et une  rose dans le chapeau. « Peaches’n Cream », 28 cm, en robe de couleur pêche pâle avec trois bandes sur le bas garnie d’une large dentelle à l’ourlet, corsage dentelé et chapeau à plume. « Topaz », 46 cm, en robe marron, large col en dentelle et chapeau haut assorti. « Turquoise », 46 cm, en robe bleu soutenu à cotés  relevés montrant la dentelle à l’ourlet. « Daphne », 46 cm, en robe marron profond avec dentelle blanche à mi-jupe et sur les manches, chapeau assorti. « Opal », 46 cm, en robe blanche avec décoration tressée de couleur ancienne, ceinture marron pâle et chapeau assorti. Une édition limitée spéciale des quatre poupées de 28 cm a été réalisée en version noire pour l’antiquaire new yorkais Treasure Trove.
« Over the Rainbow Collection » refait surface après huit ans d’absence, avec neuf poupées dotées de gros nœuds sur les jupes ou de bandes sur les corsages à damiers vert, jaune, bleu et rose. Toutes ont des cheveux implantés, sauf « Butterball » qui a des cheveux moulés sous un bonnet de bébé. Le garçon du couple « Half Pint Boy and Girl » arbore un pantalon à bretelles à damier bleu et une chemise blanche, et ce couple  est le seul à porter des chapeaux de paille. Cet ensemble inclut : « Floppy », 51 cm, corps et membres à damier rose. « Miss Chips », 46 cm, « Half Pint Boy and Girl », 28 cm, « Sugar Plum », 51 cm, « Butterball », 33 cm, « Buttercup », 38 cm, « Chipper », 38 cm, « Pun’Kin », 28 cm, « Sweetie Pie », 46 cm, ces trois dernières étant disponibles en version noire.
La « Petite Filles Collection » compte neuf po