Kyōho bina

La première des quatre formes importantes de hina ningyō développées au XVIIIe siècle au Japon, nommée d’après son époque de création, l’ère Kyōhō (1716-1736). Surtout reconnaissables à leurs textiles élaborés aux nombreux brocarts d’or, à leur rendu sensible des visages et à leurs longues mains effilées, les kyōho bina l’étaient aussi par leur grande taille, dépassant communément plus de 75 cm. Particulièrement populaires auprès de la classe des marchands, elles furent par conséquent l’objet de lois somptuaires restreignant leur taille et les matériaux employés pour leur fabrication.