Hina byōbu

Paravent miniature japonais exposé lors du festival hina matsuri, sur la plus haute marche de l’estrade, juste derrière le couple impérial (« dairi bina »). Il imite les grandes paires de paravents à six panneaux (« byōbu ») servant d’éléments décoratifs et de séparateurs temporaires des pièces dans les maisons de l’aristocratie et des gens fortunés. Les motifs typiques incluaient des scènes du « Conte de Genji » (écrit au XIe siècle par la dame de cour Murasaki Shikibu et considéré comme le premier roman psychologique du Monde) ou des paysages emplis d’images de bon augure.