Créatrices et créateurs israéliens

Anna Avigail Brahms

Bienvenue dans le monde magique d’Anna Brahms ! par leur réalisme et leur variété, les créations de cette artiste israélienne occupent une place à part dans l’univers contemporain de la poupée (photos ci-dessous) : jeunes filles éthérées, fées, belles dames, enfants et vieilles femmes au visage laid, personnages de contes,… Ses modèles ont honoré de nombreuses vitrines prestigieuses : Saks Fifth Avenue, Tiffany’s, Gallery of Performing Arts du Lincoln Center et City Museum à New York, Musée des Arts Décoratifs du Louvre à Paris.


                                                                                                                           © Anna Brahms

En Israël, Anna a une enfance créative : elle dessine, brode,… Mais lorsque vient le temps de l’université (à Jérusalem), elle préfère étudier l’histoire de l’art plutôt qu’une matière artistique, peut-être parce qu’elle ne s’est jamais considérée comme une artiste. Puis elle travaille dans un studio de télévision, peignant des accessoires et des paysages pour des émissions. Elle intègre ensuite une troupe de théâtre avec laquelle elle voyage pendant deux ans, comme réalisatrice et manipulatrice de marionnettes.
Anna, plus intéressée par l’activité de fabrication que par celle de marionnettiste, quitte le théâtre pour revenir à Jérusalem et se tourne vers la création de poupées. Lorsqu’on lui demande quel est son métier, elle trouve la question difficile : « je réponds que je fais des poupées ou que je suis sculptrice », confie-t-elle, « chacune de ces réponses est incomplète et ne décrit pas mon occupation ». Autodidacte, elle n’est pas du tout consciente que la fabrication de poupées puisse être une forme d’art.
Anna puise son inspiration dans la littérature, les contes de fées, la nature et l’art, et les illustrations de livres pour enfants, en particulier celles du britannique Arthur Rackham.
Après la naissance de son fils, Anna expérimente divers matériaux et techniques : sculpture sur bois, porcelaine, Fimo, argile ProSculpt. Elle trouve cette dernière facile à travailler, durable, et exempte de fêlures et de ruptures. Une armature métallique solide rend la poupée robuste et ajustable. D’une taille comprise entre 30,5 et 89 cm, les poupées, aux yeux en verre, sont peintes à l’acrylique. Les cheveux, en angora, sont teints selon les désirs de la créatrice par la personne qui élève les chèvres fournissant la laine.
Anna commence ses journées avec un moment de méditation. Parfois, explique-t-elle, « cette méditation me permet de prévoir exactement ce que je vais faire du reste de ma journée. Je me représente les détails de la poupée que je vais fabriquer, la forme de sa tête, de ses yeux, et le genre de personnalité qu’elle va revêtir ».
Elle conseille aux jeunes artistes en poupées d’être eux-mêmes et honnêtes. « N’essayez pas d’imiter ou d’être quelqu’un d’autre, enjoint-elle, « créer votre propre production sera gratifiant, agréable, excitant et touchera les cœurs du public ». Anna travaille depuis 2019 à un livre sur les fées.

Sources de la page
  • Les plus belles poupées du Monde, Karen Bischoff et Joan Muyskens Pursley, Minerva, 1999
  • Article « Anna Brahms in her magical world » d’Anna Brahms, A for Artistic, printemps 2019
Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2022 Patrick Fédida